le nom de l'image
I'd make you my obedient doll


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 I'd make you my obedient doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: I'd make you my obedient doll Lun 1 Sep - 13:57





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~



Je m'étire légèrement, craquant lentement les muscles de mon cou après avoir terminé la série de dossiers à traiter, traînant sur mon bureau. Serrant les lèvres, je lève lentement la tête, remarquant que le soleil commence peu à peu à se coucher.
Nous allons bientôt rentrer.

Moi, et ma Doll.

Mes yeux se lèvent sur la silhouette en face de moi. Il me fait dos, observant négligemment les nombreux ouvrages posés sur mes étagères. Je le scrute, le détaille, passant mes yeux sur la naissance de sa colonne vertébrale, avant de redescendre vers sa chute de rein. Cet homme porte le nom du corbeau. Il en a même l'allure. Et cet homme, c'est mon jouet.

Lee Raven.

Je me souviens encore de ma rencontre avec Raven. Ce qui m'a frappé en premier chez lui ?

Son regard sombre.

Sa voix profonde et rauque.

Son assurance.

Et plus que tout, la détermination qui brûlait au fond de ses pupilles.

C'est un bel homme. Il me faut l'admettre, ce genre d'allure ferait se retourner n'importe qui dans la rue. Mais ce n'est pas la raison pour laquelle je l'ai choisi, lui.
D'aussi loin que je me souviennes, chacune de nos rencontres s'est déroulée de la même façon. Je le jauge de haut, cherchant à lui faire ressentir que sans moi, il ne vaut rien. Et Raven, lui, m'observe toujours avec cet air mauvais, mêlé à un air de désintérêt total. Comme si quelque chose de plus important hantait son esprit.
En général, ceux qui me connaisse me qualifie d'être cruel. Capable de voir le pire sans ciller. Que rien ne m'attendrit, pas même les larmes d'un enfant. Et c'est la vérité. Pour beaucoup de monde, il est difficile de faire un pas dans mon bureau sans appréhension.
Et tant mieux. Parce que je ne suis pas quelqu'un qui se laisse facilement approcher. J'ai bien trop de chose en moi, qui ne demande qu'à s'exprimer avec violence, chaque jour un peu plus fort.
Ce n'est même plus de l'impatience qui me brûle, mais une fièvre ardente, celle de pouvoir enfin donner libre cours à la colère qui m'anime. Contre le monde qui était ce qu'il était : injuste, fade et sans importance.

A l'image de ma vie.

Inacceptable.

Je ne suis pas, malgré tout, suffisamment arrogant pour clamer que je n'ai besoin de personne pour accomplir ma tâche, au contraire ; S'entourer des bonnes personnes est une arme. Il faut simplement savoir s'en débarrasser au bon moment.

De tous les êtres humains au monde, je suis celui qui voue depuis toujours une haine frénétique envers ceux qui m'ont privé d'une enfance normale, d'une vie normale. Tous, autant qu'ils soient. Mes parents. Ma famille. L'argent. Ceux qui en possèdent. Ceux qui s'enrichissent. Ces monstres dont l'existence pourrit lentement la planète, petit à petit. Après tout, c'est ce genre de personne qui a fait de mon monde un enfer permanent. Ce leitmotiv, je l'ai remâché pendant presque dix ans. A l'âge où j'ai finalement compris de quoi serait faite ma vie du futur.

Ma haine n'est d'aucune façon désordonnée, elle est au contraire apurée par un cerveau puissant et froid. Un cerveau que je mets jour après jour au service de mon entreprise. Héritée par mon père, je la supervise de façon plus froide et glaciale encore que l'était mon paternel. Je fais ce que j'ai à faire, sans laisser de place à l’hésitation dans son esprit. Du moins, j'essaie... Malgré tout, la pression engendrée par les partenaires de mon père, les actionnaires, et les directives de ma mère, me rendent nerveux. Trop nerveux, même.

En y repensant, mes dents se serrent avec hargne, et donne un coup rageur dans le verre posé sur mon bureau, qui n'avait rien demandé. Ce dernier s'écrase avec fracas contre le mur sur le côté, surprenant alors Raven, qui jusque là, s'était sans doute habitué à ces quinze minutes de calme.
Après trois mois de cohabitation, il a dû prendre l'habitude.

Il se retourne alors, m'obligeant à cesser de regarder son dos pour croiser son regard. Un léger tic nerveux contracte discrètement ma mâchoire à cet instant.
Ce qui est, chez moi, l'équivalent d'un débordement émotionnel.
Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Et comme depuis notre rencontre, c'est la guerre ouverte entre nous. Je n'ai pas l'habitude qu'on me refuse quoi que ce soit. Les gens autour ont bien trop de respect, ou de crainte pour oser me tenir tête. Tous, sauf lui. Il s'obstine décidément à lui mettre des bâtons dans les roues. L'attitude de Raven me fait perdre beaucoup plus de temps que ce que ce que je peut se permettre. Mais quoi que j'en pense, et quelle que soit mes menaces, il parvient souvent à esquiver d'une manière ou d'une autre ce que je lui demande de faire.
Mais peut importe. Après tout, ne dit-on pas que le meilleur moment, dans l'acquisition d'un animal, c'est le dressage ?

« Au lieu de me regarder comme ça, dépêches toi de me ramasser tout ça. »  

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Lun 1 Sep - 22:56

undisciplined

Focalisé sur les ouvrages rangés sur les étagères, je lis distraitement les titres afin de combler l'ennuie, ignorant le jeune homme se trouvant dans mon dos. Voilà à présent un moment que nous sommes ici et que j'occupe mon esprit comme je peux avec des choses aussi futiles que des ouvrages eux même ennuyant.
Cela fait quelques mois maintenant que j'appartiens à Yi Qian... Je n'ai jamais aimé le principe de Private Blossom, ayant en horreur le fait que l'on puisse enlever leur liberté ou leur dignité à certain homme au profit d'autre pour une chose aussi peu concrète que l'argent.
Pourtant, moi aussi j'ai du rejoindre cette "agence"... A vrai dire je n'aurais jamais pensé que ça arriverait un jour... J'ai toujours été de nature travailleur pour gagner ma vie, et je m'en suis toujours sorti comme ça. Jusqu'à ce jour si inattendue que mes moyens n'ont pas suffit à surmonter ... C'était si imprévisible.. Et une éventualité à laquelle je n'aurais jamais pu me préparer...
Alors je n'ai pas hésité une seconde et me suis résolu à devenir Doll... J'ai toujours été du genre à ne jamais avoir froid aux yeux, et même ce devenir ne m'a pas effrayé surtout si c'est ce que je devais faire pour sauver Xiao Lu.
En Revanche, lorsque l'on m'a annoncé que j'avais un acheteur, j'ai été un peu surpris de la personne en question... A vrai dire je m'attendais à l'une de ses femmes pleine au as qui aiment entretenir des hommes qui leur servent de jouet sexuel. Mais à mon plus grand étonnement, ce fut à un homme que j'allais être vendu... Assez jeune qui plus est.
Me voilà donc ici, dans un logement luxueux du quartier riche de HongKong, à attendre que mon Owner termine ce qu'il a à faire.


C'est alors qu'un bruit soudain de verre brisé au milieu du silence, me sort de mes pensées, me faisant légèrement sursauter. Je me tourne alors vers lui et pose le regard sur les éclats de verre qui parsèment à présent le sol avant de relever les yeux vers lui, arquant un sourcil.
Ce n'est pas la première fois qu'il fait ça... Il lui arrive souvent d'avoir des accès de colère que je ne comprend pas... A vrai dire, j'ai parfois bien du mal à le cerner. A première vu, il semble hautain et arrogant, comme la plupart des hommes riches, mais il n'y à pas que ça... Voilà maintenant quelques temps que je suis à ses côtés, et je vois bien qu'il y a autre chose que je n'arrive pas à définir. Ce n'est pas l'arrogance d'être riche qui le pousse à agir ainsi...

Son ordre qui résonne à mes oreilles m'agace quelque peu... Malgré ma condition de Doll, j'ai bien du mal à me soumettre aux directives. Mécontent, je croise les bras sur mon torse, continuant de l'observer, les sourcils froncés.
"Tu devrais arrêter de faire ça."

Continuant dans mon indiscipline, je le regarde droit dans les yeux, faisant passer mon mécontentement. Je sais bien que mon attitude va encore causer des problèmes entre nous. J'aimerai bien ajouter qu'il n'a pas à me parler ainsi, mais il paraît que c'est le droit des Owner... Et il est bien inutile d'expliquer à ces gens la qu'aucune vie n'est plus importante qu'une autre.
Mais la dans l'immédiat, je n'ai pas la tête à participer à une nouvelle dispute, j'accepte donc d'aller ramasser les bouts de verre, me consolant dans la pensée que je lui ai tout de même répondu. Heureusement, le verre ne s'est pas éparpiller en millier de petits morceaux mais seulement en quelques gros, que je ramasse rapidement, sans vraiment y faire attention. Ne sachant pas quoi en faire, et ayant une nature provocante, surtout avec lui, je les repose sur son bureau, l'air de rien, observant sa réaction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mar 2 Sep - 5:17





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~



J'attends patiemment que Raven s'execute, mais serre la mâchoire lorsqu'il croise les bras face à moi, se mettant presque en position de force. Ce n'est pas la première fois qu'il fait ça. Quelque part, j'y suis même un peu habitué. Il est décidément têtu quand il veut :

« Tu devrais arrêter de faire ça »  

J'arque un sourcil, l'air dubitatif, en entendant ses mots. Raven est sans aucun doute la Doll la moins disciplinée du monde. Affrontant son regard d'ébène, je souffle lentement, expirant pour ne pas me mettre en colère, avant de lâcher d'un ton froid :

« ...Est-ce que tu essaies de me dire ce que je peux faire ou ne pas faire ? »  

Je me redresse lentement, et, tout en penchant légèrement la tête sur le côté, je caresse du bout des doigts le bois de mon bureau, avec une tendresse feinte. J'effleure le plus gros morceau de verre devant moi, faisant attention à ne pas me couper, avant de lâcher :

« Je pensais pourtant que tu savais à qui tu avais affaire. »

Je n'ai jamais frappé Raven, bien que l'envie s'en ai fait parfois sentir. Malgré mes crises de colère. Jamais je n'ai levé la main sur lui. Simplement parce que je me suis fait passé à tabac toute mon enfance par mes propres parents. Et je suppose que de toute façon, vu sa carrure, une gifle de ma part ne lui ferait que très peu d'effet. Sans quitter Raven des yeux, je m'approche un peu plus de lui, réduisant la distance entre nous, avant de le jauger. De mon index, j'effleure la peau sous son menton, tout comme je le fais pour un chien ou un chat.

« N'oublie pas que tu m'appartiens. »

Il n'y a plus qu'une dizaine de centimètres qui nous séparent désormais. Et pendant un court instant, je me permets de le dévisager. Raven n'a pas forcément le visage idéal d'un chinois, et certains dirait qu'il est même terrifiant. Pourtant, je me sens bien obligé de l'admettre, il a un charme fou. En plus du charisme incrpyable qu'il possède, Raven a un regard puissant, et sa voix rauque ferait frissonner n'importe qui.
Même moi.
Mais ce n'est pas une raison pour qu'il l'apprenne. Sans un mot de plus, je m'écarte, laissant sur mon bureau les débris de verre, avant de ranger mes affaires :

« Qu'est-ce que tu veux manger ce soir ? »

Nous ne nous entendons pas, et ce, depuis le premier jour. Il fait tout pour me désobéïr, et je fais tout pour l'écraser. Pourtant, étrangement, il y a une chose sur laquelle je lui laisse le choix. La nourriture. Les repas sont des instants qui me sont particuliers : avant Raven, je n'avais jamais mangé avec qui que ce soit. Notre premier repas, au moment de l'acquisition, avait été assez mouvementé. Il avait refusé de manger, et cela avait déclenché ma première crise de colère.
Or, sa présence me permets de me sentir moins seul. Et les repas sont importants pour moi. Aussi, depuis ce jour, je lui demande toujours ce qu'il souhaite manger. C'est sans aucun doute le seul moment de la journée ou...Nous nous conduisons comme des hommes, tous les deux. Et non pas comme un Owner et sa Doll.
Même si je n'oublie pas de lui rappeler qui il est à chaque fin de repas.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mar 2 Sep - 8:22

undisciplined


Je vois bien que mon acte de rébellion vient de le mettre sur les nerfs, pourtant, je ne fais rien pour calmer le jeu, restant de marbre  face à son bureau. Je me refuse également à baisser les yeux face à son regard sévère. J'ai l'habitude faire ça, le regarder droit dans les yeux. Je considère que le fait de baisser le regard est un signe de défaite. Je suis sans doute un peu trop fière... Mais sur ce point la, me remet rarement en question.
Il n'a pas tord sur le fait que ce n'est pas à moi de décider ce qu'il peut faire ou non, que je sois sa Doll ou non. Mais je l'entendais plus comme un conseil à vrai dire... Après tout c'est assez dangereux ce genre de geste rageur. Il pourrait se blesser ou même blesser quelqu'un.
Et dire que je parviens quand même à m'inquiéter pour lui...

« Je pensais pourtant que tu savais à qui tu avais affaire. »

Il me semble que oui, je sais à qui j'ai à faire... A un jeune homme arrogant et colérique qui cache un certain malêtre.
Bien sur, je m’abstiens de répondre, sachant qu'exprimer mon avis sur la question est bien inutile. Nous ne voyons pas les choses de la même façon.
Toujours obstiné à le regarder en fasse, je vois bien que mon comportement l'énerve, et je m'étonne même qu'il n'en soit jamais venu au main avec moi. Ce qui ne serait pourtant pas étonnant étant donné la fréquence de ses crises de colère.  
Mais au lieu de ça, il se contente d’effleurer mon menton de son index, me jaugeant d'un air supérieur.
Malgré la faible distance qui nous sépare, je ne bouge pas d'un pouce, lui tenant tête jusqu'au bout.

« N'oublie pas que tu m'appartiens. »

Il ne reste à présent qu'une dizaine de centimètres pour nous séparer, si bien que je peux sentir son souffle sur ma peau.
Comme si je pouvais l'oublier... Avec lui qui s’efforce de me le rappeler chaque jour, ça ne risque pas d'arriver. Même si personnellement, je ne considère pas lui appartenir.  Quand bien même de stupides bouts de papier l'affirment, il ne pourra jamais avoir une pleine emprise sur moi. Comme si me garder chez lui, lui suffisait à avoir le plein contrôle.
Après un petit temps à m'observer, il finit par me lâcher pour ranger ses affaires. Bonne nouvelle, l'ennuie s'arrête la.

« Qu'est-ce que tu veux manger ce soir ? »

Chaque soir, il me pose la même question. Un peu étrange de la part qui veut à tous prix contrôler, non ?
Souvent, je me contente de lui répondre qu'il n'a qu'à choisir, n'ayant pas toujours une idée en tête, mais il arrive, comme ce soir, que je réponde à sa question.

"Mh... On pourrait manger japonais ? Sauf si tu as une préférence."

Sur ces mots, je me dirige vers la porte, attendant qu'il termine de réunir ses affaires pour que l'on puisse sortir de la.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mar 2 Sep - 9:45





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~



« Mh... On pourrait manger japonais ? Sauf si tu as une préférence. »

Je me contente d'hocher la tête, pas mécontent du choix de Raven. J'aime bien manger japonais, c'est assez léger et plutôt bon.

« Ça me va. »

Sans un mot de plus, après avoir enfilé ma veste, je fais signe à ma Doll de me suivre. En quelques minutes, nous nous retrouvons dans la voiture, mon chauffeur prêt à démarrer pour nous ramener à l'appartement. L'avantage d'avoir de l'argent, j'imagine. Le trajet se fait dans le silence le plus total, comme d'habitude. Ni lui ni moi, ne sommes de grand bavard. Dans mon cas, ce n'est pas que je n'ai rien à dire, au contrairE...J'ai beaucoup de chose sur le coeur. Beaucoup trop. Mais depuis ma naissance, on m'a appris à me taire. Alors, à quoi bon parler si personne ne t'écoute ?
Surtout avec Raven. Il n'est pas là de son plein gré, alors mes états d'âmes sont bien le dernier de ses soucis. Pire, lui révéler mes faiblesses serait la pire erreur à faire. Parce qu'il risquerait de les retourner contre moi. C'est pour cette même raison que je fais toujours en sorte qu'il ne voit pas mes cicatrices.
Quant à lui, il ne s'étend pas beaucoup non plus sur son histoire. Je ne sais quasiment rien de lui. En même temps, je ne lui ai pas vraiment posé de question, mais...J'ai la sensation que de toute façon, il n'y répondrait pas. Même sous la menace.
Alors nous ne discutons pas.
Assis à l'arrière tous les deux, l’espace du milieu des sièges nous sépare. Observant au travers la vitre, je détaille le reflet de Raven. Comme d'habitude, il est impossible de deviner ce qu'il y a dans ses pensées.

Étrangement, je me pose de plus en plus de questions sur lui. Quelle genre de personne il est réellement, ses goûts...Qu'est-ce qui qui l'intéresse, dans la vie ? Quel genre de fille lui plait ?

A quoi ressemble ses sourires ?

Perdu dans mes pensées, j'affiche une mine sombre en repensant à mon propre mode de vie. Qu'est-ce que je suis, moi ? Un pantin. Rien de plus. Un pantin sans âme qui fait ce qu'on lui demande. Quelque part...Ne suis-je pas une Doll, moi aussi ? Celle de mon défunt père. De ma mère.
Je suis une Doll du système. Je suis un faible.

J'essaie de me re-concentrer, étant donné que je reconnais la rue dans laquelle nous sommes.
Une fois arrivés, je laisse le chauffeur repartir, afin d'emmener Raven dans l’ascenseur, nous menant ainsi à notre étage. Le moment que je préfère dans la journée, c'est celui où je rentre. Cet appartement, c'est le seul endroit où je peu relâcher un peu la pression, l'entreprise, le travail. Je suis juste moi, chez moi, et en présence d'un homme qui me permet d'être un peu moins seul.
Posant ma mallette et ma veste, j'appuie sur la commande vocale du téléphone fixe, et appelle un traiteur japonais plutôt réputé, afin de passer commande. Comme ça, notre repas du soir arrivera directement à l'appartement. De toute façon, il est très rare que nous allions au restaurant ou au fast food. Ce n'est pas vraiment mon monde.
Une fois la commande passée, je raccroche le téléphone, avant de m'étirer légèrement :

« Quelle journée. » soupire-je pour moi-même.

Je m'affale dans mon fauteuil, exténué. Le livreur n'arrivera pas avant au moins dix minutes voir un quart d'heure...Il faut bien tuer le temps. Déboutonnant le haut de ma chemise, afin d'être plus à l'aise, je pose le regard sur mon corbeau, avant de claquer mes doigts pour obtenir son attention :

« Raven. Viens là. »

Je vois à son regard qu'il n'est pas tellement ravi d'être traité de la sorte. Peu importe, que ça lui plaise ou pas, il faudra bien qu'il s'habitue à ne plus être maître de sa propre liberté. Je ne bouge pas, l'observant longuement, jusqu'à ce qu'il se décide, au prix d'un effort considérable, à faire deux pas pour se retrouver à un mètre de moi, devant mon fauteuil.

« Je m'ennuie. Distrais-moi. »

C'est son rôle, après tout. Être là pour moi, et m’obéir quoi qu'il en pense.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mer 3 Sep - 9:00

undisciplined


Je le suis docilement lorsqu'il sort de son bureau, content de pouvoir enfin rentrer. Lorsque ce genre de journées passées à son bureau s'étirent jusqu'au soir, je commence à sentir les dernières heures s'écouler...
Comme d'habitude, sa voiture nous attend en bas afin de pouvoir nous ramener.
Le trajet ce fait dans le silence, comme souvent. Je ne sais jamais quoi dire dans ses moments... Mais encore faudrait t-il que j'en ai l'envie... Mon silence étant lui aussi une forme d'affront.
Durant toute la route, je regarde le paysage défiler par la fenêtre, n'étant toujours pas habitué au luxe de ce quartier...
Jusqu'ici je n'y avais jamais mis les pieds. C'est dingue à quel point il est différent du reste d'HongKong. Particulièrement de la ou j'ai grandit. Ici tout est joli, propre et bien entretenu, pas comme les quartiers que je connais...

Lorsque nous arrivons, je le suis jusqu'à l'ascenseur, toujours sans décrocher un mot. Je me demande si il lui arrive de trouver ses longs moments de silence ennuyant... Après tout si il a désiré une Doll, c'est bien pour avoir de la compagnie, non ? Sans quoi il ne me trimbalerait pas partout ainsi.

Arrivé à son appartement, je le regarde poser ses affaires pour ensuite aller passer la commande du repas de ce soir.
Ces repas qui sont devenus habituels, mais qui restent si étrange à la fois...

Lorsqu'il termine son coup de téléphone, il rejoint un fauteuil avant de m'appeler à ses côtés comme on appellerait un animal. Ce qui ne manque d'ailleurs pas de me déplaire... Je ne supporte pas qu'il me manque autant de respect...
Je serre les dents mais finis finalement par avancer, malgré ma réticence. Son deuxième ordre m'exaspère encore plus que le premier, si bien que je lui offre un regard noir. Que veut t-il que je fasse sérieusement ? Je ne suis pas un animal de foire, je suis humain au même titre que lui et il serrait temps qu'il le comprenne. Lorsque ça arrivera, je serais sûrement plus à son écoute. Lorsqu'il me montrera du respect, j'envisageais de changer mon comportement.

Alors que je m'apprête à lui répliquer qu'il est hors de question, une idée germe dans mon esprit. Stupide certes, mais qui me donne envie de voir sa réaction. Si je pouvais ne serait ce que le gêner, j'en aurais une pleine satisfaction. Loin de moi l'idée de lui faire du mal bien sur. Je ne blesse pas les gens de mon plein grés, et même si il me poussait à bout, sa bouille de gamin m'en dissuaderait.
Je m'approche alors je lui pour poser une main sur son torse, le repoussant ainsi au fond du fauteuil. Lorsqu'il se trouve un peu en arrière, je me penche au dessus de lui pour déposer mes lèvres dans son cou récemment dévoilé.
Je mordille alors sa peau dans l'objectif de lui laisser une marque assez voyante. La satisfaction de prendre le dessus se fait aussitôt sentir... Pourtant je ne m'attarde pas dans cette position et me redresse, jetant un bref regard à la marque rouge sur sa peau avant de me laisser tomber sur le canapé derrière pour observer sa réaction : "Monsieur est satisfait ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mer 3 Sep - 10:58





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~



J'attends patiemment que Raven se décide de me tirer de mon ennui, assez curieux de voir ce dont il est capable. Enfin, seulement s'il se décide à m'obéïr...Puisque c'est un point avec lequel il a bien du mal. Aussi, je le regarde, ayant l'habitude qu'il ne baisse pas les yeux. Pour être honnête, je m'attends à tout.
A tout oui...Sauf au geste qu'il vient de faire.

Surpris, je cligne des yeux en sentant sa main sur mon torse, alors qu'il me pousse lentement contre le dossier du fauteuil. J'ouvre la bouche, prêt à lui demander ce qu'il lui prend, jusqu'à le voir se pencher au-dessus de moi.
Mes yeux s'agrandissent de stupeur, pour le moins troublé par cette vision nouvelle et subitement...Beaucoup plus érotique que ce dont j'ai l'habitude. Déglutissant silencieusement, je reste muet, jusqu'à sentir son souffle brûlant frôler ma peau. Mon rythme cardiaque augmente considérablement, alors que ses lèvres aspire la peau de mon cou en une succion délicieusement lente.

« Hn... »

Je reprends mon souffle lorsqu'il s'éloigne, tentant de reprendre mes esprits. Il s’assied sur le canapé face à moi, parfaitement calme, avant de souffler :

« Monsieur est satisfait ? »

Aussitôt, je porte une main à mon cou, comprenant qu'il y a laissé une marque. J'ouvre la bouche dans l'idée de lui crier dessus, le mettre en garde contre son attitude, mais ma gorge reste obstinément silencieuse. En effet, je sens le rouge me monter au joues, en fixant ses lèvres. Ces mêmes lèvres tentatrices qu'il a eut l'audace de poser contre mon cou. Le visage totalement écarlate, je me mets même à bégayer :

« Tu...Tu... »

Je rougis. Je suis gêné. Totalement gêné. Tout d'abord, parce que ça ne fait pas si longtemps que ça que je me suis rendu compte que j'au une préférence sexuelle pour le genre masculin. Ensuite, parce que l'apparence de Raven me plait. Beaucoup. Physiquement, c'est même totalement mon genre. Et c'est la toute première fois que quelqu'un ose me toucher de cette façon. Et depuis quand une Doll se permet de marquer son Owner ?! Cet imbécile est décidément impossible à éduquer. Incapable même de finir ma phrase, je sursaute en entendant la sonnette de la porte, qui m'interrompt dans mes réflexions.
C'est sans doute le livreur pour notre repas japonais. Grommelant, je garde ma main contre la marque dans mon cou, peu désireux de la montrer au livreur, et m'empresse de lui ouvrir pour prendre les plateaux-repas et le payer. Je referme ainsi rapidement la porte, congédiant le livreur pour souffler un peu.
Une fois de nouveau seul avec Raven, je pose le repas sur la table, et pour la première fois, me trouve incapable de le regarder dans les yeux, préférant ne pas quitter la nourriture des yeux. Lorsqu'il prend place à la table, je siffle entre mes dents, cherchant à lui faire comprendre que je suis mécontent de son attitude :

« Tu es fier de toi ? Comment je vais faire au bureau demain...En combien de temps ça part ? »

Je prends mes baguettes pour attraper un sushi, continuant de baisser les yeux sur mon assiette. Heureusement que nous sommes chez moi, et pas en public. Hors de question de me montrer dans une telle position de faiblesse. Et encore moins face à ma Doll, ce serait pire que tout. Même si je dois admettre qu'il m'a surpris, vraiment surpris. C'est la première fois qu'il agit de cette manière. Et avec le recul, je crois que le frisson que j'ai ressenti à son contact, était aussi plaisant qu'agréable...

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Jeu 4 Sep - 6:58

undisciplined


Installé en face de lui j'observe soigneusement sa réaction, constatant avec plaisir ses joues tourner au rouge. Il ouvre la bouche, semblant en colère, mais aucun cris n'en sort. L'aurais je gêné au point de lui clouer le bec ? Un léger sourire étire mes lèvres fasse à son état complètement déboussoler. Vu comme ça il parait mignon avec ses joues écarlates et ses bégaiements.
J'en conclu qu'il n'est pas habitué aux contacts physique. A moins que ce soit parce que je suis un homme ? Je dois avouer que mon cœur s'est légèrement emballé lors du geste... Je n'ai rien contre les homosexuelle, et puis je me suis habitué à en fréquenter lorsque je travaillais au Golden Pleasure. Mais le fait d'être moi même proche d'un homme me gênerait sans doute...
Étrangement, la sensation de sa peau reste sur mes lèvres et son odeur est encore bien présente dans mon esprit, si bien que j'ai l'impression de la sentir.

Alors que je m'apprête à lui maintenir que ce n'est rien, la sonnette m’interrompt, indiquant sans doute l'arrivé du livreur. Je me lève également lorsqu'il va s'occuper de récupérer la commande, et vais à la cuisine afin de prendre le nécessaire pour notre repas, c'est à dire les baguettes et les verres.
Même si je n’apprécie pas les ordres, surtout lorsqu'ils sont humiliant, je l'aide parfois sur des petits détails de ce genre. Après tout il me nourrit et m'héberge, donc c'est un peu normal je trouve.. Les problèmes que j'ai avec lui étant d'un autre ressort.
Je vais ensuite disposer le tout sur la table, alors qu'il amène le repas, avant de m'installer à ma place habituelle.
Lorsqu'il s'installe à son tour, je constate qu'il garde les yeux rivés sur le plat, sans doute encore gêné par mon acte.

« Tu es fier de toi ? Comment je vais faire au bureau demain...En combien de temps ça part ? »

Tout en saisissant mes baguettes, je relève les yeux sur lui, me remémorant involontairement la sensation de sa peau contre mes lèvres.

« Calme toi ce n'est pas grand chose. C'est l'affaire de quelques jours, j'y suis allé doucement. Pour ton travail met un foulard et personne ne verra. Et puis de toute façon il n'y a toujours que moi dans ton bureau... »

J'attrape un sushi du bout de mes baguettes pour le porter à mes lèvres, continuant de le regarder. Jamais je ne l'ai vu avoir une telle réaction chez lui.
Cette mimique enfantine que lui donne la gêne me fait sourire et j'ajoute :

« Tu devrais être plus prudent quant aux ordres que tu donnes. ~ »

Le voir ainsi dans une telle position de faiblesse, le place sur le même niveau que moi pour une fois... Non pas que je le considère comme quelqu'un de supérieur, mais pour lui qui me traite comme un animal de compagnie, ça change quelque chose...

« Tu sais si tu faisais un peu preuve de respect, tu aurais sans doute de bien meilleures résultats. Tu n'es pas au dessus des autres, Qian. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Ven 5 Sep - 6:22

Yi Qian a écrit:




I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~





« Calme toi ce n'est pas grand chose. C'est l'affaire de quelques jours, j'y suis allé doucement. Pour ton travail met un foulard et personne ne verra. Et puis de toute façon il n'y a toujours que moi dans ton bureau... »

Là, il marque un point. Après un instant de réflexion, je lâche l'affaire, considérant que ce qui est fait est fait. Avalant un nouveau sushi, je n'ajoute rien de plus, jusqu'à voir Raven sourire.

« Tu devrais être plus prudent quant aux ordres que tu donnes. ~ »

Je cligne des yeux, avant de froncer les sourcils. Je n'aime pas trop ce ton qu'il prend avec moi, sous-entendant que tout est de ma faute, et que je l'ai cherché. Bon, c'est peut-être un peu le cas, mais après tout, il est ma Doll, il est censé m'obéïr sans me mettre dans l'embarras. Je paye chacune de ses dettes, il se doutait pourtant qu'en s'inscrivant à Private Blossom, il n'aurait pas une vie de rêve, si ?

« Tu sais si tu faisais un peu preuve de respect, tu aurais sans doute de bien meilleures résultats. Tu n'es pas au dessus des autres, Qian. »


Je frissonne légèrement, surprit par les mots. Mais plus encore, c’est sa voix grave, prononçant mon prénom, qui me fait frémir, un frisson remontant le long de mon échine.
J’aime sa façon de prononcer mon prénom.
Reprenant mes esprits, je relève enfin les yeux vers lui, considérant ses mots.

« Personne n'a jamais eu de respect pour moi, pourquoi devrais-je en avoir pour les autres ? »

Même Raven d'ailleurs, étant donné qu'il passe son temps à essayer de me désobéïr. Même si je n'irais pas jusqu'à dire qu'il me manque cruellement de respect...C'est assez différent, avec lui.
Un "Toc-toc" m'interrompt dans ma réflexion, et je me redresse, arquant un sourcil. Qui ça peut être, à cette heure-ci ? Sans attendre, je me rends à la porte, qui est juste en face de la table, tout en intimant à Raven de rester assis. Qu'il continue de manger, de toute façon, c'est pour moi qu'on sonne.

« Yi Qian. »

Je penche la tête, reconnaissant un de mes collaborateurs. Pourquoi est-il venu jusqu'ici ? Je me crispe en le voyant entrer dans l'appartement sans y être invité, une feuille dans la main. Repérant Raven, il lui lance un bref coup d'oeil, mais n s'y attarde pas. Il l'a déjà vu dans mon bureau, de toute façon. Se tournant vers moi, l'homme affiche un sourire sardonique et victorieux, avant de lancer d'un ton fier :

« C'est fini pour vous. »

J'arque un sourcil, tout en observant cet homme. Tiens donc. Je garde le silence, le laissant poursuivre.

« Ce papier dans mes mains, est une pétition pour votre licenciement. Tout le conseil à poser son approbation. Ils ont tous signés pour vous voir partir, faisant de moi le nouveau directeur de la firme. C'est un document officiel. Je n'ai plus qu'à en parler au conseiller, qu'il m'obtienne la dernière signature, et vous serez éjecté. Vous allez disparaître, Yi Qian. Ça fait trop longtemps qu'un sale gamin comme vous traîne sur un fauteuil de dirigeant trop grand pour lui. Il est tant de céder la place. »

Il reste silencieux, sourire aux lèvres, tout fier de son petit effet. Je l'observe longuement dans les yeux, avant de jeter un simple regard à la feuille. Lentement, un rictus se dessine sur mes lèvres, et j'applaudis doucement dans mes mains pour accueillir sa prestation :

« Bravo. Très impressionnant, vraiment. »

Je m'approche légèrement, glissant mes mains dans mes poches, avant de souffler :

« Vous avez réunis les 17 signatures ? Bien joué. Vous avez oublié un tout petit détail, cependant. La dernière signature qu'il vous manque, c'est celle du haut dirigeant. C'est à dire...Moi. »

Son sourire se fige, lorsqu'il semble enfin comprendre que je ne risque pas de signer pour ma propre mise à pied. Comment à-t'il pu oublié une chose aussi évidente ? C'est moi qui remplit ses chèques, pourtant. Mais je ne m'arrêtes pas là, marchant lentement autour de mon collaborateur, comme le ferait un lion avec son prochain repas :

« D'ailleurs, puisque vous semblez aimé faire autre chose que votre travail, ça tombe bien, moi aussi je suis du genre à faire des recherches. Alors comme ça, vous vous payez les services de jeunes filles de joie pendant vos séjours à l'étranger avec la caisse de notre entreprise ? Est-ce que votre femme et votre fille seraient heureuses de l'apprendre vous pensez ? Ah oui monsieur, je n'engage jamais quelqu'un sans connaître ses petits secrets. ça a du bon, c'est pratique pour parer à ce genre de situation justement. Vous en auriez pour 15 ans en prison pour détournements de fonds, vous savez ? En plus, vous commencez à avoir des dettes avec tout ça non ? Et si nous vendions le corps de votre fille à un milliardaire de passage pour rembourser tout l'argent que vous me devez ? Je n'ai qu'à claquer des doigts pour le faire. Vous le savez aussi bien que moi. »

Mon collaborateur écarquille les yeux, et, tremblant, tombe à genou, comme si sa vie partait en morceau. Et c'est exactement le cas. Je vais le faire souffrir comme jamais, pour lui apprendre à se rebeller contre moi. J'avais l'intention de fermer les yeux sur les détournements d'argent de l'entreprise, parce qu'il faisait encore du bon travail. Mais c'est le moment de le jeter, à priori. Les mains toujours dans les poches, je me penche légèrement en avant pour lui souffler :

« On ne s'attaque jamais à moi en restant indemne, sachez-le. »

J’ai l’habitude des trahisons.

Et pourtant. Au moment où je m'apprête à détruire la vie du misérable en face de moi, une chose me retient.
Le regard de Raven. Je le sens me brûler la nuque. Et pour être honnête, ça me bloque. Je ne veux pas lui montrer une nouvelle fois cet aspect de moi, je me sens incapable d'agir devant lui. Quelque part, j'ai l'impression que ça va le décevoir. Je devrais m'en ficher, de son opinion. Mais ses mots tournent en boucle dans ma tête, en cet instant, comme une mélodie impossible à arrêter :

« Tu n'es pas au dessus des autres, Qian. »

Grondant intérieurement contre moi-même, j’inspire profondément, tentant de garder mon calme pour annoncer sa sentence à mon interlocuteur :

« Vous quittez la maison mère et serez être rétrogradé dans une autre entreprise appartenant à ma famille, que je garde un œil pour vous. J’espère que ça vous servira de leçon. »

Ma politique, c’est qu’il n’y a pas de seconde chance avec moi. C’est ce que je me disais, et pourtant…N’est-ce pas l’inverse de ce que je viens de faire avec cet homme ? Il aurait dû finir à la rue avec sa femme et sa fille, à vivre dans la misère la plus totale, et malheureux. Et ça ne m’aurait fait ni chaud ni froid. Pourtant…C’est plus fort que moi, en voyant le regard droit Raven, je me suis senti obligé de me montrer plus compréhensif. Gentil, même. Pour un type qui, à mon sens, n’en vaut pas la peine.
Tout ça pour faire plaisir à ma Doll.
A l'instant où mon ancien collaborateur me regarde, les yeux mouillés et l'air parfaitement choqué, je regrette ma décision. La lueur de soulagement qui brille dans ses pupilles me met en colère. Il est heureux. Soulagé, même. Parce que ceux qui ont eu l'occasion de travailler avec moi, ceux qui me connaissent au moins un peu, savent que je suis cruel, et tyrannique. Je ne connais pas les émotions comme la compassion ou la pitié. Au contraire. Ceux qui me trahissent, ou qui sont inutiles, je les écrases du talon, jusqu'au fond du trou.
Et me voilà à proposer un nouveau poste à ce sale type. Plus loin de chez lui, moins bien payé certes, mais il aura toujours de quoi entretenir sa famille. Il va continuer de vivre heureux, alors que j'aurais pu le détruire. Je l'avais dans la paume de ma main.

Ça m'énerve tellement. C'est affreux d'être "gentil'.

Finalement, l'homme s'en va, nous laissant à nouveau seul Raven et moi. Je pousse un léger soupir en pensant à ce qu'il m'attend au bureau, le lendemain. Alors comme ça, ils avaient tous signés pour me voir partir ?  

« On ne peut décidément faire confiance à personne. »

C'est sans doute pour ça que je me sens si seul...

Sans un mot, je retourne à la table pour préparer mon repas. C'est la première fois, la toute première fois que je suis un conseil de Raven. Même si ce n'était pas réellement un "conseil", j'ai essayé, au moins. On ne peut pas dire que je n'ai pas essayé d'être un peu plus humain. Est-ce que ça l'a choqué ? Sans doute. Parce qu'il ne m'a jamais vu autrement que cruel. Ce que j'ai toujours été.

Seul, froid, et cruel. Sauf ce soir.



code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Dim 7 Sep - 1:42

undisciplined



« Personne n'a jamais eu de respect pour moi, pourquoi devrais-je en avoir pour les autres ? »

Sa réponse me surprend un peu... Elle résonne à plusieurs reprises dans ma tête, soulevant diverses interrogations. De la part de quelqu’un d'aussi haut placé, ce qu'il sous entend peut paraitre assez étrange. Mais ce qui m'interpelle le plus dans sa phrase, c'est la formulation employée qui sous entend bel et bien que c'est une situation vécue depuis longtemps.
C'est vrai que ne sais pas grand chose de lui, surtout de son passé. Les seules choses que je sais  sont son lieu de travail, le lieu ou il vit et que c'est quelqu'un de haut placé pour son jeune âge... Alors est ce que je peux interpréter cela comme un indice quant à son passé ?
Depuis ces quelques mois passés à ses côtés, j'ai bien ressentit un certain mal-être chez lui. Est ce que ce serait liée avec ce qu'il vient de dire...?
A vrai dire, si nous n'étions pas sans arrêt en conflit, je me serais sans doute montré plus curieux à son égard et aurais sûrement laissé échapper quelques questions. Je dois avouer que c'est une personne assez surprenante et curieuse... Obtenir quelques informations à son sujet ne me déplairait pas. Seulement comme je passe la plupart de mon temps à me braquer contre lui, je n'ai pas eu l'occasion d'en apprendre beaucoup.

A vrai dire moi non plus je ne suis pas toujours très respectueux envers lui... Même si je ne considère pas ça très déplacé comparer à sa façon de me traiter... Mais je ne suis pas du genre à me soumettre, loin de la. J'ai trop de fierté et je sais le faire ressentir. Pourtant j'arrive à être très serviable lorsque la situation n'est pas aussi complexe que celle la... Mais il est claire que je n'arriverais pas à lui montrer mes bons côtés que lorsqu'il y mettra un peu du sien.

Deux coups frappés à la porte me sortent de mes pensées et je relève la tête, surpris. C'est étrange à cette heure... Surtout que je n'ai pas l'habitude qu'il reçoive des visites.
Qian semble également un peu déconcerté, mais il va tout de même ouvrir, me disant de rester la.
Mais tout de même curieux, je me redresse sur ma chaise, désireux de savoir de quoi il s'agit. De la ou je suis, je peux voir ce qui se passe dans l'entrée et aperçoit donc un homme qu'il me semble déjà avoir vu, mais sans grande certitude. Ce dernier me jette d'ailleurs un regard avant de reporter son attention sur Yi Qian.
J'écoute attentivement ses paroles, surpris de ce qu'il se permet d'annoncer. Je n'y connais rien dans la bureaucratie, mais je saisis tout de même que cet homme souhaite le départ de Qian afin de prendre sa place. Ses propos semblent coléreux, voir haineux... Il ne l'apprécie pas, et selon ses dires, il semblerait que ce ne soit pas seulement lui, mais également d'autres employés... Je me demande bien pourquoi. Est ce en raison de son jeune âge ou parce qu'il n'y a pas qu'avec moi qu'il est ainsi ? Je l'ai rarement vu parler à d'autre, et en ces occasions il était toujours froid et cassant. Cependant, je pensais que c'était mon statut de Doll qui me rendait méprisable à ses yeux.

D'ici, je ne vois pas la réaction de Qian étant donné qu'il me tourne le dos, mais après un petit moment de silence, il finit par réagir d'une manière assez surprenante... En frappant dans ses mains, ce qui déconcerte l'autre homme. En à peine quelques secondes, les rôles semblent s'inverser, et l'inconnu qui semblait jusqu'ici si sur de lui perd peu à peu toute son assurance alors que Qian prend le dessus sur la conversation.
Ses menaces me font frisonner... Je n'ai jamais eu peur de lui, mais je dois avouer qu'en cet instant il est plus qu'impressionnant. Sa victoire sur l'autre est écrasante... Cependant son "chantage" me fait froid dans le dos à partir du moment ou il implique une personne complètement étrangère à cette histoire...
J'ai toujours détesté le principe de l'esclavage mis en place dans ce pays, et savoir que certaines personnes y étaient contrainte suite aux fautes d'une autre m'a toujours répugné...
Sans m'en rendre compte, je serre mes baguettes entre mes doigts, attentif et inquiet quant à la suite, espérant intérieurement que cette jeune fille n'aura pas à payer les fautes de son père...

Mais lorsque Qian revient sur sa décision, je me détend légèrement, soulagé du choix annoncé. Je ne connais pas ces gens, et pourtant je me suis quand même inquiété pour eux... Je sais que j'ai toujours été ainsi et c'est plus fort que moi...

L'homme finit par repartir, ayant échappé de peu à la fin et Qian revient s'attabler en face de moi. Je ne peux pas m'empêcher de le regarder, encore un peu "sous le choque" de cette visite mouvementé.
Sur le coup je ne sais pas trop quoi dire, et continu de l'observer, repensant à sa réaction... Ses employés le détestent donc autant que ça...? C'est un peu triste je trouve... Pourquoi ? Après tout, en ce qui me concerne, même si son comportement me déplait, il ne m'a jamais vraiment fait de mal hormis blesser ma fierté. Et puis ses employés ne sont pas à la même place que moi... Alors qu'est ce qui motive ainsi leur haine ?
Après un temps de silence, je finis par lâcher d'un ton assez doux :

" Tu as bien fait de réagir ainsi..."

Je marque une petite pause avant de demander, ma curiosité étant motivé par la précédente scène :

"Pourquoi tes employés veulent que tu partes ?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Dim 7 Sep - 9:38





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je m'attends à tout, comme réaction. Raven a assister à quelque chose qu'il n'aurait pas dû voir, et je sais d'avance qu'il va avoir quelque chose à y redire. Étonnamment, je suis un peux anxieux de sa réaction, et me concentre sur mon assiette, jusqu'à entendre sa voix grave résonnait dans la pièce :

« Tu as bien fait de réagir ainsi...»

Surpris, je garde le silence. Je crois que c'est la première fois qu'on me félicite de quelque chose. Pourtant, je ne trouve rien à répondre, et garde simplement le silence, jusqu'à ce qu'il reprenne la parole pour me poser une question :

« Pourquoi tes employés veulent que tu partes ? »

J'admets que je ne pensais pas que ça l'intéresserait. Amer, j'esquisse un sourire en coin, un sourire mauvais et plein de rancune, loin d'être chaleureux ou beau :

« Il y a plusieurs raisons. Je pourrais dire par exemple que c'est parce qu'ils sont jaloux qu'un gosse comme moi prenne la tête de l'entreprise en claquant des doigts, alors que certains attendent ça depuis vingt ans. Mais la vérité, c'est simplement parce que je ne suis pas quelqu'un de bien. »

Je termine mon plat, avant de lever les yeux vers Raven. Pour être honnête, c'est la première fois que je parle autant de moi à quelqu'un. J'ignore comment il fait, mais quelque part, sa façon d'être, son attitude me détend un peu. Je me sens moins sur mes gardes avec lui, qu'avec les autres. Peut-être justement parce que Raven n'attend strictement rien de moi, ce qui me permets de me laisser aller. Je termine définitivement mon plat, avant de me redresser pour ranger mon assiette. Une fois devant l'évier, je pose mes mains à plat dessus, tournant le dos à Raven. Poussant un profond soupir, je ferme les yeux un instant, avant de murmurer à voix basse, mais suffisamment audible pour qu'il puisse l'entendre :

« D'ailleurs, tu devrais le savoir, non ? »

Après tout, ça fait plusieurs mois qu'il est à mon service. Je m'adresse souvent à lui comme je le ferais avec un animal de compagnie, même si mes ordres n'ont jamais été extrêmement humiliants, ni dégradants. Mis à part de ranger mon désordre, ou de me distraire de temps en temps. Malgré tout, il a bien vu mon côté inhumain. Je ne suis pas capable de faire preuve de compassion comme lui le ferait. Je me rappelle d'un fois ou nous rentrions à l'appartement à pied, à cause d'un souci avec la voiture. Il pleuvait. Et alors qu'on marchait, il s'est arrêté devant une ruelle, et je me suis retourné sans comprendre ce qu'il faisait. Là, il a retiré son manteau, et l'a enroulé autour d'un chiot qui se trouvait seul sous la pluie, dans un carton. Pour être honnête, je n'ai pas tout de suite compris pourquoi il avait eut un tel geste. Ce n'était qu'un chiot. Un simple animal qui ne lui apporterait aucun intérêt dans la vie. Alors pourquoi Raven s'était montré généreux envers lui ?

Parce que ma Doll était comme ça. Généreuse et gentille, sans jamais rien attendre en retour. C'est ce que j'ai compris de lui.
Il est mon exact opposé.

« Je ne suis pas comme toi, Raven. Et je ne le serais jamais. »

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Lun 8 Sep - 8:37




undisciplined



J'écoute attentivement sa réponse tout en gardant les yeux rivés sur lui, ayant remarqué le rictus s'étant formé sur ses lèvres. Un sourire qui me parait froid et quelque peu effrayant.
Je comprend bien pourquoi certain son jaloux... Il est vrai que c'est une situation délicate... Même si je ne comprend pas vraiment cette ambition du pouvoir présente chez certaine personne tel que les hommes d'affaire. Et encre moins celle de l'argent chez les personnes ayant déjà un vie plus qu'enviable.
Ce doit être une situation assez stressante pour lui... J'imagine que c'est un poste difficile pour son âge, surtout avec des employés qui le haïssent comme notre précédent visiteur...
Il a sûrement du hérité de l'entreprise... A vrai dire je ne vois que ça... Car un directeur à peine majeur, ce n'est pas très courant.

« Mais la vérité, c'est simplement parce que je ne suis pas quelqu'un de bien. »

Cette dernière révélation me surprend... Tout d'abord car je ne m'attendais pas à l'entendre dire quelque chose de ce genre. Mais aussi car je ne peux pas vraiment prétende le connaitre pleinement... Il est vrai qu'il n'est pas toujours agréable, ce qui a le dont de me mettre en rogne. Mais je suppose que son habitude de me prendre de haut et de façon méprisable vient du fait que je suis sa Doll. Je ne le connais pas en temps que directeur...
Pourtant il a l'air de dire qu'il aussi ainsi avec ses employés...


Lorsqu'il se lève pour porter son plat à la vaisselle, je pose mes baguettes et fait de même. Je n'ai jamais eu beaucoup d'appétit et je dois avouer que cette soirée m'a coupé le peu qu'il me restait.
Je l'aide alors à débarrasser comme à chaque fin de repas. Même quand il me met les nerfs à vif, je le fais. En fait je ne me vois pas rester assis à le regarder débarrasser alors que c'est lui qui s'est occupé du repas et de me nourrir.
Alors que j'apporte mes couverts à l'évier, je l'entend murmurer :

« D'ailleurs, tu devrais le savoir, non ? Je ne suis pas comme toi, Raven. Et je ne le serais jamais.»

Que dire... Je sais bien comment il est avec moi... Mais il n'est pas tyrannique non plus. C'est le mépris qui est dure à supporter... C'est énervant et blessant.
Mais hormis ça, que m'a t'il fait de si grave ? Rien qui ne me pousse à le haïr ou essayer de lui nuire. Même si je dois avouer qu'il m'en faut beaucoup pour me pousser dans cette attitude.
Sa comparaison me déconcerte un peu... J'ai tout de même conscience d'être de nature gentil car on me le fait souvent remarquer... Mais je ne pensais pas que lui aussi l'avait vu. A vrai dire je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de lui montrer à cause de mes énervements fréquents...
Tout en déposant mon assiette, je réponds :

"C'est sympas ce que tu dis... Mais moi je ne sais pas grand chose... Je sais juste que ton attitude m'énerve car le mépris ça m'exaspère et ça me blesse. Et encore je pensais que c'était juste avec moi car je suis ta doll. Mais du reste, tu ne m'as jamais tyrannisé non plus.
Cependant je reste sur ce que j'ai dit, si tu étais plus respectueux avec les gens, tu aurais sans doute de meilleurs résultats. Comme on dit, c'est un truc qui va dans les deux sens. Alors je pense que si tu fais des efforts, tu en recevras en retour."











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Lun 8 Sep - 23:35





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je tourne légèrement la tête vers Raven, alors que ce dernier me rejoint pour débarrasser la table. Il a toujours fait ça. Quoi qu'il se passe, jamais il ne me laisserait faire quelque chose seul, comme s'il se sentait un peu redevable sous prétexte qu'il vit à mes crochets. Honnêtement, ça me surprend toujours un peu, mais je ne vais pas m'en plaindre. Cet aspect-là chez lui n'est pas inintéressant.

Par contre, je ne pensais pas qu'il aurait autant de choses à dire sur ce qu'il vient de se passer :

« C'est sympa ce que tu dis... Mais moi je ne sais pas grand chose... Je sais juste que ton attitude m'énerve car le mépris ça m'exaspère et ça me blesse. Et encore je pensais que c'était juste avec moi car je suis ta doll. Mais du reste, tu ne m'as jamais tyrannisé non plus.  
Cependant je reste sur ce que j'ai dit, si tu étais plus respectueux avec les gens, tu aurais sans doute de meilleurs résultats. Comme on dit, c'est un truc qui va dans les deux sens. Alors je pense que si tu fais des efforts, tu en recevras en retour. »

Si je suis surpris ? Clairement. Je ne m'attendais pas vraiment à entendre Raven parler de la sorte, et ses mots me laissent sans voix, un premier temps. Abasourdi, je cligne des yeux un instant, observant l'homme qui est officiellement ma Doll. C'est rare de l'entendre parler autant, et sa voix rauque et douce me donne des frissons le long de l'échine, jusqu'à la naissance de ma nuque. Hypnotisé un court instant, je mets quelques secondes à réagir, avant de souffler :

« En clair, tu veux que je fasses des efforts. »

Je crois les bras en l'observant, pas tout à fait certain de l'attitude que je dois adopter. D'un côté, j'ai envie de le repousser, de l'empêcher de se mêler de mes affaires...Mais d'un autre, j'ai juste envie de lui dire tout ce que j'ai sur le coeur, de me confier comme un enfant le ferait dans les bras de son père.
Qu'est-ce que Raven est en train de faire de moi...
Je me reprends, répliquant un peu plus froidement, cette fois :

« Ce que tu dis, c'est bien joli en théorie, mais en pratique, c'est bien plus difficile. On a pas été élevé de la même façon. Pour moi, dans ce monde, il n'y a que trois catégories de personne : Les alliés, les ennemis et les larbins. Le respect n'est prit en compte que lorsque les engagements sont respectés eux aussi. Et quand je vois que mes propres collègues ne le font pas, disons que ça me rend d'autant plus étroit d'esprit. »

Je passe une main dans ma chevelure, soupirant profondément. Je ne sais pas pourquoi je m'entête à lui expliquer alors que nous n'avons clairement pas la même façon de voir les choses. Sans un mot de plus, je retourne dans le fauteuil, le même sur lequel je siégeais lorsque Raven à poser ses lèvres dans mon cou...
Retenant mes rougeurs, je toussote, et lâche un soupir de fatigue.

« D'ailleurs, selon ta théorie, je dois faire des efforts le premier et espérer que ça porte ses fruits. C'est bien ça ? Ça ne me plait pas... »

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mar 9 Sep - 8:59

undisciplined



J'attends sa réponse, un peu anxieux. Je n'ai jamais vraiment abordé ce genre de débat sérieux et délicat avec lui. D'ailleurs ce n'est pas très courant que l'on discute autant lui et moi. Pourtant, à force, je commence de plus en plus à essayer de le comprendre... Et la scène de ce soir me pousse un peu plus à le faire.

« En clair, tu veux que je fasses des efforts. »

Plus ou moins... Enfin, ce n'est pas exactement le message qu je voulais faire passer... Néanmoins, il en faisait bien sur parti, mais je ne disais pas seulement ça pour moi... C'était un peu pour lui, surtout avec ce que je viens de constater ce soir. Mais c'est compréhensible qu'il l'ai comprit ainsi. Et puis c'est un peu dure de le tourner autrement.

« Ce que tu dis, c'est bien joli en théorie, mais en pratique, c'est bien plus difficile. On a pas été élevé de la même façon. Pour moi, dans ce monde, il n'y a que trois catégories de personne : Les alliés, les ennemis et les larbins. Le respect n'est prit en compte que lorsque les engagements sont respectés eux aussi. Et quand je vois que mes propres collègues ne le font pas, disons que ça me rend d'autant plus étroit d'esprit. »

J'écoute avec attention ses paroles, méditant sur cette réponse froide et dénuée d'émotion. Il est claire que nous appartenons à deux mondes complétement différents... Et il ne connait pas le mien tout comme je ne connais et ne comprend rien du siens. Je me demande si c'est bien utile d'essayer de faire passer mes idées... Je commence même à croire que je ne comprendrais jamais une telle personne. Enfin... ce doit être possible, mais il me manque tellement d'élément pour y parvenir... Et je doute qu'il finisse par me les donner lui même. Mais sans ça je ne pense pas que je pourrais en découvrir plus sur lui.
Alors dois je abandonner et continuer de lui tenir tête à chaque fois qu'il me blesse ?
Mais je ne dois pas oublier que je suis coincé avec lui pour un moment encore... Combien de temps exactement, je l'ignore...
Alors autant essayer de mettre ça à profit puisque je n'ai pas vraiment grand chose d'autre à faire.
Du moins pour le moment... Tant que Xiao Lu sera hospitalisé, je n'aurais pas trop de problème à rester avec lui. Mais après...

Je secoue légèrement la tête, me sortant ces pensées de l'esprit tandis que Qian va rejoindre le salon. Ce n'est pas vraiment le moment de réfléchir à ça...
Je fais de même et le rejoint, constatant qu'il a reprit la même place que tout à l'heure, ce qui ne manque pas de me rappeler ce que j'ai fait un peu avant. Le souvenir encore tout frais de ces sensations refait surface dans mon esprit mais je m'empresse de le chasser...

« D'ailleurs, selon ta théorie, je dois faire des efforts le premier et espérer que ça porte ses fruits. C'est bien ça ? Ça ne me plait pas... »

C'est vrai que c'est ce que j'ai sous entendu... Mais en y repensant, je ne sais pas ce qui m'a prit de penser qu'il accepterait de faire ça.
Et je doute que ça changerait quelque chose si je faisais des efforts en premier... Mais peut être que je devrais tenter ? Enfin... Si j'y parviens. Mais il est vrai que lui tenir uniquement des beaux discours n'avancera pas à grand chose si ça ne prouve rien... Mais honnêtement, j'ignore si je suis prêt à faire ce genre de concession...
M'installant en face de lui, je ferme les yeux quelques secondes, pensif. Il faudrait que je me reprenne un peu... Après tout je devrais peut être prendre un peu sur moi et arrêter de réagir au quart de tour comme un gamin des que quelque chose me déplait.
Relevant finalement les yeux vers lui, je répond, la mine sérieuse :

« Je ne parlais pas uniquement pour mon cas. Mais de toute façon je vois que quoi que j'essaie d'expliquer je ne suis pas vraiment convaincant.
Je peux essayer de faire des efforts... Mais je doute de tenir si je vois que ça ne sert à rien. »


Je ne lui ai rien promis, mais je peux essayer de faire ça... En espérant que ça changera quelque chose. Mais je ne devrais sûrement pas trop espérer, il risque de me décevoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Mer 10 Sep - 5:07





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je vais de surprise en surprise, avec Raven. Ça fait plusieurs mois qu'on vit ensemble, mais d'aussi loin que je me souvienne, c'est bien la première fois que nous discutions aussi sérieusement tous les deux.
C'est troublant.

« Je ne parlais pas uniquement pour mon cas. Mais de toute façon je vois que quoi que j'essaie d'expliquer je ne suis pas vraiment convaincant. »

En effet, il ne l'est même pas du tout. Mais ce n'est pas totalement sa faute...C'est simplement que sa vision du monde est trop différente de la mienne. Tout nous oppose, alors je ne suis pas certain que nous parvenions à se faire comprendre l'un l'autre.

« Je peux essayer de faire des efforts... Mais je doute de tenir si je vois que ça ne sert à rien. »

Je garde le silence, réfléchissant longuement à chacun de ses mots. Quelque part, je suis surpris qu'il fasse autant d'effort pour moi. Je n'ai pas vraiment l'habitude qu'on s'intéresse humainement à moi...Du moins, pas de cette manière.
Au prix d'un effort considérable, j'inspire profondément, avant de répondre doucement :

« Je vais essayer. Mais je ne te promets rien. »

Pour être honnête, je suis quasiment sûr de ne pas en être capable. Personne ne m'a jamais appris ce qu'était le respect, alors sur qui suis-je censé prendre exemple ? A part Raven, justement...
Sans le quitter des yeux, je le dévisage longuement, avant d'ajouter :

« Pourquoi tu t'acharnes autant avec moi ? Tu es censé me détester... »

Du coup, ça ne devrait pas l'intéresser d'en savoir sur moi, non ? Intrigué, et décidé à le taquiner un peu, je me redresse de mon fauteuil pour m'avancer vers lui, qui était jusque là face à moi. Je m'assoies à côté de lui, sur le canapé, et l'observe longuement. Un léger frisson remonte le long de mes bras, comme si mon corps réagissait à la simple proximité physique de celui qui est ma Doll. Cette fois, nous sommes très proches l'un de l'autre, et je ne peux m'empêcher de le trouver d'autant plus beau, vu de près. C'est un fait, Raven est vraiment un bel homme. Sa voix grave et douce ne font que lui offrir un peu plus de charme encore. Sans parler de sa façon de voir le monde. Même si je ne comprends pas, et que je l trouve naïf, il n'en reste pas moins intéressant, et intriguant. Le genre d'homme qui me plait, en plus de ça...
Penché en avant, je tourne la tête sur le côté pour le regarder, appuyant mes coudes sur mes genoux :

« Qu'est-ce que tu penses de moi...? »

Jusqu'ici, il n'a fait que me dire que mon attitude le mettait en colère. Mais en dehors de ça ? Je ne m'attends pas à grand-chose, j'étais vraiment persuadé qu'il me détestait jusqu'ici. Mais apparemment, ce n'est peut-être pas le cas.
Et d'ailleurs, c'est aussi la première fois que je m'intéresse à ce qu'on pourrait penser de ma personne.
Lentement, j'en viens même à baisser la main pour effleurer le genou de Raven du bout des doigts. Pour savoir comment il va réagir. Parce que jamais, jamais je n'ai initié de contact physique depuis que nous nous connaissions.  Sans être trop provocant, ou brutal, j'effleure juste son genou du bout de mes doigts pour qu'il se concentre sur moi, et sur la réaction que ça risque de lui donner. Va-t-il être surprit ? En colère ? Avoir peur ?
Je ne le quitte plus des yeux, plongeant mon regard dans le sien, alors que le silence de la pièce n'est interrompu que par nos souffles réguliers. Il n'y a que quelques centimètres qui nous séparent, si bien que je sens le parfum de sa peau effleurer mes sens avec douceur.

Et j'adore ça.


code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Jeu 11 Sep - 8:25

undisciplined



J'attends sa réponse, le détaillant du regard. Étant donné sa mimique, j'ai l'impression que ma suggestion ne lui a pas vraiment plus... Pourtant, après quelques secondes durant lesquels il semble réfléchir, il finit par déclarer :

« Je vais essayer. Mais je ne te promets rien. »

Je suis un peu soulagé d'entendre ça... Je m'étais presque préparé à comprendre que mes efforts seraient vainc...
Si l'on parvenait réellement à s'améliorer l'un envers l'autre, je pense que les choses évolueraient considérablement entre nous... Ce qui ne serait peut être pas plus mal étant donné le temps que nous passons ensemble. De plus je n'ai aucune idée du temps qu'il me reste à passer à ses côtés. Mais déjà depuis ces trois mois, je n'ai presque vu personne hormis lui... Et souvent, je n'ai rien d'autre à faire que de me focaliser sur lui quand ce n'est pas Xiao Lu qui me hante.

« Pourquoi tu t'acharnes autant avec moi ? Tu es censé me détester... »

Pourquoi donc ? Pour les mêmes raisons que celles que je viens de citer.. Après tout, je passe presque toutes mes journées avec lui, on mange ensemble, on vit ensemble, je l'accompagne à son travail... A ce stade, c'est presque naturel que je développe de l’intérêt pour lui.
Quant à son affirmation, elle n'est pas fondée... Il y a qu'une seule personne que je pense vraiment détester... Et il est tout de même loin d'atteindre ce degré. Puis hormis notre relation conflictuelle, d'un côté, c'est indirectement grâce à lui que j'ai pu m'en sortir. Du moins, que j'ai pu payer l'hospitalisation de Xiao Lu. Mais pour moi, c'est comme si il s'agissait de ma propre vie...

Alors que je suis perdu dans mes pensées, ignorant vraiment comment formuler ma réponse, je ne remarque qu'il se lève que lorsqu'il s'installe prêt de moi. Vraiment prêt... Je sors alors de mes réflexions, surpris d'une telle proximité...
Il est déjà arrivé qu'il ait des gestes un peu proche comme tout à l'heure à son bureau, mais je suis toujours autant surpris... Et cette fois ci plus que les autres...  

« Qu'est-ce que tu penses de moi...? »

La question en elle même me déconcerte un peu, surtout que pour moi c'est un peu difficile à expliquer. Mais sa proximité me déstabilise complètement, me mettant mal à l'aise...Bien sur devant lui, j'essaie de ne pas le laisser paraitre... Mais à cause de ça mes pensées s'embrouillent complètement et je ne parviens pas à former une réponse...
Néanmoins, c'est encore pire lorsque ses doigts viennent effleurer mon genou, faisant ainsi remonter un long frissons le long de mon dos. Je suis moi même surpris qu'il me fasse autant d'effet... Mais je n'ai pas l'habitude d'être approché par des hommes, et actuellement, la situation ainsi que l'ambiance de cette soirée contribuent à ma gêne. Ce n'est pas comme dans son bureau ou la colère me faisait oublier tout ça. Et puis le contexte était tout de même bien différent...

Je reste stoïque, regardant devant moi, essayant de me reprendre. On dirait bien qu'il me rend quelque peu la pareil quant à tout l'heure... Sauf que moi j'ai été pire...
J'inspire un coup et essaie de formuler mentalement à ma réponse, laissant passer un petit moment, le temps que mes idées se remettent un peu en place

« Di...Disons que c'est un peu compliqué... Tu es quelqu'un de compliqué... Je marque une petit pause, avant de répondre. J'ai l'impression qu'il y a un certain mal-être chez toi, qui te pousse à te comporter ainsi...
Mais contrairement à ce que tu as te sous entendu, je ne te déteste pas... A vrai dire... Il n'y a qu'une seule personne dont je pense pouvoir affirmer que je la déteste. Et tu n'as pas ces critères... Pour le reste, je vis chez toi et un peu grâce à toi alors...
Je ne termine pas ma phrase, ne sachant pas comment m'exprimer... Après un quelques secondes, je finis par ajouter : Je pense que tu es malheureux, Qian... »

J'ai bien du mal à m'exprimer clairement... Et je n'arrive pas à déterminer avec exactitude si il s'agit de la question ou du geste...
Mais je finis par suivre son jeu et me tourne vers lui, rapprochant un peu plus nos deux corps, si bien que je peux sentir toute sa jambe contre la mienne. Je plante alors mon regard dans le sien, tentant de simuler l'assurance malgré ma gêne et demande :

« Et toi, que penses tu de moi ? Dans quel catégorie me mets tu ? Suis je un allié, un ennemis ou un "larbin" ?»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Ven 12 Sep - 5:54





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je dévisage longuement Raven du regard, atendant patiemment sa réaction. Comme prévu, il ne devait pas s'attendre à ce que j'agisse de la sorte avec lui. Ce qui est normal, étant donné que depuis le début de notre relation, je me comporte avec lui comme s'il s'agissait d'un animal de compagnie.
Et pour la première fois, je commences à regretter mon comportement. Il est différent des autres. Il ne s'intéresse pas à ma fortune -du moins, pas de la même manière que les autres-  ou ma position au sein de l'entreprise.
Oui, il est différent. Et actuellement, le sentir légèrement déstabilisé par ma proximité me plait énormément. Je le vois inspirant une bouffée d'air, comme pour se reprendre, et l'observe d'un air neutre, cherchant à caché mon amusement. C'est vraiment intéressant...

« Di...Disons que c'est un peu compliqué... Tu es quelqu'un de compliqué... »

Surprit, je cligne des yeux, mais préfère ne pas l'interrompre, mainenant qu'il est lancé. Je veux vraiment savoir :

« J'ai l'impression qu'il y a un certain mal-être chez toi, qui te pousse à te comporter ainsi...Mais contrairement à ce que tu as sous entendu, je ne te déteste pas... A vrai dire... Il n'y a qu'une seule personne dont je pense pouvoir affirmer que je la déteste. Et tu n'as pas ces critères... Pour le reste, je vis chez toi et un peu grâce à toi alors... »

J'écarquille les yeux, abasourdi. Tout d'abord, je ne peux m'emp^cher de penser à cette personne qu'il évoque. Raven déteste donc réellement quelqu'un ? Il a l'air tellement calme et doux pourtant, que je l'imagine mal ressentir ce genre d'émotion négative...Et ça me rend curieux. Qui est cette personne ? Un homme, ou une femme ? Et surtout, pourquoi Raven la déteste-elle ?
Mais en même temps, je me sens terriblement rassuré. Il ne me déteste pas...

« Je pense que tu es malheureux, Qian... »

Cette fois, mon coeur tressaute violemment contre ma cage thoracique. C n'est plus de la surprise, mais de la stupeur que je ressens. C'est la pemière fois, la toute première fois que quelqu'un me le dit. Que quelqu'un le remarque. Il a vu que j'étais malheureux...Alors que moi-même, je n'ai jamais osé me le dire.
Plus que perturbé, troublé, et perdu, j'ai bien du mal à soutenir son regard lorsqu'il se tourne vers moi. Son corps se rapproche et entre en contact avec le mien, me donnant des frissons le long de mes bras, lorsque sa jambe se retrouve contre la mienne. Cet homme à tendance à me donner chaud, et ce soir plus que d'habitude.
Et avec ce qu'il vient de me dire, ça ne va pas m'aider à me calmer.

« Et toi, que penses tu de moi ? Dans quel catégorie me mets tu ? Suis je un allié, un ennemis ou un "larbin" ?»

Pour être honnête, sa question me laisse sans voix. Je ne pensais pas qu'il y attacherait de l'importance. Il veut savoir ce qu'il représente pour moi ? J'ouvre lentement ma bouche, mais hésite un instant à lui dire la vérité. Si je lui dis réellement ce que je pense de lui...Qu'est-ce que ça va entraîner ? Qu'est-ce qu'il va en penser ? Fermant les paupières un instant, je finis par murmurer :

« ...Tu n'entres dans aucune de ces catégories. Tu es ma D... »  J'hésite un instant, et me mords la lèvre. Non. Il n'est pas simplement "ma Doll". C'est plus que ça. Cette fois, je me décide à aller jusqu'au bout de ma révélation, et je reprends.

« Tu es Raven. Tu es unique. »  

Je l'observe longuement dans les yeux, troublé par l'ambiance qu'il règne entre nous. Est-ce qu'il l'a remarqué aussi ? Depuis que je me suis rendu compte de ma préférence pour les hommes, je n'en ai pour autant jamais rencontré un qui me fasse autant d'effet que lui. Et pourtant, des bels homms, j'en côtoie beaucoup , que ce soit dans les soirées d'inauguration ou au bureau. Mais Raven...Il a un charme unique, indéniable. Je pourrais en écrire un livre, si seulement j'en avais le temps. Mais je ne le veux pas. Il ne faut pas que je me laisse entraîner par son charisme, sa voix, et tout ce qu'il m'inspire. S'il y arrive, je sais pris au piège. Dans ses filets. Et il me quittera pour redevenir un humain normal, libre et sans entrave.

J'ai l'habitude d'être seul. Je l'ai été toute ma vie. Mais depuis qu'il est là...Je commence à être accro à sa présence, et nos dîners.
Je veux qu'il reste à mes côtés.
Mais actuellement, son regard me perturbe et finalement, je me redresse, coupant le contact de nos corps pour me mettre debout. Inspirant doucement, j'hésite un peu, et me retourne vers lui pour l'observer, alors qu'il est toujours assis :

« Tu sais jouer aux échecs ? On va se faire une partie tous les deux. »

D'habitude, je le laisse tranquille. Mais ce soir, rien n'est comm d'habitude, et j'ai envie de le connaître un peu plus. Prenant ma boite de jeux d'échecs, jusqu'ici ranger dans un placard, je pose le tout sur la table basse devant lui :

« Mais on va changer un peu les règles. A chaque fois que l'un de nous mange un pion de l'autre, il a le droit de poser une question. Quand je te mange un pion, j'aurais le droit de te poser une question, n'importe laquelle, et tu devras y répondre. Mais si tu n'en as pas envie, tu pourras garder le silence, mais en échange tu devras enlever un vêtement. Et vice-versa bien sûr, si tu parviens à me manger des pions, tu pourras me poser des questions aussi. »

Et bien sûr, si certaines me paraissent trop personnelles, j'enlèverais un vêtement aussi. Honnêtement, je n sais pas ce qu'il me prend, je n'ai jamais fait ça...Mais quelque part, je me dis que c'st une bonne idée pour apprendre à le connaître un peu. Sa couleur préféré, ce qu'il aime faire dans la vie...S'il est amoureux...Et qui est cette personne qu'il déteste.
Je m'apprête à ajouter, en voyant son air surprit, qu'il n'a pas le choix car il me dois obéissance. Mais je me reprends au dernier moment en m souvenant de ce qu'il avait dit, et faisant un gros effort sur moi, je souffle :

« Mais si tu n'as pas envie, je ne vais pas te forcer... »

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Ven 12 Sep - 23:27

undisciplined



« ...Tu n'entres dans aucune de ces catégories. Tu es ma D... »

Sa Doll, c'est vrai... Moi même parfois il faut bien que je me rappelle de ma place, même si elle est loin de me plaire...
Cependant, je dois aussi me rappeler du pourquoi je suis la. Et même si je n'aime pas ça, c'est aussi ça qui m'a permis d'obtenir ce prêt...

« Tu es Raven. Tu es unique. »

J’écarquille les yeux à sa seconde réponse, surpris, cherchant quelque chose sur son visage. Au dernier moment il s'est repris afin de modifier ce qu'il allait dire... Je pourrais ne pas y croire, mais il s'agit de Qian. Il n'aurait sûrement pas dit quelque chose de ce genre si ce n'était pas vrai. Le connaissant, il ne se serait pas gêné pour me rabaisser comme il sait si bien le faire.  A moins que cela vienne de notre précédent accord ? Mais j'ai tout de même du mal à y croire...
Néanmoins, je pensais qu'il m'aurait classer dans les "larbins" étant donné mon statut... Après tout, même si j'ai du mal à l'admettre, il m'a tout de même acheté comme on le ferait pour un animal ou un esclave...
Pourtant, mon regard plongé dans le sien ne décèle aucune trace d'ironie ou de mensonge. A vrai dire il semble même un peu déstabilisé lui aussi...  
Serait ce alors qu'il m'estime plus que ce qu'il me montre...? Du moins, si j’interprète correctement sa phrase.  Pourtant de ce que je comprend, il me considère assez pour ne pas me mettre dans ses catégories toutes faites...
Je crois que pour le moment, même si j'ai beau réfléchir ou attendre un signe de sa part, qui ne viendra sûrement pas, je ne sais pas quoi faire de ça...

Soudainement, il se lève, me tirant de mes réflexions. La chaleur de son corps qui me perturbait tant quitte alors le mien.  

« Tu sais jouer aux échecs ? On va se faire une partie tous les deux. »

Décidément il ne cesse de me surprendre ce soir... Une partie d'échec... C'est vraiment la dernière chose que j'aurais pu imaginer vu la situation...
Ma mère m'avait apprit ce jeu et il nous arrivait de faire quelques parties, mais ça fait vraiment longtemps...  Si je me concentre un peu je me remémorerais sans doute les déplacements, mais question tactique, je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de m'exercer.

« Mais on va changer un peu les règles. A chaque fois que l'un de nous mange un pion de l'autre, il a le droit de poser une question. Quand je te mange un pion, j'aurais le droit de te poser une question, n'importe laquelle, et tu devras y répondre. Mais si tu n'en as pas envie, tu pourras garder le silence, mais en échange tu devras enlever un vêtement. Et vice-versa bien sûr, si tu parviens à me manger des pions, tu pourras me poser des questions aussi. »

J'écarquille les yeux, assimilant difficilement ce qu'il vient de m'annoncer. D'ou lui sort ce jeu...? Et dire que quelques secondes auparavant, c'était juste la proposition d'une partie qui me surprenait...
Vraiment, j'ai bien du mal à le comprendre... Qu'est ce qui lui passe par la tête ?

« Mais si tu n'as pas envie, je ne vais pas te forcer... »

Je reste un long moment silencieux, ignorant quoi lui répondre... Comme je l'ai déjà dit, je risque d'avoir un peu de mal avec ce jeu, ce qui me pose quelque peu en position de faiblesse, il aura sûrement plus d'occasion de m'interroger que moi... Et si je me retrouve contraint de parler de Xiao Lu ? Ce n'est pas comme si il s'agissait d'un lourd secret... Mais j'ignore sa réaction si il savait... Et puis je ne veux pas qu'i soit mêlé à ça, un point c'est tout...
Quoi que je peux toujours refuser de lui dire... Mais il y'a la règle des vêtements qui me laisse septique... Je me vois mal me déshabiller devant lui surtout avec le rapport ambiguë que l'on entretient, ainsi que les précédents événements de la soirée...
Sans le vouloir je repense au moment ou il s'est approché et a glissé les doigts sur mes genoux... A ce moment la, je n'ai pas été neutre, j'ai été gêné, gêné par lui... Alors qu'en sera t-il si je viens à refuser de répondre...? De plus, je suis vêtu assez simplement ce qui ne me laisse pas vraiment d’échappatoire...

Mais d'un autre côté, ce duel m'attire... Il me donne envie d'essayer. J'aurais peut être l'occasion de lui poser quelques questions qui me travaillent. Et puis, pour moi, ça sonne un peu comme un défi entre nous, ce qui me donne envie de me laisser prendre au jeu. J'aurais peut être l'occasion de le mettre en position de faiblesse...

« Je me demande vraiment ce qui te passe par la tête... Tu veux en savoir plus sur moi ? Pourquoi ?
Et puis je risque d'être désavantagé, j'ai eu l'occasion d'apprendre, mais je n'ai jamais beaucoup pratiqué. Pourtant, parfois je me pose quelques questions, ce qui me pousse à accepter...  »


Et puis... Si vraiment je trouve que ça part trop loin je n'aurais qu'à refuser de continuer... Il ne peux pas m'y forcer, comme je le pense souvent, il n'a pas un plein contrôle sur moi, contrairement à ce qui semble penser.

« Rappelle moi juste les règles avant, au cas ou... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Lun 15 Sep - 3:14





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je lève les yeux vers Raven, pas vraiment surpris de le voir si étonné par ma proposition. Tout est tellement différent de d'habitude entre nous, ce soir...
Et même s'il semble hésiter, je devine son envie de relever mon défi, et peut-être d'en apprendre un peu plus sur moi en même temps. Pourquoi pas ? Peut-être qu'il me surprendra une nouvelle fois.

« Je me demande vraiment ce qui te passe par la tête... Tu veux en savoir plus sur moi ? Pourquoi ?
- Parce que tu m'intéresse. »

Je n'ai pas pu m'empêcher de répondre, sans même prendre une seconde pour réfléchir. Oui, il m'intéresse et m'intrigue. J'ai envie de le connaître un peu plus, de le cerner, de découvrir tout ce que je ne sais pas encore. Est-ce qu'il s'en doute ? Il réveille une curiosité et un intérêt en moi que je croyais endormis à jamais...

« Et puis je risque d'être désavantagé, j'ai eu l'occasion d'apprendre, mais je n'ai jamais beaucoup pratiqué. Pourtant, parfois je me pose quelques questions, ce qui me pousse à accepter...  »

Je me contente d'hausser les épaules, même s'il a raison. Je joue souvent, seul, pour passer le temps, réfléchir, et me reposer. Ce jeu m'apaise, et j'aime les échecs. Sans compter que j'ai un cerveau plus rapide que la moyenne. Donc oui, s'il ne s'est pas entraîné régulièrement, il risque d'être un peu désavantagé. Mais c'est là tout l'intérêt, pour moi.

« Rappelle moi juste les règles avant, au cas ou... »

Je retiens de justesse mon sourire victorieux, cherchant à garder un visage neutre au possible. Pourtant, je suis plus que ravi qu'il accepte mon petit défi. Je prends les pions blancs et les places, afin qu'il puisse faire de même avec les noirs sans se tromper.

« J'imagine que tu te rappelles des bases. Chaque pièce est sur une seule case, et chaque case ne peut être occupée que par une seule pièce. Chaque joueur possède initialement un roi, une reine, deux fous, deux cavaliers, deux tours et huit pions. Au niveau des déplacements, les bords de l'échiquier sont infranchissables par les pièces. Aucune pièce ne peut venir occuper une case déjà occupée par une pièce de son propre camp. Une pièce amie ou une pièce adverse qui se trouve sur la même colonne, rangée ou diagonale qu'une Dame, une Tour, ou un Fou constitue un rempart au delà duquel ces pièces à longue portée ne peuvent sauter. »

Je poursuis en montrant les pièces en même temps :

« Le roi se déplace d'une seule case dans n'importe quelle direction. Il est interdit à un joueur de mettre son propre roi en échec. La tour, le fou et la dame sont des pièces à longue portée, cela signifie qu'elles peuvent se déplacer de plusieurs cases en un seul coup, en ligne droite, tant qu'elles ne sont pas limitées par l'obstacle infranchissable que constitue toute autre pièce, adverse ou non.
Le cavalier est la seule pièce sauteuse -sa case d'arrivée doit être soit inoccupée, soit occupée par une pièce adverse, il n'y a pas d'interception possible comme pour les pièces de ligne -  Son mouvement combiné correspond à deux cases dans une direction comme une Tour puis une case dans une direction perpendiculaire toujours comme une Tour. Ça forme un L, si tu te souviens un peu. On peut aussi considérer qu'il se faufile entre les pièces, ou bien qu'il avance d'une case comme la tour (peu importe l'occupation de cette première case) puis d'une case comme le fou dans la même direction. Le cavalier se déplace sur une des cases les plus proches de celle sur laquelle il se trouve, mais pas sur la même colonne, traverse ou diagonale. Le pion se déplace droit devant lui d'une seule case à chaque coup et sans jamais pouvoir reculer. Dans les deux cas la case d'arrivée doit être libre de toute pièce amie ou adverse, le pion ne peut pas capturer de pièce adverse de la même façon que les autres pièces. Quand le pion arrive sur la dernière rangée, il doit se transformer en une pièce de même couleur au choix du joueur parmi dame, tour, fou ou cavalier. La tour se déplace en suivant les colonnes ou les rangées. Le fou se déplace en suivant les diagonales, sachant qu'il se déplace toujours sur les cases d'une même couleur. La dame peut se déplacer dans toutes les directions et sans limite, elle cumule les déplacements de la tour et du fou, cela en fait la pièce la plus puissante du jeu.
»

J’inspire profondément, après avoir terminé mes explications, avant de regarder Raven :

« Je commence. Tu vas vite reprendre les habitudes, petit à petit, si tu as déjà joué. »

Je bouge alors mon premier pion, inoffensif. Raven fait de même, et le début de la partie est assez calme. Du moins, jusqu’à ce que je ne décèle une ouverture dans son jeu. Sans attendre, je lui vole un pion, et ravi de mon effet, n’hésite pas à souffler :

« Bien. Première question... » Je décide de commencer doucement pour ne pas l’effrayer : « C’est quoi le genre de bijoux que tu préfères ? Je te vois en porter de temps en temps mais…Tu aimes les bagues, les colliers ? En or, argent, pierre noire…? »


code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Lun 15 Sep - 6:30

undisciplined



J'écoute attentivement ses instructions, plaçant mes pions en même temps que lui. Au fur et à mesure qu'il me cite les règles, je les assimile facilement, signe que ma mémoire m'aide. Je reste tout de même bien concentré afin de ne pas laisser échapper quelque chose. Après tout il faut mieux que je comble mes faiblesses, surtout quand les enjeux de la parties sont aussi "périlleux".

Une fois qu'il termine ses explication, il commence la partie et je fais de même. Je n'ai jamais eu de véritable intérêt pour ce jeu. Même si une partie peut être sympas, je pense que je me lasserai vite de plusieurs parties répétées. Mais ce soir, les règles sont différentes, plus dangereuses, mais également plus intéressantes... Je sais déjà, en gros, quelles questions je vais lui poser si j'en ai l'occasion. Mais je suis également curieux de savoir ce qu'il va me demander, lui... Il n'y a que la perceptive d'une question à propos de ma dette qui m'inquiète un peu et auquel je refuserais sûrement de répondre. Mais du reste, je ne vois pas trop ce qui pourrait me mettre dans l'embarras...  

Après un début assez neutre, je finis tout de même par perdre mon premier pions. Voilà qui va un peu répondre à mes interrogations... Je lève alors les yeux vers lieu, légèrement anxieux.

« Bien. Première question...  C’est quoi le genre de bijoux que tu préfères ? Je te vois en porter de temps en temps mais…Tu aimes les bagues, les colliers ? En or, argent, pierre noire…? »

Je l'observe, un peu incrédule face à sa question... Quel est son intérêt à savoir ça..? Je m'attendais à quelque chose de bien plus personnel que mes goût...
Le "je te vois" m'interpelle également un peu... Ça veut dire qu'il y fait attention ? Il est vrai que ça peut m'arriver d'en mettre, mais jamais rien d'extravagant. Souvent ce sont d'ailleurs de petits bracelets en ficelles, on ne plus simple.

« Mh... Ce n'est pas la chose à laquelle j'accorde le plus d'importance, à part ça je préfère les bracelets, plutôt simples.  »

Je n'ai d'ailleurs jamais eu l'idée de dépenser de certaines sommes dans l'acquisition de chose de ce genre. Le matières assez précieuses qu'il a cité ne font pas vraiment partie de mon monde.

Comme c'est à mon tour de jouer, je reporte mon attention sur l’échiquier essayant d'analyser au mieux la situation et de ne pas jouer une action inutile. Cependant, ici ce n'est pas vraiment de gagner la partie qui compte non ? Mais plutôt avoir la possibilité de poser une question. Après quelques réflexions, je finis par bouger un pions et prendre l'un des siens avant de lever les yeux vers lui.
Etant donné qu'il semble doué, je n'aurais peut être pas tout le temps cette occasion, alors mieux vaut bien méditer sur ma question.

« Bon, à moi... Tout à l'heure, tu as dit que personne ne t'a jamais respecté, que sous entendais tu dans cette phrase ? »

Ces paroles m'avaient un peu marquées lors de notre précédentes conversation et il semblerait qu'elles n'aient pas manqué de se graver dans ma mémoire. Savoir ce qu'il voulait dire pourrait m'aider à mieux comprendre son attitude.
mais encore faut il qu'il accepte de répondre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Lun 15 Sep - 10:51





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je soutiens le regard de Raven, alors qu'il m'observe d'un air incrédule. Je me doute qu'il doit être troublé par ma question. J'attends patiemment sa réponse, je ne pense pas qu'il me cacherait ça...Ce n'est rien de très personnel.

« Mh... Ce n'est pas la chose à laquelle j'accorde le plus d'importance, à part ça je préfère les bracelets, plutôt simples.  »

Je note sa réponse intérieurement, dans un coin de ma tête. Ça pourrait m'être utile dans les prochains jours après tout...
Je me reprends, alors que Raven observe longuement le plateau de jeu. Il a l'air très concentré, et je me demande s'il trouvera le moyen de me dérober mon pion. Rapidement, il met fin à mes questionnements, avalant l'un de mes soldats avec aisance. Pour être honnête, je ne pensais pas qu'il y arriverait si vite, et je redresse la tête, alors qu'il prend la parole. Que va-t-il me demander ?

« Bon, à moi... Tout à l'heure, tu as dit que personne ne t'a jamais respecté, que sous entendais tu dans cette phrase ? »

Je cligne des yeux, ne m'attendant pas du tout à une telle question. C'est la première chose qui lui soit venue à l'esprit ? Pour être honnête, je n'ai pas envie de répondre, vraiment pas. Je baisse les yeux sur la chemise que je porte. Devrais-je l'enlever ? ça m'éviterais de répondre. Je lève lentement la main à mon col, et en ouvre le tout premier bouton, lentement, dévoilant mon cou. Ce même cou que les lèvres de Raven à eu l'occasion de goûter mois d'une heure auparavant. Repenser  ce souvenir me fait frissonner, et je ml'arrête, en baissant les yeux sur ma main. Automatiquement, je repense à toutes les cicatrices qui constellent mes poignets.
Je refuse de lui montrer ça.
Abaissant à nouveau ma main, j'inspire profondément, me doutant que mon attitude doit lui paraître bizarre, et souffle :

« J'ai été conçu pour reprendre l'entreprise de mon père. Mes parents m'ont élevé en me frappant avec une ceinture, afin de me modeler comme ils le souhaitaient, sans rébellion de ma part. Mon professeur particulier ne m'a jamais regardé dans les yeux, comme si je n'existais pas. C'était peut-être d'ailleurs le cas, pour lui, étant donné qu'il n'a jamais retenu mon prénom. Même la femme de ménage me crachait dessus quand on se croisait. Ça l'a faisait rire, elle et sa soeur. J'ai beau réfléchir, et tenté de me souvenir, je ne me rappelle pas qu'on m'ait respecté un jour ou appris à respecter les autres. J'ai juste retenu qu'il fallait écraser les autres avant de se faire écraser soi-même. Tu as dû le comprendre avec la visite de tout à l'heure, non ? »

Après tout, si je n'avais pas fait mes petites enquêtes sur cet employé, il aurait vraiment pu me faire coulé, avec ses documents et ses signatures. Mais je m'en doute, depuis le début, qu'ils ne m'apprécient pas. C'est aussi pour ça que j'ai agi en conséquence.
J'observe Raven en silence, avant de baisser les yeux sur le jeu, pour l'étudier. De toute façon, que Raven me croit ou pas, ça n'a aucune importance. Mais en tout cas, il est la seconde personne au monde à qui j'ai osé parlé de ça. Et ça me surprends moi-même, pour être honnête. Je le sens surpris, mais ne m'attarde pas trop longtemps sur son visage, décidé à jouer un peu plus sérieusement. Après avoir étudié les emplacements de chacun de ses pièces, puis les miennes, je me décide à jouer. Sans attendre, j'avance ma tour, l'une des pièces maîtresse du jeu, et avale son premier cavalier. Jouant avec le pion entre mes doigts, je fais semblant de réfléchir à ma question, alors que je l'ai déjà en tête depuis le début :

« Aimes-tu quelqu'un plus que tout au monde ? »

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Jeu 18 Sep - 7:57

undisciplined



J'attends silencieusement sa réponse, l'observant discrètement, ne voulant pas le mettre mal à l'aise étant donné la nature assez délicates de cette question dont je tiens tout de même à avoir la réponse...  Pourtant, contrairement  mes attentes, il baisse les yeux sur sa chemise avant d'en défaire le premier bouton.
A vrai dire je ne m'y attendais pas vraiment, malgré la nature de ma question. Mais si il ne veut pas que j'en sache trop sur lui, c'est un peu logique... Peut être que je me basais trop sur sa réaction lorsque je me suis permis de lui laisser une marque dans son cou, pensant qu'il n'oserait pas...
A cette pensées je ne peux d'ailleurs pas empêcher mon regard de se poser sur sa gorge à la recherche de ce fameux suçon, toujours bien présent.
A vrai dire, même si ce n'est pas à moi de retirer un vêtement, ça me gène tout de même...

Néanmoins, alors que je suis sur qu'il ne répondra pas, il semble se résigner et commence à parler après une inspiration.
Malgré la surprise, j'écoute avec une grande attention chacune de ses paroles...
Son récit me frappe vraiment... J'étais très loin de m'attendre à ça... Etant donné ma nature, je me sens aussitôt touché par ses mots... Alors c'est pour ça qu'il est aussi froid...?
A présent que je sais ça, beaucoup des choses qui se sont passées depuis mon arrivée à ses côtés prennent un autre sens...
Je ne pense pas qu'il mente. Non je le connais un peu tout de même. S’apitoyer n'est pas non plus dans ses habitudes... D'ailleurs il reporte son attention sur le jeu, signe que l'on est déjà passé à autre chose. Mais je n'arrive pas à faire de même, ne regardant même pas sa manœuvre.

« Aimes-tu quelqu'un plus que tout au monde ? »

 
Malgré son interrogation, je reste perdu dans mes pensées, le regard rivé sur lui sans même vraiment en avoir conscience.
Il ne fait aucun doute que mon regard sur lui vient de changer... Je le sens, et je me connais. Même si c'est lui, je sens que son histoire me peine. De plus, elle me fournie une certaine explication quant à sa façon de me traiter, ce qui fait quelque peu retomber la colère que j'entretient à son égard... Pourtant je ne lui offre pas de réaction, ne sachant que dire. Je ne suis pas non plus prêt à m'émouvoir sur son passé, ou à lui montrer un signe de consolation. Je ne suis d'ailleurs pas en position pour le faire.
Peut être que ça changera quelque chose dans mes agissements plus tard, mais pour le moment, je reste silencieux.


Après un long moment de silence, je finis par capter son regard insistant qui me sort de mes pensées...
Je dois répondre à sa question. Je médite alors quelques secondes afin de m'en rappeler, toujours perturber par son aveux.

Si j'aime quelqu'un plus que tout au monde... Xiao Lu bien sur...
J'hésites un moment à répondre, ou à plutôt comment formuler ma phrase.
Je peux très bien répondre de façon simple, mais n'y a t-il pas un risque que la prochaine question soit sur l'identité de cette personne...?
Après un instant, je finis par répondre d'une voix calme, voir douce à l'évocation de mon fils. En d'autre circonstances, j'aurais sûrement sourit sans même m'en rendre compte, mais la, l'atmosphère est un peu tendue...

"En effet il y'a quelqu'un... C'est pour cette personne que je suis devenu doll. Mais je ne veux surtout pas qu'elle soit mêlée à mes histoires..."

J'ignore pourquoi j'en ai dit autant alors qu'un simple "oui" aurait sans doute convenu... Mais c'est parti tout seul. Peut être est ce en écho à son aveux qui m'a touché. Ou tout simplement car j'ai tenu à le préciser...

C'est à présent à mon tour de jouer, mais mes pensées sont embrouillées par les précédents échanges... N'ayant pas la tête à réfléchir et n'étant pas très doué, je bouge un pions quelque peu au hasard, dans une action inutile.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Ven 19 Sep - 4:08





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




J'observe Raven en silence, alors que son regard est fixé droit sur moi. J'attends longuement, le voyant totalement perdu dans ses pensées en entendant ma question. Va-t-il répondre ? Pour être honnête, j'ai bien du mal à lire dans ses yeux...

« En effet il y'a quelqu'un... C'est pour cette personne que je suis devenu doll. Mais je ne veux surtout pas qu'elle soit mêlée à mes histoires...»

Mon coeur s'accélère légèrement, surpris et même un peu choqué de la réponse de Raven. Il a quelqu'un...Dans sa vie ? Quelqu'un d'important en plus de ça. Sinon, il n'irait pas jusqu'à sacrifier sa liberté.
Troublé, je garde le silence un long instant, résistant à l'envie de le bombarder de questions. Je veux savoir. Je veux tout savoir, tout connaitre de Raven, et cette personne si chère à son coeur...
Alors que pourtant, cette idée me déplait. Fortement. Raven m'appartient...Il doit vivre pour moi, et personne d'autre. N'est-ce pas... ?
Non. J'en reviens pas, de me mentir à moi-même. J'aurais beau le revendiquer, payer, et le traiter comme tel...Raven ne sera jamais à moi. C'est un corbeau bien trop sauvage pour se laisser domestiquer, et je le sais. Depuis le début. Alors pourquoi je continue d'espérer que ça pourrait changer ?
Quand j'y pense, je ne l'ai jamais vu rire, pas une fois. Ceci dit, moi non plus je ne l'ai jamais fait, encore moins devant lui. Mais nous sommes différents. Je suis quelqu'un de sombre et mausade, c'est comme ça. Alors que Raven, il suffit de le regarder pour le voir ; c'est un homme très vivant, et souriant. Simplement, je ne lui en donne pas l'occasion. J'aimerais tellement qu'on puisse se rapprocher...Rien qu'un peu.

« Rassure-toi. Ce n'est pas moi qui la mêlerait à tout ça. »

Je ne fais jamais de promesse que je ne peux tenir. Jamais. Et même si ça me tue, même si ça m'agace...Je ne ferai rien contre cette personne que Raven aime tant. Je ne m'en occuperai pas. Je ne lui ferai pas de mal non plus. Je ne poserais pas de question à Raven...Je pense qu'il a suffisamment de problèmes comme ça.
Je soupire, alors qu'il commence à jouer, étant donné que c'est son tour. Observant son action, j'arque un sourcil alors qu'il fait un geste hasardeux, plaçant son pion sans trop y croire. Sans faire la moindre remarque, j'observe le jeu, et attrape ma tour, afin de l'avancer, fauchant ainsi son cavalier. Après ce coup, je relève les yeux vers "mon adversaire". J'ai le droit de lui poser une question, et j'hésite. Je sais déjà qu'il y a quelqu'un qu'il déteste vraiment, et quelqu'un qu'il aime plus que tout...Je sais aussi qu'il n'a pas de positionnement vis-à-vis de moi. Il ne m'apprécie pas spécialement, mais ne me déteste pas non plus. J'ai promis de faire des efforts, et lui aussi.
Il y a bien une chose que je peux faire pour lui. Tout dépendra de sa réaction...

« ...Si je te proposais du travail...Tu accepterais ? »

Je lis la surprise et l'incompréhension dans ses yeux, et décide de clarifier les choses :

« Je...Sais bien que depuis que tu es avec moi, tu ne fais plus grand chose. Peut-être que ça te ferait du bien de travailler un peu. Tu gagneras ton salaire et tu pourras te payer tes propres effets personnels et ta nourriture comme ça. Et même acheter des cadeaux pour tes proches. »

Je ne dis pas que ça me dérange de payer pour lui, et il le sait. Ça m'amusait même, la première semaine où je l'ai acheté, de lui montrer que sans moi il ne pouvait même pas se nourrir. Je suis tellement riche que je ne sais plus quoi faire de cet argent. Mais je sais aussi le sentiment qu'il doit ressentir d'être entretenu par moi. Le fait que je lui paye tout, sans qu'il est besoin de rien faire à part être à mes côtés, fait clairement de lui un objet entretenu. Je ressentirais cela à sa place. Alors...Pour qu'il soit traité comme "un humain", et qu'il se sente...Un peu plus libre, je peux bien faire ça. Est-ce que ça lui ferait plaisir ?

« J'ai racheté un petit magasin en ruine il y a un mois. Il sera totalement retapé à la fin de la semaine. Ce sera un salon de tatouage. Tu es tatoueur alors...Et j'ai beaucoup de connaissance qui sont intéressés par ce genre de chose. Bien sûr, ce sont souvent des types effrayants et pas vraiment fréquentables, qui ont besoin d'être discrets. Je sais que tu n'es pas du genre à divulguer des noms, mais bon, si ça te fait trop peur, c'est compréhensible. »

Je passe une main dans ma nuque, un peu mal à l'aise. Ce n'est pas mon genre...D'être comme ça. Depuis quand je suis comme ça ?
Ce type me met dans tous mes états :

« Évidemment tu n'auras pas les horaires d'un salarité normal...Ce ne sera que quelques heures par jours tout au plus...Et je serais avec toi. » Je refuse de le laisser seul. Même si j'essaie d'être gentil, il reste ma doll, et je veux qu'il soit à mes côtés. En plus, avec le nombre d'ennemis que j'ai, je ne tiens pas à ce qu'il lui arrive quelque chose. Et ce serait l'occasion pour moi de le voir à l'oeuvre. « Est-ce que...Ça te plairait ? »

Je ne sais vraiment pas ce qu'il me prend. Mais si ça peut lui permettre d'être un tout petit peu plus heureux que maintenant...Ce sera déjà ça de gagner.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 189
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : With Qian
Humeur : falling in love


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Ven 19 Sep - 7:00

undisciplined



Il semble s'assombrir après ma réponse... Je me demande vraiment ce qu'il peut bien penser à cette instant même... Il doit s'interroger sur l'identité de la personne que je viens d'évoquer... Etant donné la façon dont j'ai formulé ma réponse, cela pourrait porter à confusion et ce n'est pas ce que je voulais...
Mais je dois bien avouer qu'avec ça, personne ne s'imaginerait qu'il s'agit d'un enfant d'à peine deux ans.

« Rassure-toi. Ce n'est pas moi qui la mêlerait à tout ça. »

Je relève alors les yeux vers lui, un peu surpris. Aussitôt, j'analyse son expression pour y déceler une éventuelle trace de mensonge, cependant il semble sincère... Et ça me rassure un peu. Si jamais il vient à savoir, je préfère connaitre un minimum sa réaction...
Ça m'insupporte de ne pas pouvoir être auprès de mon fils pour veiller sur lui et le protéger. Pourtant je n'ai pas d'autre solution... Et si je m'inquiète autant c'est parce que je suis méfiant. A présent que je suis prit dans les affaires de Blossom, je ne peux pas m'empêcher d'entretenir certaines craintes avec ça... Mais si il savait, peut être que ça changerait quelque chose...? Beaucoup de chose même...
Cependant, je suis encore trop incertain de ses réactions pour le lui en parler...


Après mon action, il joue à son tour et fait tomber sans difficulté l'un de mes pions. Décidément il semble vraiment fort à ce jeu... Chacun de ses coups est étudié et soigneusement joué...
J'attend alors sa question, me demandant si il va tout de même essayer de savoir de qui je parlais malgré mon "avertissement", avec lequel j'ai sous-entendu que je ne répondrais pas.

« ...Si je te proposais du travail...Tu accepterais ? »

J'arque un sourcil, déconcerté, incertain d'avoir compris ou il voulait en venir. Un travail...? Quel genre de travail...?
J'écoute alors attentivement la suite de ses explications, vraiment ébahi par sa proposition.
Bien sur que ça me plairait...! Même si je suis déjà bien occupé à me tracasser pour Xiao Lu et me disputer avec lui, exercer ma passion me manque aussi...
La question de ces personnes louches n'est vraiment qu'un détail... J'ai déjà eu à faire à ce genre la, et c'est peu étonnant lorsque l'on tient un salon de tatouage dans les quartiers défavorisés de la ville.  Mais à vrai dire, je n'ai jamais eu de problème avec ça, la plupart m'ont même plutôt apprécié...
Néanmoins, ce qui me rend le plus stupéfait, c'est qu'il me propose ça... Lui...
Etant donné l'affaire dont il est propriétaire, je ne pense pas qu'un salon de tatouage, lui ferait de gros bénéfice...
Alors serait ce de la simple... gentillesse...? J'ai du mal à croire qu'il se donne autant de mal pour moi, sa simple doll... Pourtant il semble bel et bien sérieux...

"Bien sur que ça me plairait de faire ça... Ça me manque de travailler... Surtout que j'aime ce travail et que je n'ai pas l'habitude de ne rien faire... Pour le reste, j'ai été tatouer dans les quartiers pauvres alors j'ai l’habitude...
Mais il y'a quelque chose qui m'échappe un peu... Pourquoi tu fais ça pour moi...? Surtout que ça prendra sur ton temps..."


Ma question est justifiée, mais j'ignore si il acceptera de répondre... Je baisse alors les yeux sur l'échequier, essayant d'analyser la situation aussi bien que lui et finis par mouvoir un pion et lui voler une pièce futile. Futile, mais qui me permet tout de même d'avoir droit à  ma question...
Je lui souris alors légèrement à la fois par reconnaissance mais aussi pour le mettre à l'aise. Et puis, après ce qu'il vient de me proposer, je ne peux pas me permettre de me montrer froid avec lui...

"Ma question est la même, pourquoi fais tu ça...? Ça me touche, mais ça me laisse stupéfait..."

Quand je pense qu'il y'a quelques heures encore, nous étions en pleine prise de tête...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 96
Date d'inscription : 31/08/2014
Age : 22
Humeur : Fascinated by Raven


MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll Ven 19 Sep - 11:56





I'd make you my obedient doll
~ Lee Raven & Yi Qian ~




Je vois au regard de Raven qu'il semble perplexe. Pas forcément par rapport à ma proposition, mais plutôt mon attitude. Et il a raison. Je n'ai jamais été comme ça, jamais. Ce soir, tout est tellement différent...Et au fond, même si ça me gêne, ça ne me déplaît pas non plus.
Je le sens surpris, puis emballé par mon idée. Voilà qui me rassure un peu. Rapidement, il semble se rendre compte de la chose, et finit par me répondre :

« Bien sur que ça me plairait de faire ça... Ça me manque de travailler... Surtout que j'aime ce travail et que je n'ai pas l'habitude de ne rien faire... Pour le reste, j'ai été tatouer dans les quartiers pauvres alors j'ai l’habitude...
Mais il y'a quelque chose qui m'échappe un peu... Pourquoi tu fais ça pour moi...? Surtout que ça prendra sur ton temps...»

Je garde le silence, hésitant à répondre. Tout cela me gêne. Bien sûr, je suis content qu'il ait accepté mon offre. Ce sera mieux, ainsi. Et il sera un peu plus à l'aise comme ça, non ? Et peut-être qu'enfin, nous pourrions mieux nous entendre. Cependant, je ne parviens pas vraiment à lui répondre, mais suis surpris de le voir jouer de nouveau. Au contraire de son dernier coup, cette fois, il parvient à me prendre un pion. J'arque un sourcil, mais Raven réitère sa question, m'obligeant ainsi à lui répondre :

« Ma question est la même, pourquoi fais tu ça...? Ça me touche, mais ça me laisse stupéfait...»

Je souffle doucement, peu désireux de me déshabiller, et décide de lui répondre à voix basse, bien que suffisamment audible pour qu'il comprenne :

« Je t'ai promis de faire des efforts...Et je tiens toujours mes promesses. Je sais que tu n'es pas très heureux avec moi...Et même si je ne le montres pas vraiment, grâce à toi, je me sens moins seul. Je suis un petit peu mieux qu'avant...Alors je te dois bien ça pour te remercier. »

Alors même que je prononces ces mots en baissant les yeux, gêné, une alarme interne sonne dans mon coeur. Comme pour me dire de me taire.

Qian, tu baisses trop ta garde. Fais attention.

Je souffle faiblement, comprenant que je ne dois pas trop montrer à Raven ce que je pense de lui, et me redresse légèrement. Attrapant mon pion, je le place en diagonale à son roi, après avoir analyser le jeu, et murmure :

« Échec et mat. La partie est finie. »

J'aurais pu la faire durer encore. Lui manger plus de pions, lui poser plus de questions. Mais honnêtement...Je me sens trop gêné, mal à l'aise. Et j'ai peur qu'il s'en rende compte. Ce n'est pas parce que je le considères plus gentiment qu'avant que je dois cesser d'être froid et inatteignable. Que va-t-il penser de moi si je me montres si faible. Pire...S'il comprend l'effet qu'il me fait ? C'est dangereux. Et pour être honnête...Ça m'effraie un peu.
Me remettant debout, j'observe le jeu, puis Raven. Lentement, je me penche en avant, et m'appuie sur la table basse d'une main. Le visage à la même hauteur que le sien, j'utilise ma seconde main pour soulever doucement le visage de Raven vers moi, plantant mon regard dans le sien, alors que nos visages ne sont qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, avant de dire :

« Je considère donc que ta réponse est oui ? Tu seras prêt à travailler la semaine prochaine ? »

Histoire d'être sûr.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'd make you my obedient doll

Revenir en haut Aller en bas
 

I'd make you my obedient doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Galerie des make-up de Trashy-Doll] Tatouage
» Il est pas mort, hein. -Canvas- [bas p.10]
» Dollmeets d'une Globe Trotteuse (Paris p3)
» [Galerie des make-up de Trashy-Doll] Tatouage
» SpaceCake Doll °• Commissions make-up Pullip/BJD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hong Kong :: Causeway Bay 銅鑼灣 :: résidences-