le nom de l'image
Death row, how long can you go ? - Page 4


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Death row, how long can you go ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 7 Avr - 9:26

Aydan n'avait pas entendu Taemin rentrer et n'avait pas non plus été perturbé dans son sommeil quand le lit à ses côtés s'était légèrement affaissé lorsque son amant avait pris appui dessus. Il ne s'éveilla que quand le baiser qu'avait initié son petit ami devint plus appuyé et fougueux, à son plus grand plaisir. Aydan y avait répondu comme il avait pu, encore à moitié endormi et avait ensuite tiré Taemin contre lui, l'emprisonnant sous la couette pour enrouler ses jambes autour de celles de son amant et le serrer dans ses bras.

- Viens dormir avec moi... Tu m'as manqué..., bouda Aydan.

C'était vrai. Taemin lui avait énormément manqué et il n'avait pas cessé une seule seconde de penser à lui. Sans sa moitié, le métis se sentait perdu.

Le visage lové contre le cou de son maître, le jeune homme était prêt à se rendormir, au chaud, protégé. Il était de nouveau à sa place et se sentiment de bien être le réconfortait au plus profond de lui-même. Cependant, il refusa de céder à la fatigue, il avait trop envie de profiter de leurs retrouvailles.

- Tu es arrivé il y a longtemps ? C'était affreux sans toi... Pourquoi j'avais pas le droit de te parler ? Ca s'est passé comment ?

Il enchaînait les questions, curieux. Et finalement, il se redressa, désormais inquiet. Il plongea son regard dans celui de Taemin et fronça les sourcils en caressant la joue de son amour.

- Tu vas bien ? Tu veux me raconter ce qu'il s'est passé ? Je n'ai été mis au courant de rien du tout, j'étais mort d'inquiétude... Me fait plus jamais ça.

Aydan n'exagérait rien. Ne pas savoir ce qu'allait faire Taemin, comment se passait ses affaires et ne pas savoir comment il allait avait été affreux pour la Doll.

Il se calma ensuite un peu et relativisa : si Taemin était ici, c'est que ce qui devait être réglé était réglé, sans quoi il serait encore à Séoul et pas dans ses bras. Il soupira légèrement et caressa à nouveau sa joue avant d'attraper sa main pour la poser sur son propre torse, sous son haut, afin que Taemin sente ses muscles de nouveau développés sous sa peau.

- Tu sens ? J'ai travaillé pendant ton absence. C'est redevenu comme avant, annonça le jeune homme, tout sourire.

Il se sentait beaucoup mieux ainsi et se sentait surtout digne de Taemin et de son amour, de son désir, ce qui n'était pas le cas avant. Quand il était maigre. Défiguré. Maintenant, il était redevenu lui-même et avait teint à nouveau ses cheveux en blonds. Il les avait coupés aussi, ils commençaient à se faire longs. C'était un Aydan changé et plus fort qui accueillait Taemin ce matin là.

Le sourire de la Doll s'élargit et tendrement, il revint embrasser son amant, en manque certain de ses baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 8 Avr - 3:55

Même de bon matin le débit de parole d’Aydan est impressionnant. Je souris amusé et le coupe dans un nouveau baiser.

-Plus tard pour les questions bébé. Je viens tout juste de rentrer et pour le moment j’ai autre chose en tête. Dis-je en embrassant son cou.–Mmh, tu m’as tellement manqué…

Je le dévore et m’enivre de lui. Un mois sans sexe. Un mois sans Aydan. C’était très long. Je ne me souviens même plus de la dernière fois où je suis resté autant de temps sans toucher personne.
Il m’arrête dans mon élan et je ferme les yeux déçu. Quoi ? Encore les problèmes avec son corps ? En quelle langue il faut que je lui dise que je me fout qu’il soit taillé comme un dieu grecque ou un enfant du tiers-monde. Aydan est bandant. Tout simplement parce que c’est Aydan. Mon Aydan.

Je m’apprête à répliquer mais à la place il prend ma main et la glisse sous son haut de pyjama tout sourire.

- Tu sens ? J'ai travaillé pendant ton absence. C'est redevenu comme avant.

J’arque un sourcil et me penche pour relever son t-shirt.

-Et bien, et bien… il va falloir que je fasse une inspection plus poussée pour voir si tu as vraiment bien travaillé.

Je m’improvise inspecteur des travaux finis et lui retire son haut avant de descendre au niveau de son ventre parfait. Je passe ma langue sur chaque ligne développée. C’est à peine visible mais tellement mignon. J’embrasse sa peau doucement et laisse ma langue trouver son nombril. Je ne peux retenir le râle qui sort de ma gorge en me sentant durcir instantanément. J’ai retrouvé mon Aydan. Le vrai. Celui qui a confiance en lui. Celui qui est grande gueule. Celui qui m’abandonne son corps volontiers sans aucune retenue, celui qui n’a peur de rien, celui qui est fier de ce qu’il est, celui que j’aime.

-Pas mal monsieur Marsh. Devrions-nous tester la résistance de ce travail ?

Sans un mots, je fais glisser son bas de pyjama de ses hanches encore fines et le retourne rapidement pour qu’il se retrouve à plat ventre sur le matelas.

Je mets un doigt dans ma bouche que je mouille puis le ressors pour le poser sur la nuque d’Aydan que je sens déjà frémir d’appréhension. Le tracé de mon doigt suit mon regard qui le parcours de haut en bas. Le redécouvrant en prenant mon temps.

-Tu es tellement parfait. Je murmure plein d’envie, une promesse secrète au bout des lèvres.

Je colle mon bassin contre ses fesses et presse la bosse de mon jeans pour qu’il sente mon état. Même fatigué, épuisé comme je suis, je pourrais tenir un marathon dans ce lit pendant deux jours entiers.

J’embrasse sa nuque tendrement puis vient lécher son oreille avant de souffler dedans.

-Tu as vu l'état dans lequel tu me mets ? Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ?


Une de mes mains remonte sur sa joue que je caresse avant de l’obliger à tourner la tête pour me donner accès à ses lèvres pendant que je commence à me frotter contre lui. Il est entièrement nu sous moi et j’ai l’impression de rêver. Tout est tellement sensuel, secret, douloureux que je suis persuadé que si je jette un coup d’œil au réveil le temps se sera arrêté.

J’ai l’impression d’avoir pris un shoot. Le meilleur de ma vie. Je suis perché haut. J’ai les pieds dans le vide et sous mes yeux c’est un puits sans fond. Voilà c’est l’effet que me fait le corps de ma Doll.

Mon autre main remonte sur sa gorge et je la sers doucement pendant que ma langue entre dans la bouche d’Aydan, désespérée de retrouver la sienne, et un nouveau râle remonte dans ma gorge.

-Je t’aime… dis-je tout contre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 9 Avr - 11:06

-Et bien, et bien… il va falloir que je fasse une inspection plus poussée pour voir si tu as vraiment bien travaillé.

Aydan avait ri en entendant ça et s'était empressé de glisser ses doigts dans les cheveux de Taemin qui s'aventurait déjà au niveau de son ventre pour l'embrasser sensuellement. Evidemment, le métis était réceptif et il n'avait pas tardé à sentir sa température corporelle grimper. Rien d'alarmant de son côté mais les réactions de Taemon lui prouvait que lui, était très très réceptif et savoir que c'était lui-même qui faisait réagir son amant de la sorte flatta son égo et lui redonna davantage confiance en lui.

- Pas mal monsieur Marsh. Devrions-nous tester la résistance de ce travail ?
- Vous êtes ici pour ça non ? L'inspection n'est pas censée se limiter à l'aspect extérieur mais aussi aux capacités de ce qui est inspecté
, sourit Aydan.

Il s'apprêtait à se moquer un peu plus de son petit ami mais ce dernier ne lui en laissa pas le temps : il venait de le retourner et Aydan, docile, s'était déjà relevé sur ses genoux, les cuisses écartées et le dos cambré. Il était entièrement offert à son homme.

Il fallait être honnête : un mois sans être touché par Taemin, c'était long. Affreusement long. Et Aydan était en manque. Il avait besoin de sexe avec Taemin, de se sentir aimé, d'être enlacé et caressé, de sentir qu'il avait le pouvoir d'offrir du plaisir à celui qu'il aimait plus que tout.

Aydan soupirait déjà et ses frissons le faisaient trembler. Il était beaucoup trop sensible et Taemin connaissait tous ses points sensibles, ses faiblesses et en abusait pour son plus grand plaisir. Quand son maître se serra contre lui et se met à remuer ses hanches pour se frotter contre ses fesses, Aydan crut devenir fou et, affamé, il s'était empressé de suivre ses déhanchés pour augmenter la friction initiée par Taemin. Ce dernier était d'ailleur en train de l'embrasser et malgré leur position inconfortable, Aydan s'évertuait à répondre avec autant de fièvre à ce baiser.

- Je t'aime..., avait murmuré son amour.

La Doll ne prit pas la peine de retenir son sourire et ne tarda pas à reprendre les choses en mains. Il repoussa Taemin et se retourna pour lui faire face. A genoux l'un devant l'autre, Aydan lui vola un simple baiser avant de plonger son regard amoureux dans celui de son amant tandis qu'il défaisait habilement son pantalon qui ne tarda pas à glisser le long de ses cuisses, entraînant le boxer de Taemin dans sa chute.

Le regarde du métis quitta celui de son petit ami et glissa le long de son corps jusqu'à atteindre son sexe impérieusement dressé. Un sourire joueur prit place sur les lèvres de la Doll qui glissa sa main le long de la verge de Taemin avant de la prendre en main avec fermeté.

- C'est moi qui t'ai rendu comme ça ? Sans même t'avoir touché ? Juste parce que tu m'as caressé et vu nu ?

L'incrédulité, la fierté et la tendresse étaient audibles dans sa voix. Il était stupéfait de voir qu'en réalité, il avait beaucoup plus d'emprise sur Taemin qu'il n'aurait pu le penser, il était fier parce qu'il parvenait à faire réagir son homme et surtout, il était amoureux parce que ledit homme l'amait sincèrement qu'il soit maigre, gros ou finement taillé comme il l'était actuellement. Finalement, ce n'était pas son corps qui l'intéressait mais lui tout entier et il venait tout juste de le réaliser. Taemin était surprenant.

Aydan lâcha le sexe qu'il était en train de caresser et se saisit de la main de son amant pour entrelacer leurs doigts tandis que sa main libre caressait sa joue avec douceur. Il était fou amoureux de Taemin et il était certain que son amant pouvait le voir dans son regard.

- Moi aussi je t'aime, murmura Aydan en frôlant ses lèvres tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 9 Avr - 11:51

Je l’embrasse à en perdre haleine. Aydan est tellement sexy. Il me rend dingue. Dès que ça main se pose sur mon sexe j’ai une réaction de gamin de 14ans. Mes hanches partent en avant et c’est mon corps qui glisse entre ses doigts, pas le contraire.

Je m’allonge sur notre lit sans lâcher son autre main et l’entraine au-dessus de moi en souriant vicieusement en coin. J’ai quelque chose en tête et ma Doll va adoré, j’en suis certain.

Je caresse ses hanches et je sens mon sexe frotter contre ses fesses. Aydan est assis sur moi et me regarde avec ce petit sourire si particulier qui me promet que ça va durer autant que je le voudrais et aussi fort que j’aimerais. J’ai juste envie de m’enfoncer en lui d’un coup sec mais sans préparations, il en est hors de question.

Je me penche et ressors de la table de nuit le lubrifiant que je lui tends joueur.

-Je veux que tu le fasse toi-même bébé.

Mon regard ne quitte pas les mouvements d’Aydan pendant qu’il se prépare lui-même sous mes yeux. Putain ce que c’est excitant de le voir comme ça.
Je l’attrape par la nuque et l’embrasse à pleine bouche, lui murmurant toutes les choses salaces qui me passe par la tête et ça à l’air de lui plaire.

Il rentre dans mon jeu et sur ma demande commence à se frotter contre moi. Il ne me laisse pas le prendre. C’est lui qui contrôle cette manche. Entièrement. Il a le droit de disposer de mon corps comme il veut. Ça fait partie de la phase « confiance » que j’essaie de réinstaurer. Je ne l’avais jamais fait avant. Ni avec lui, ni avec personne. Quand je baise, je décide de tout mais pas cette fois. Cette fois c’est Aydan qui s’amuse à me torturer.
Bon sang, j’ai tellement envie de lui que j’en ai mal. S’il continue à jouer sur moi comme ça je vais perdre patience.

Pour pimenter encore plus les choses je lui demande d’avoir pour moi le même respect qu’il avait lorsqu’il travaillait au bureau. Ça m’a toujours excité de l’entendre m’appeler maître et de me vouvoyer. J’aime qu’il se soumette à moi. J’aime encore plus qu’il me contrôle en se soumettant comme une pute de luxe. Il est tellement parfait.

Je caresse sa verge rapidement d’une main pendant que l’autre profite de son corps. Il ne m’a pas laissé le touché depuis tellement de temps. Rien que le contact de sa peau est une pur merveille.
Quand enfin il me libère de mon attente, un grognement jouissif passe la barrière de mes lèvres et je dois lutter contre moi-même pour me retenir de bouger mon bassin en lui. Il est au-dessus de moi, il gère.

Je le laisse trouver son propre rythme, sa propre cadence, son propre jeu. Mes yeux sont ancrés dans les siens et je lui renvoi la même chose qu’il me donne. De l’amour, de la tendresse, quand à l’opposé notre étreinte est sauvage, abandonnée, bruyante.

-Mmh, c’est trop bon… plus fort… encore… Je ne peux m’empêcher de lui donner des ordres quand je devrais me taire et le laisser faire tout ce qu’il a en tête. Il commande.

Game on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 11 Avr - 2:33

Pour la première fois de sa vie, Aydan chevauchait un homme. Son homme. Taemin l'avait laissé faire, il l'avait laissé prendre le dessus et le dominer et ça, Aydan n'en revenait pas. La position lui confère un satut nouveau et différent qui a le don de le gêner quelques secondes mais rapidement, le jeune homme s'habitua et ne tarda pas à remuer ses hanches pour attiser un peu plus leur désir partager. La vue que Taemin lui offrait le rendait fou de désir.

Puis lorsqu'il lui intima de se préparer lui-même, Aydan ne pensa pas une seconde à refuser. Sagement, il enduisit ses doigts de lubrifiant et les glissa lentement en lui en soupirant. C'était douloureux mais le métis savait que ce n'était que temporaire, que d'ici quelques minutes, quand Taemin serait enfin en lui, il ne ressentirait que du plaisir.

Sa tête lui tournait agréablement et les murmures et les lèvres de Taemin n’arrangeait rien à son état. Aydan avait très envie de lui, ce fut pour cette raison qu'il ne resta pas plus longtemps passif et retira ses doigts de son intimité pour se redresser afin de s'empaler lentement sur son petit ami. Le maître semblait adorer ça vu les gémissement set râles qu'il poussait et cette constatation le fit sourire alors que ses hanches remuaient désormais plus vivement encore. Aydan s'empaler avec fièvre sur son amant ; cette position lui permettait de le sentir au plus profond de son corps, ce qui lui arrachait des cris d'extase et autres râles de plaisir qui ne permettaient pas de douter de ce qu'il ressentait. Puis Taemin craqua et lui donna des ordres, ce qui fit sourire le métis. Ce dernier s'empara des mains de son amant et les ramenant au dessus de sa tête pour l'empêcher de bouger ou de le toucher.

- Je croyais que nous avions été clair sur le fait que je décide de ce que je vais vous faire, maître. Vous n'êtes plus en état de commander, le gronda Aydan en souriant en coin.

Il se pencha ensuite vers Taemin et lui vola un baiser avant de se redresser pour bouger ses hanches d'avant en arrière sans se soulever. Il ne s'empalait plus sur lui et se contentait de resserrer sciemment ses chairs autour de la virilité de son amour afin de lui montrer que ce n'était plus lui qui décidait.

Puis lentement, il se souleva et ne garda en lu que l'extrémité de son amant avant de se laisser glisser sur lui d'un seul coup, sans prévenir. Son antre l'enserrait parfaitement et il voulait lui prouver que même si les rôles étaient inversés, leur plaisir n'en était pas diminué. Alors docilement, Aydan reprit ses déhanchés fiévreux, allant et venant sur la verge de Taemin, le prenant plus profondément en lui à chaque fois. Ses cris résonnaient dans la chambre, se mêlant à ceux de son maître. Dieu que c'était bon ! Ne pas faire l'amour avec Taemin lui avait beaucoup trop manqué et il avait l'impression de redécouvrir tout son corps et toute sa sensibilité. Son maître le faisait se sentir bien et désirable et Aydan avait oublié cette sensation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Dim 12 Avr - 1:59

Ça a duré des heures et j’ai cru devenir fou. La première heure Aydan s’est imposé comme un conquérant. Il n’a rien lâché, a fait tout ce qu’il voulait sans me laisser la moindre chance de le contrôler. Et bizarrement j’ai adoré ça. Mon guerrier…
Ensuite j’ai craqué. Après avoir jouis une première fois tous les deux, j’ai repris ma place. Là où je me sens le mieux. Lorsque je le domine et que je le contrôle, pour son plus grand plaisir et le mien.
Je l’ai basculé sous moi et l’ai fait mettre à quatre pattes, appuyant sur sa tête pour l’enfouir dans les coussins et relever son bassin. Et je suis entré en lui fort, vite. Et puis j’ai attendu quelque seconde avant de ressortir et de recommencer. Je l’ai rendu fou, j’ai continué de jouer avec ses nerfs jusqu’à ce qu’il craque et supplie. Alors je l’ai martelé jusqu’à ce qu’il vienne. La chambre s’est emplie de ma respiration chaotique et de ses gémissements et le seul bruit plus perceptible que ça était le claquement de ses fesses contre mon bassin encore et encore et encore. Je n’ai même pas les mots pour dire ce que j’ai ressenti quand nous sommes venus tous les deux presque en même temps. C’était juste… du bonheur.
Et puis ensuite je l’ai pris dans mes bras et je l’ai caressé sur toute la longueur de son magnifique corps en regardant le plafond perdu dans mes pensées. J’ai embrassé son front et je l’ai serrer dans mes bras en lui répétant un million de fois que je l’aimais et qu’il m’avait manqué. J’étais concentré sur la douceur de sa peau sous le passage de mes doigts, sa chaleur, la sueur qui perlait sur son corps, sa voix, son regard, ses lèvres, tout. Ça m’a donné une nouvelle érection et nous avons refait l’amour. Mais cette fois était encore différente des deux premières. C’était juste lui et moi, nos deux âmes fusionnant lentement, avec douceur et certitude, le contact de sa peau brûlante, pendant que nous nous embrassions passionnément en murmurant, comme une prière adressé uniquement au ciel.
Là, dans cette chambre trop grande, dans ce luxe trop superficiel, je savais déjà que j’étais condamné pour l’éternité à lui vouer ma vie.

Aydan est de retour dans mes bras et j’ai recommencé à le câliner en pensant. Il y a un an j’étais un homme différent. Je baisais des putes avant de les foutres à la porte, je me droguais, je claquais mon fric uniquement pour ça. Je n’aimais personne, pas même moi et personne ne m’aimais non plus.
Jusqu’à ce que je décide qu’il était temps de faire souffrir quelqu’un. J’avais envie d’un esclave à martyrisé pour faire passer mon ennuie. Je suis tombé sur l’amour de ma vie. Et tout a changé. Moi, lui, la vie, l’avenir.
J’attrape sa main et joue avec ses doigts avant d’y déposer un baiser chaste mais ô combien déterminé.

-Je ne pensais pas possible d’aimer à ce point… dis-je en fixant le plafond.

Je le sers tout contre moi et mes doigts glisse sur lui pour la millième fois ce matin. Ce contact aussi petit et banal soit-il me fait vraiment beaucoup de bien.

Et puis d’un coup je me souviens que j’ai dit à mon chauffeur de poser mes bagages dans l’entrée et que que j’y ai laissé quelque chose d’important.

-Bébé, tu veux bien descendre dans l’entrée me chercher mon portable s’il te plait ? Je dois absolument regarder mes mails pour le travail et je l’ai laissé sur mes valises.

Je le pousse hors du lit et attrape son pyjama en vitesse en riant.

-Oh non certainement pas. Ça fait deux mois que je n’ai pas vu ce petit cul. Tu restes nu aujourd’hui et demain. J’ai congédié le personnel il n’y a que toi et moi et je compte bien en profiter.


Je lui donne une tape sur les fesses qui ressemble plus à une caresse et l’envoi hors de la chambre. À peine a-t-il quitté la pièce que je saute hors du lit et remets mon boxer avant de fouiller dans la poche arrière de mon jeans et d’en retirer mon portable.
En vérité Aydan ne le trouvera pas. En bas à la place ce trouve mon cadeau pour lui. Un chiot d’à peine trois semaines endormi avec un petit nœud autour du cou. C’est un chien sibérien noir et blanc issu d’une des plus belle lignée d’Asie. La propriétaire est une amie avec qui j’étais au lycée aux États-Unis. Lorsqu’elle m’a invité à diner pendant mon voyage et dit que sa chienne avait eu une portée je n’ai pas hésité une seule seconde. J’étais certain de faire plaisir à mon amour. Même moi je dois reconnaitre que ces animaux sont très mignons et je sais que parfois Aydan se sent seul lorsque je suis au bureau.

Je le suis prudemment jusqu’en bas des escaliers et me cache en attendant qu’il aille dans l’entrée. Puis lorsqu’il y est, juste avant de découvrir son cadeau je mets la caméra en marche sur mon portable et observe la scène en souriant.

-Il s’appelle Chester, et il a désespérément besoin que son nouveau propriétaire lui fasse un câlin.


Le chiot couine un peu lorsque Aydan le soulève puis se mets à bailler en approchant son tout petit nez de celui de ma Doll, et moi je suis aux anges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Lun 13 Avr - 7:58

Taemin l'avait dominé pendant une bonne partie de la matinée et Aydan était persuadé que d'ici ce soir, il n'aurait plus de voix. Si les premières fois furent violentes et passionnées, la dernière fut plus sensuelle, comme si chacun redécouvrait le corps de l'autre après une trop longue absence. Aydan aait l'impression de recouvrir la vue et il ne pouvait s'empêcher de dévorer du regard le corps parfait de son homme, ses mains suivant le chemin de ses pupilles. C'était parfait. Une fusion parfaite de deux êtres parfaits.

Puis enfin, il s'accordèrent un peu de repos ; Aydan s'allongea contre son amant et cala sa tête sur l'un de ses pectoraux. D'une main, il caressait son torse et son ventre mais fut arrêté pour que Taemin puisse jouer avec ses doigts. Le comportement de son maître fit sourire la Doll et son sourire s'agrandit davantage quand il se rappela à quel point leur relation avait évoluée. Il ne se souvenait plus quand était-il tombé amoureux de lui ni même comment c'était arrivé. Il se rappelait juste qu'en voyant cet homme riche et beau, il avait voulu lui apporter quelque chose qui le rendrait heureux. Il avait lutté contre le mur qu'avait érigé Taemin et avait subi toutes ses humeurs sans flancher, courbant l'echine. Aydan savait que même en étant Doll, en étant au plus bas de l'échelle sociale, il pouvait lui apporter quelque chose. Mais jamais il n'aurait pensé prendre une aussi grande place dans la vie de son petit ami, ni même que ce dernier devienne son univers tout entier. Petit, il avait souvent demandé à sa mère ce que ça faisait d'être amoureux, de trouver son prince, et celle lui lui répondait simplement que ça ne s'expliquait pas mais que quand il trouvera la bonne personne, il le saurait immédiatement et Aydan savait désormais que Taemin était beaucoup plus que son maître ou son petit ami. Il était tout pour lui. Sa seconde moitié, celui pour qui il ferait tout.

La doll se redressa et embrassa amoureusement Taemin avant que celui-ci ne lui demandât de descender. Sagement, Aydan acquiesça et se rhabilla mais fut vite stoppé par son amant qui ne semblait pas de cet avis. Amusé, le jeune homme laissa tomber l'idée de s'habiller entièrement ; il se contenta d'enfiler un kimono en soie qu'il noua négligemment autour de sa taille et vola un baiser à Taemin avant de descendre les escaliers. Pendant plusieurs secondes, il chercha le portable mais ne trouva rien d'autre qu'un chiot qui fut réveillé par le bruit fait par la Doll. Ce dernier tomba immédiatement sous le charme de la boule de poil qui semblait réclamer toute l'attention du jeune homme.

-Il s’appelle Chester, et il a désespérément besoin que son nouveau propriétaire lui fasse un câlin.

Aydan regarda Taemin puis reporta son attention sur Chester qu'il souleva avec précaution pour le prendre dans ses bras. Immédiatement, le chiot vint lécher le nez du métis qui s'empressa de lui gratouiller les oreilles avant de déposer un baiser sur le sommet de sa tête. Il s'avança ensuite vers Taemin et d'une main, lui prit le portable avant de lui tendre le chiot pour qu'il s'en saisisse. Une fois débarassée de Chester, Aydan braqua la caméra sur un Taemin adorable et un bébé chien encore plus mignon qui semblait apprécier ses deux nouveaux maîtres.

- On dirait que Chester a envie que tu le câlines aussi, rit un peu Aydan.

Il coupa ensuite la caméra et posa le téléphone sur les valises de Taemin et s'approcha de lui avant de saisir ses hanches pour l'attirer contre lui, Chester toujours dans ses bras.

- Oh. Et on dirait aussi que Aydan a envie que tu le câlines, minauda le jeune homme en caressant les hanches de son amant.

Il l'embrassa sur les joue et reporta ensuite son attention sur Chester qui baillait.

- Merci, bébé. Il est vraiment adorable..., annonça Aydan en se lovant un peu plus contre Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 16 Avr - 7:32

Aydan se colle contre moi et je ne me soucis déjà plus du chiot qui gigote dans mes mains. Je suis focalisé sur ma Doll et sa douceur. N’y tenant plus je dépose Chester par terre et prends Aydan dans mes bras avant de l’embrasser à pleine bouche, lui communiquant tout mon désir et tout mon amour. Ce que je ressens pour lui me fait oublier le monde. Je ne peux plus réfléchir quand il est dans mes bras. Je perds complétement pied et tout ce qui m’intéresse n’est plus que lui, lui et toujours lui.
Le chiot renifle le sol et fait un petit pas devant, avant de se mettre à couiner dans notre direction. Il est perdu dans cette grande maison et semble avoir un peu peur mais je ne relève pas. Je continue de manger de baiser Aydan et le fait reculer jusqu’au fauteuil le plus proche où je m’assoie avant de le prendre sur moi en retirant lentement son peignoir en soie.

-Bien sûr il faudra que tu t’en occupe. Lui donne son biberon, le fasse manger, le lave, le sorte et l’emmène chez le vétérinaire et le toiletteur… tu es son maître tu t’en occupera bébé.

J’embrasse son torse parfait, grignote son téton droit et fait glisser mes mains sur ses fesses. Je grogne. J’ai envie de lui mais je sens que mon corps refuse de suivre ma tête. Il est fatigué et ne tiendra pas un autre round. Je souffle résigné en me nichant dans son cou puis le sers tout contre moi.

-Mmh, j’adorerai te prendre là, dans l’entrée mais je suis à sec. Dis-je en regardant entre mes jambes.

Trois fois ce matin sans repos je crois que j’ai besoin de dormir pour recharger.
Je me relève après quelques instants, le rhabillant un peu et attrape le chiot que je remets dans ses bras.

-Je monte dormir une heure ou deux bébé. Nous devrons parler à mon réveil. Il y a des choses dont je voudrai discuter avec toi.


Je lui souris pour le rassurer sur le sujet à venir et attrape son menton pour approcher son visage du mien et y déposer un tendre baiser.

-Ne viens pas dans le lit avec moi ou je serais incapable de dormir… Dis-je en lui faisant un clin d’œil. Si Aydan se couche à mes côtés je vais avoir envie de lui faire l’amour et je ne suis plus en état pour le moment. Je le laisse jouer avec son chien pendant que je vais dormir et aussitôt que je me suis glissé dans notre lit je m’endors pour plusieurs heures d’un repos que j’estime bien mérité.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -


Je suis réveillé 4h plus tard par des petites léchouilles sur ma main et quand j’ouvre les yeux le chiot est dans le lit et Aydan à mes côtés. Je lui souris et caresse Chester avant de me pencher pour embrasser ma Doll. Tout ce temps passé sans lui… je me demande même comment j’ai fait pour survivre sans ses baisers. Ce sont les meilleurs du monde.
Je souffle et m’installe confortablement dans le lit face à lui et caresse sa joue.

-Qu’est-ce que tu dirais de déménager ? Je veux dire… ça fait un moment que j’y pense. Cette maison à tellement de chose que je lui reproche… à commencer par le fait que ce soit un cadeau de mon père. Et maintenant, je veux me poser pour de bon. Je veux construire ma vie avec toi et que tu te sentes chez toi.

Je lui souris et appuie doucement sur le nez de Chester qui éternue. Ce chiot est adorable.

-Alors je vais revendre la maison. Et je vais débloquer 50 millions. Mais avec le travail que je vais devoir faire pour l’entreprise je n’aurais jamais le temps de chercher moi-même. Donc je veux que ce soit toi qui le fasse. Je veux que tu trouves une maison qui te plaira, et je la veux aussi immense que tu le voudra. Et si ton bonheur n’existe pas nous la ferons bâtir mon cœur. Tu pourras engager qui tu voudras pour t’aider… si tu veux un architecte d’intérieur du bout du monde on le fera venir. Ne te prive de rien. Ce sera ta maison… notre maison.

Je prends le chiot que je dépose par terre avant d’attraper la taille d’Aydan et de le faire basculer sur moi pour mieux l’embrasser et le toucher.

-Tout ce que je veux c’est que tu inclus une pièce spéciale. Un studio d’enregistrement. Je la ferais équiper avec le meilleur matériel qui existe. On y mettra ton piano et tu pourras y travailler. Ce sera ton bureau.

Je lui souris en caressant son magnifique visage et pense à tout ce que pourrais être cette maison. Cette nouvelle vie.

-Mmh… d’autres envies monsieur Marsh ?

C'est le moment de le faire rêver et de réaliser ses rêves. Je veux voir des étoiles dans ses yeux et des projets plein la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 16 Avr - 11:58

Ce fut avec plaisir qu'Aydan s'installa sur son amant pour l'embrasser et se laisser embrasser. Il appréciait chaque attention de Taemin et les lui rendait en caressant ses cheveux, son cou ou son dos du bout des doigts. Il était fou de lui. Lorsque Taemin lui annonça qu'il ne pouvait plus lui faire l'amour, Aydan laissa un rire lui échapper et délicatement, il se saisit de ses poignets pour en embrasser l'intérieur avant de baiser la paume de ses mains.

- Repose toi. Je t'aime même quand tu ne me fais pas l'amour, le taquina le métis en souriant tendrement.

Ils avaient tout les deux un besoin de sexe insatiable mais Aydan préférait rester sage et laisser à Taemin le temps de se reposer. Ce fut pour cela qu'il le laissa sagement monter dans la chambre sans le chercher plus.

--------

Pendant trois heures, il joua avec Chester et le fit se promener dans la maison, restant toujours aux côtés du chiot pour qu'il n'ait pas peur. Aydan alla ensuite s'exercer un peu au piano, le chien sur ses genoux puis il décida qu'il en avait assez de ne pas être avec son petit ami et monta dans la chambre. Il posa Chester sur le lit et s'allongea à côtés d'un Taemin endormi et paisible. Aydan le regarda dormir et lorsqu'enfin il se réveilla, il sourit amoureusement et lui vola un baiser délicat. Il bougea ensuite un peu et glissa sa main sur la taille de son petit ami pour la caresser du bout des doigts tandis que le susnommé caressait sa joue. C'était parfait.

Puis vint enfin la discussion et plus Taemin parlait, plus Aydan pensait halluciner. La proposition de son amant était remplie de sens et de promesses : ils allaient vivre ensemble, chez eux. Ils allaient s'installer ensmble. Partager absolument tout. En soi, ça ne changeait pas de la situation actuelle et à vrai dire, Aydan se sentait bien dans cette maison mais ce n'était pas vraiment chez lui.

Stupéfait et les yeux plein d'étoiles, Aydan grimpa docilement sur son homme et caressa sa joue avec tendresse, les joues légèrement rouges.

- Je... Tae... Je trouverai notre maison. Elle sera grande et elle aura une immense piscine avec un immense jardin ! Et une fontaine. Et un jacuzzi, bien sûr. Un bureau pour toi et une cuisine dernier cri. Pour notre chambre..., Aydan s'arrêta et réfléchit quelques secondes avant de reprendre, enjoué. Elle sera grande et chaleureuse. On aura une salle de bain adjacente et un balcon avec un autre jacuzzi. Le balcon donnera sur le jardin, bien sûr.

En parlant, il s'était redressé et avait saisit les mains de Taemin pour entrelacer leurs doigts. Oui, leur maison serait parfaite. Ils y construiront leur nouvelle vie et elle sera pleine de promesses.

- On la décorera ensemble. Je veux qu'elle me fasse penser à toi et que t'y sentes bien. Oh ! Il faudra qu'on fasse des photo ! On aura un mur rempli de photo dans le salon, d'accord ? Des photo de nous deux, des photos de toi et de Chester, des photos de nos voyages. Je veux que chaque pièce me fasse penser à toi.

Aydan se pencha à nouveau et la question de Taemin et l'embrasser tendrement avant de mordiller sa lèvre.

- Oui. J'ai envie de te rendre heureux, bébé. J'ai envie que tu sois l'homme le plus heureux du monde et le plus épanoui. J'ai envie de partager ma vie avec toi. Et j'ai envie de te rendre fier.

C'était sincère. Aydan voulait que Taemin soit heureux, épanoui et fier de lui. Puis soudain, son air béat s'intensifia et le métis vint frôler les lèvres de son petit ami avant de se reculer.

- J'ai envie de passer la journée dans tes bras. Et toi ? Des envies particulières, monsieur Park ?, se moqua gentiment le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 17 Avr - 1:45

J’écoute Aydan se projeter dans notre avenir et plus il me dit comment il aimerai sa maison plus je souris. Je caresse son dos nu du bout des doigts et me mets à rêver moi aussi. C’est la première fois que ça m’arrive depuis très longtemps. Je suis plutôt terre à terre et on m’a toujours rentré dans la tête que les rêves étaient réservés aux fous et aux gens qui avaient le temps. Hors le temps est une constante dont la race à laquelle j’appartiens –celle des hommes d’affaires- est précieuse et rare. Jusque-là je le croyais, et puis ma Doll m’a ouvert les yeux. M’a prouvé que le bonheur, l’amour, les rêves m’étaient accessible. Que j’avais le droit de me projeter pour autre chose que pour les affaires. Alors je me suis mis à rêver. Malgré mes cauchemars, malgré tout ce qu’on a pu traverser lui et moi, malgré toutes les barrières que j’ai mise et les obstacles qui se sont érigés.

Et aujourd’hui nous en sommes là. Nous deux dans ce lit, à parler pour la première fois d’un projet commun. D’un vrai pas en avant dans notre couple. C’est une décision importante et couteuse autant financièrement qu’émotionnellement, mais je suis prêt à sauter le pas. Pour nous. Je suis convaincu à 100% que lui et moi sommes destinés. Que nous resterons ensemble toute notre vie. Parce que je sais tout au fond de moi que je l’aime du plus profond de mon âme.

-Mmh… Il va nous falloir des chambres d’amis aussi. Et j’aimerai une grande bibliothèque, immense. Et aussi une salle de cinéma, sans oublier un grand garage… bébé il faut qu’on y range mes sept voitures plus la tienne. Il faudra certainement aussi que tu prévois une dépendance pour qu’on la transforme en appartements pour le personnel de maison.

Je l’embrasse et le sers dans mes bras pendant que Chester essaye de remonter sur le lit, mais il est trop petit. Ça me fait rire et je prends pitié de lui. Je l’attrape d’une main et le remonte près de nous en caressant son beau pelage noir et blanc.

-Tu as raison il va nous falloir un grand jardin pour ce voyou. Il va devenir très gros en grandissant. Il aura besoin d’espace pour courir… et peut-être que ça ne sera pas le seul à faire ses premiers pas dans l’herbe… Dis-je en souriant.

Mon sourire disparait immédiatement et je regarde Aydan alarmé par mes propres mots. Est-ce que je viens bien de faire ça ? Je viens de suggérer à mon petit-ami la possibilité d’avoir un enfant.
Je ferme les yeux et fronce les sourcils. Je suis terriblement gêné et je ne sais plus ou me mettre. C’était stupide et mal venu. J’ignore même pourquoi j’ai sorti ça. À force de rêver j’ai oublié que nous étions dans la réalité. Moi, père ? Je suis certain qu’Aydan en ferait un bon mais moi… moi je ne pourrais jamais en être un. Il n’y a qu’à voir mon model paternel.

Je change aussitôt de sujet et j’espère qu’il n’a pas saisi ce que j’étais en train de dire. J’ai l’impression d’avoir brisé un moment magique entre nous. Ça a le mérite de me remettre les pieds sur terre et du plomb dans la tête.

-Moi aussi j’ai envie que tu passes la journée dans mes bras mais… bébé j’ai du travail et j’ai déjà trop dormi.
Je jette un coup d’œil au réveil et repousse un peu le moment où mes obligation de PDG vont me rattraper. –Mmh, encore une petite heure… ils se passeront bien de moi encore un moment.

Je regarde mon téléphone et je n’avais même pas remarqué que j’ai déjà 12 appels en absence de personnes différentes et 9 messages.

Alors c’est ça que mon père vivait au quotidien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 17 Avr - 6:32

Aydan l'écoutait en souriant, notant mentalement tout ce que Taemin lui disait. Il allait s'occuper de cette maison et s'assurer qu'elle soit parfaite.

Le métis se laissa ensuite tomber à côté de Taemin et se lova tendrement contre lui, calant sa tête sur le torse de son petit ami en passant son bras en travers de son ventre. Il regardait Chester pensivement tandis que le petit chiot se blotissait contre le flanc opposé de Taemin. Puis soudain, ce que déclara ce dernier fit tiquer Aydan. Etait-il réellement en train d'insinuer ce qu'il pensait ? Il... Oh. Aydan ne put s'empêcher de sourire et mordilla sa lèvre sans relever les yeux vers lui. Taemin voulait qu'ils aient un enfant. Qu'ils fondent une famille. Leur famille.

Cependant, il restait une ombre au tableau. Si officieusement, Aydan était devenu le petit ami de Taemin, officiellement, il restait sa Doll et il refusait de fonder une famille en ayant ce statut. Il voulait d'abord rembourser sa dette.

Aydan se redressa et vint embrasser tendrement son amant avant de caresser sa joue.

- Tu penses qu'il sera aussi beau que toi ?, demanda-t-il en souriant.

Il leur restait une heure comme venait de le dire Taemin, son téléphone dans la main. Le métis l'attrapa et le posa sur la table de chevet avant de reprendre ses caresses sur la joue et les lèvres ainsi que le cou de son amour.

- On en a jamais parlé mais j'aimerais savoir : je devrais te rembourser combien de temps avant d'avoir payé ma dette ? S'il reste plus de six mois, je veux augmenter l'argent que je te donne. Je veux être débarassé de ça au plus vite pour retrouver officiellement ma liberté.

Il savait que le sujet était sensible et devinait que Taemin pourrait avoir peur, c'est pour cela qu'avant même qu'il ne dise un mot, Aydan l'embrassa amoureusement et posa ensuite son front contre celui de son amant.

- Je veux me débarasser de ce statut de "Doll de Park Taemin " pour prendre celui de "petit ami de Park Taemin" de façon totalement officielle. Comme ça, je pourrais abuser de toi en public sans être gêné.

Aydan sourit en coin et embrassa sa joue avant de revenir s'installer contre son torse.

- Dis, bébé, quand on se mariera, tu garderas ton nom ? Personnellement, je pense que je prendrai les deux. Aydan Park Marsh, ça sonne bien, non ?, sourit amoureusement le métis.

Aydan devait se l'avouer : projeter leur avenir de la sorte était très agréable et appréciait énormément. Il imaiginait leur avenir et plus il y pensait, plus il réalisait à quel point il était fou de Taemin. Il était sûr d'une chose : il voulait rester avec lui jusqu'à la fin de ses jours.

Il roula finalement sur le dos et entrelaça ses doigts à ceux de son petit ami, le regard perdu sur le plafond. Enfin, après tout ce qu'ils avaient traversé, ils envisageaient un avenir concret et cette idée enchantait Aydan.

- Tu feras un père parfait. Et je t'interdis de penser à ton père. Tu n'es pas lui, tu ne reproduiras pas ses erreurs. Et de toute manière, si tu divagues, je serai là pour te botter les fesses comme tu le mérites, rit gentiment Aydan.

Il en était persuadé. Taemin allait faire un père et un mari parfait. Il était déjà un petit ami idéal, ce qui rendait Aydan confiant pour la suite.

- Je dois me trouver un travail !, s'exclama soudain Aydan en se redressant. Je dois trouver un travail pour t'aider à payer la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Dim 19 Avr - 11:54

Comme à son habitude le débit de parole d’Aydan est trop rapide pour que je puisse en placer une. D’un sourire lorsqu’il évoque le fait d’avoir un enfant, je passe à un froncement de sourcil quand il me parle de son contrat et se cristallise quand enfin il me parle de mariage. Je lève la main pour l’interrompre et répondre à ses questions mais ma légèreté est déjà partie. Je suis plutôt crispé.

-Aydan. Dit-je très sérieusement. –Le contrat que j’ai passé avec Private Blossom n’est pas ton affaire et j’aimerais autant que tu me laisses gérer ça. Je veux dire, qu’il y ait un contrat pour que je rembourse tes dettes ne t’empêches pas de te considérer comme mon petit-ami et non comme ma Doll et je ne te considère plus du tout comme tel de toute manière. Tu es mon amant, et je t’aime. Je m’occupe de rembourser ta dette. J’en ai les moyens. Je ne te demande rien en retour si ce n’est que de rester à mes côtés et d’être heureux.
Je l’embrasse ensuite en passant sous silence le dossier « enfant » pour m’attaquer à ce que je redoute le plus. Si Aydan pense déjà mariage, pour le moment l’idée ne m’a jamais effleuré l’esprit et je dois dire que ça me fait un peu peur.

-En ce qui concerne la possibilité de se marier… je… et bien bébé, je crois que pour le moment je préférerai qu’on en parle plus. Je viens tout juste de sortir d’un procès acharné contre mon père. Je vais avoir énormément de chose à gérer avec l’entreprise, mon héritage et tout le reste. Mais je sais qu’on y arrivera un jour mon cœur. Je ne pourrais jamais aimer personne d’autre que toi.


Je lui souris et l’embrasse sur le front en espérant ne pas l’avoir blessé. Bien sûr que je me marierai avec lui un jour. Mais pour le moment je veux qu’on se trouve un maison ou vivre ensemble et repartir sur de bonne base. Chasser tous les mauvais souvenirs et les choses blessantes qui se sont passées et recommencer à zéro. Pour le moment je n’ai toujours pas entièrement confiance en lui et si je suis certain de l’aimer plus fort que tout je veux être sûr à 100% qu’à l’avenir je pourrai avoir confiance en lui quoi qu’il arrive.

Viennent enfin les mots réconfortants sur ma possible paternité et mon sourire revient en l’embrassant. Mon amour… il a toujours su avoir les mots réconfortants. Non, c’est vrai, je ne suis pas mon père. Pourtant j’ai un peu peur pour le futur. J’ignore comment aimer un enfant. J’ignore ce dont ils ont besoin et comment les rendre vraiment heureux. En leur achetant tout ce qu’ils veulent ? ça je peux faire… mais pour le reste ? Est-ce que je serai à la hauteur ? Est-ce que cet enfant m’aimera ? Je me crispe de nouveau et viens cacher mon visage dans le cou de mon amour, confus.

Je marmonne contre sa peau et je vénère sa douceur sous mes lèvres. Je suis tellement bien là.

- Je dois me trouver un travail ! Je dois trouver un travail pour t'aider à payer la maison.

Je me redresse d’un coup en haussant les sourcils surpris par sa déclaration. Aydan… mon Aydan le roi du changement de conversation éclair.

-Non. Ce sera mon cadeau. Je n’ai pas envie que tu payes cette maison. Je veux t’y installer, que tu sois chez toi. Chez nous. Ce sera mon premier cadeau pour notre nouvelle vie. Et ne discute pas Aydan Marsh. Ce n’est pas négociable. Et puis… dis-je en le couchant sous moi un sourire en coin avant d’embrasser son torse parfait. – Ton petit ami est milliardaire. Tu n’as pas besoin de travailler. Tu vas suffisamment avoir à faire avec la maison mon cœur. Pour le reste, ne m'enlève pas le plaisir de te gâter. Tu le mérite tellement.

Mon portable vibre au moment où ma main touche son entre jambe et je ferme les yeux en l’enlevant à regret.

-Hum… je crois qu’il est l’heure que j’aille travailler amour. On se voit ce soir ?


Je l’embrasse une dernière fois et saute du lit pour aller prendre une douche rapide et passer un costume avant d’aller au bureau.

Sur tout le chemin qui me mène au travail, je repasse en boucle notre conversation et la question du mariage m’obsède. Je me demande si le moment ne serait pas venu en définitive. Si ça ne m’aiderai pas à lui refaire entièrement confiance. En fait j’échangerai un contrat contre un autre. Aydan serait toujours à moi et cette fois légalement aux yeux du monde entier.

Je regarde mon chauffeur et l’interpelle.

-Monsieur ?

-Prends la prochaine sortie.

-Nous n’allons pas au bureau monsieur ?

-Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 24 Avr - 8:45

Aydan avait laissé partir Taemin après l'avoir embrasser trois ou quatre fois de plus, peu enclin à voir son amant s'éloigner si rapidement après leurs retrouvailles. Il n'avait pas envie de passer la journée seul maintenant que son petit ami était revenu. De plus, ce dernier avait congédié tout le personnel, laissant alors sous-entendre deux jours passés ensemble, de préférence dans leur lit, mais il n'en était rien et les obligations de Taemin le rattrappaient toujours, au plus grand damn d'Aydan.

Ce dernier avait fini par prendre sa douche avant de s'habiller. Il retrouva ensuite Chester et le prit avec lui pour l'installer sur le canapé du salon tandis qu'Aydan sortait son ordinateur dans le but de chercher dès aujourd'hui la maison de leurs rêves. L'idée que Taemin la paie entièrement ne lui allait pas, pas du tout même. Il aimait recevoir des cadeaux, bien entendu, mais il ne voulait pas être pourri gâté. Pas comme ça. Il voulait participer, construire leur avenir avec Taemin et pas seulement subir et profiter passivement de ce que son amant lui offrait. Ils allaient devoir avoir une sérieuse discussion tous les deux à ce sujet.

Après trois heures de recherches, Aydan décréta qu'il en avait assez fait et rangea son ordinateur avant de laisser Chester dans le salon afin de partir dans la salle qui lui servait de salle de sport. Il lança la musique et s'exerça deux heures durant, suivant les conseils que lui avaient donné son coach. Lorsqu'il eut enfin terminé son programme, il retourna prendre une douche, suivi de près par Chester qui n'aimait vraiment pas rester seul.

Une fois propre, il descendit à la cuisine où il se mit aux fourneaux afin de préparer le plat préféré de Taemin -ou du moins quelque chose qu'il appréciait vraiment. Le susnommé n'allait pas tarder à rentrer et Aydan trépignait d'impatience, à tel point que lorsque la porte d'entrée s'ouvrit pour laisser pénétrer un Taemin apparemment fatigué, il se précipita sur lui et sans même attendre que son amant ne se soit découvert, le métis se saisit de son visage et embrassa tendrement ses lèvres en se serrant contre lui. Aydan libéra enfin les lèvres de son petit ami et se contenta de l'enlacer, inspirant longuement son odeur. Il avait l'impression qu'une éternité s'était écoulée entre son départ et maintenant.

- Bébé... T'as passé une bonne journée ?, demanda Aydan en mordillant sa lèvre.

Il caressait délicatement la nuque de Taemin tout en lui souriant, sincèrement heureux qu'il soit de nouveau à la maison.

- J'ai fait à manger et Chester n'a pas arrêté de me suivre partout dans la maison. C'était long sans toi...

Il se plaignait faussement, souriant malgré tout. C'était vrai, il s'était ennuyé sans Taemin mais il était parvenu à s'occuper malgré tout. Cette constation lui fit prendre conscience de la nécessité de trouver un métier afin de combler ses journées sans Taemin. Il risquerait de devenir fou s'il devait passer des jours entier seul dans la maison.

Aydan recula finalement et retourna dans la cuisine, incitant ainsi Taemin à le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 24 Avr - 11:17

De retour à la maison Aydan me saute dans les bras avant que j’ai le temps de retirer ma veste et j’aime le sentir aussi impatient de me retrouver. Chester est sur ses talons et remue la queue en nous regardant échanger un long baiser.

-Mh. Je crois qu’il t’a définitivement adopté.
Dis-je en souriant en coin.

Je suis Aydan jusque dans la cuisine et m’assoie au comptoir pour le regarder cuisiner. En fait c’est surtout ses fesses parfaites que je regarde bouger dans son petit jeans serré.

-Aydan… ne t’avais-je pas interdit de t’habiller ? Je me lève et le tourne face à moi avant de glisser mes mains dans les poches arrières de son pantalon. –Ce truc m’empêche de voir une œuvre d’art.

Je l’embrasse et jette un coup d’œil à son plat. Ça sent bon et j’ai hâte de passer à table. J’aime sa cuisine maison. Bien plus que celle de ma gouvernante. Elle sort d’une grande école de cuisine française et même si ses plats sont parfait il manque quelque chose que je ne retrouve que dans les plats de mon amour. Ce petit truc qui fait que je peux réellement appeler ça de la cuisine maison.

Nous passons enfin à table et je peux savourer ce que j’ai dans l’assiette et sous les yeux. Deux perfections.
Je crois que j’ai fait le bon choix.

Le reste de la soirée se passe sans encombre. Un film en amoureux dans le salon, Aydan dans mes bras et Chester à côté de nous et puis dès que nous avons terminés nous montons faire l’amour avant de nous endormir l’un près de l’autre. Je voudrais que tout le reste de ma vie ressemble à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Death row, how long can you go ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hong Kong :: Causeway Bay 銅鑼灣 :: résidences-