le nom de l'image
Death row, how long can you go ? - Page 3


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Death row, how long can you go ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 17 Mar - 8:07

Ça fait plus de trois semaines maintenant. Je n’ai pas eu de nouvelles de lui, je ne sais pas où il est ni ce qu’il fait. J’ignore s’il va bien. Je suppose que oui.
Je suis au bureau, le regard bloqué sur ma bague de fiançailles depuis quinze minutes à me dire que c’est mieux ainsi. Au final, je n’aurais jamais pu apporter à Aydan ce dont il avait vraiment besoin. Je souffle et ferme les yeux. Les images qui viennent en premiers sont celles de son sourire et de son regard sur moi. Est-ce qu’on regarde vraiment quelqu’un qu’on déteste comme ça ? Apparemment oui. Mais encore une fois, Aydan a prouvé que c’était un très bon acteur. Mes sourcils se fronce et je sens les larmes monter.

Ma dernière semaine a été difficile. J’ai beau tout faire, le manque d’Aydan est insupportable. Je ne suis plus bon à rien. Je rate tous mes contrats, mes directives deviennent incompréhensibles et même les somnifères n’agissent plus. Je me frotte le visage et ferme les yeux. J’ai la tête sous l’eau depuis qu’il est parti. Et pendant que lui doit continuer à se rire de moi, je meurs. Rien n’est visible, mais intérieurement j’ai cessé d’exister. Sans lui j’en suis incapable.

Mon téléphone sonne en même temps que l’on frappe à la porte de mon bureau. Ma secrétaire entre au moment où je décroche et je lui fait signe de sortir. Elle se courbe et sort immédiatement. Elle reviendra après.

-Park. Dis-je en guise de salutation.

A l’autre bout du fil mon père fulmine. Il hurle et je ne comprends rien. Je ne fais même pas l’effort. Je crois qu’il est furieux parce que j’ai envoyé balader les américains. Un contrat d’où je n’aurais tiré aucun profit mais il est d’un avis différent.

-Taemin tu te rends compte de ce que tu as fait ? J’ai dû justifier l’incompétence de mon héritier à nos plus anciens clients moi-même. Comment as-tu osé me déshonorer à ce point ? Je ne t’ai pas mis à un poste comme celui-ci pour que tu me face honte.

Il souffle agacé. Je ne réponds pas. J’ai perdu l’envie de me battre, même contre lui.

-Vraiment Taemin je commence à me dire que c’était une erreur de te confier ce poste. Tu es une erreur ! Quel déception.


Je relève la tête et me tends. Les mots résonnent en moi encore et encore jusqu’à ce que je percute. Le choc est frontal, violent et libérateur. Aydan… Aydan.

-Qu'est-ce que vous venez de dire… ?

-Et tu es sourd en plus de cela ? J’ai dit que tu étais une erreur.

Dans ma tête tout vol en éclat. Le… fils de pute. Je raccroche immédiatement et je sors de la veste de mon costume la lettre d’Aydan que je déplie. Je la connais par cœur mais j’ai besoin de le voir de mes yeux. Tu étais une erreur. Ce ne sont pas les mots d’Aydan. Il a essayé de me prévenir. Mon père m’a toujours appelé son ‘erreur’ j’y suis habitué. Mais Aydan n’aurait jamais dit ça. Pas avec les mots de cet homme… Alors ça veut dire qu’il s’est attaqué à mon amour. Il a essayé de me l’enlever et pour une raison qui m’est encore inconnu, ma Doll a accepté de me quitter. Je dois le retrouver. Immédiatement. Je me trompe peut-être mais je connais mon père. Je sais de quoi il est capable.

Ma secrétaire frappe de nouveau à la porte et entre.

-Dehors, je n’ai pas le temps je m’en vais.


-Monsieur… je suis désolé mais votre visiteur a dit que c’était urgent.

Je m’apprête à répliquer quand mon rendez-vous s’annonce de lui-même. J’ai un mouvement de recul.

Putain qu’est-ce qu’il fout la lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 17 Mar - 10:27


Le tension qui s'était imposée entre Aydan et ses parents s'était légèrement dissipée. Sa mère évitait soigneusement de parler de son homosexualité mais au moins, elle l'acceptait tel qu'il était. Aydan sortait de sa chambre plusieurs fois par semaine, trois en moyenne mais ne mangeait toujours pas. Ses côtes se faisaient plus visibles qu'auparavant et il ne pouvait plus mettre les habits que Taemin lui avait offert puisqu'ils ne lui allaient plus. Son père faisait de son mieux pour que son fils mange mais c'était vain. Il avait décidé de se laisser dépérir, de toute manière, il n'avait plus de raison de lutter contre la vie puisque la seule chose qui lui était précieuse lui avait été violemment retirée. Le pire était de songer à Taemin et à la haine qu'il devait actuellement éprouver pour lui. Son amour, sa vie, sa moitié, le détestait. Tout ça parce qu'il avait obéi à son père. Pour la énième fois cet après-midi, Aydan soupira.

- Aydan ? Tu veux rentrer ?, demanda sa mère.

Elle avait tenu à l'accompagner faire les magasins afin de lui offrir de quoi s'habiller correctement. Plusieurs fois les gens s'étaient retournés sur eux avant de murmurer des méchancetés concernant l'état déplorable de l'ancienne Doll. Et dire qu'il y a un mois, ils l'auraient regardé avec envie... Nouveau soupir de la part d'Aydan. Sa mère s'arrêta et le regarda, peinée.

- Maman, c'est rien. C'est... viens, on va payer.

Il n'avait pas envie de se confier à elle. Il voulait rentrer et s'enfermer dans sa chambre, attraper son journal et écrire une autre lettre à Taemin. Depuis plusieurs jours, il lui en écrivait davantage, pensant systématiquement à l'avenir. Au bout de combien de lettres parviendrait-il à l'oublier ? Au bout de combien de feuilles ? De cahiers noircis ? Il en était à la fin de celui-ci.

Sa mère régla ses achats -un jean et un pull à sa taille- et ils quittèrent le magasin avant de retourner dans leur demeure. Immédiatement après être rentré, Aydan fila dans sa chambre et rangea ses affaires avant de se jeter sur le cahier qu'il ouvrit à la page délaissée la veille. Sur cette nouvelle feuille, il raconta à son amour combien il manquait. Il lui écrivit aussi qu'il avait vu un magnifique jean qui, il en était sûr, lui aurait parfaitement moulé les fesses avant de poursuivre sur le déroulement de sa journée. Comme à son habitude, il signa de son prénom et comme à chaque fois, ajouta un "Je t'aime" calligraphié avec minutie. Aydan rangea ensuite son cahier et, au lieu de fuir dans le pays des songes, il alla trouver sa mère. Il avait envie de regarder un film. Peu importe lequel. Tout ce qu'il voulait était un peu de compagnie. Un peu de vie et de bruit autour de lui.

Assis sur le canapé, il laissa sa génitrice lancer le film -une comédie romantique- et baissa la luminosité des plafonniers. Il se forçait silencieusement à se contrer sur le film plutôt que sur Taemin. Son ancien amant l'obsédait.

Finalement, le film dura jusqu'au dîner et son père rentra pile à ce moment là. Il sourit à sa femme et son fils et sans attendre, leur lança leurs manteaux, l'air ravi.

- Nous sortons manger. Aydan... Tu n'as pas le choix. Prendre l'air te fera du bien.

Son père ne rigolait pas et Aydan comprit qu'il n'avait pas d'autre choix que d'accepter. Il enfila son manteau et quitta la villa pour rejoindre le restaurant réservé par son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 17 Mar - 12:14

Trois jours. Ça ne m’a pris que trois jours pour le localiser. Ce qui s’est passé entre temps se rejoue dans ma mémoire pendant que mon chauffeur me conduit jusqu’à l’adresse qu’on m’a indiqué.

Le secrétaire de mon père est entré dans mon bureau avec un dossier et m’a tout raconté. Absolument tout depuis le début. La collecte d’infos, l’espionnage de mon père, la menace faite aux parents de ma Doll chez eux, le contrat, la visite à Hong Kong, la pression sur mon amour pour qu’il me quitte et bien plus encore. Tout ce qu’Aydan ne sait pas lui-même. Il ne savait pas où mon père avait caché Aydan et sa famille alors j’ai dû poursuivre mes recherches de mon côté, avec les informations qu’il m’avait donné. Quand je lui ai demandé pourquoi il faisait tout ça, sa réponse ne m’a même pas surprise.

-Monsieur, je vous connais depuis votre naissance, je vous ai vu grandir dans cette famille et j’ai travaillé 25ans pour votre père sans jamais me plaindre, sans rien demandé et en servant fidèlement les Park jusque-là.

-Et ?

-Votre père m’a licencié parce que je n’ai pas réussi à mettre la main sur le contrat passé entre Private Blossom et vous. Monsieur Marsh n’étant donc pas délié de ses engagements envers vous le contrat signé entre lui et votre père était caduque et il a rejeté la faute sur moi.  

-Je suis le seul à posséder ce contrat, il est en sécurité là où vous ne pourrez jamais le trouver.

-Je sais. Et c’est pour cette raison que j’ai été renvoyé. Maintenant je veux être en paix avec ma conscience et rendre la monnaie de sa pièce à Park Taehyun.

-Évidemment… lorsqu’on traite mal un chien il finit toujours par mordre.


Je n’ai pas eu honte de dire ça et il n’a rien dit. Il s’est contenté de baisser la tête honteux. Cet homme peut donc ressentir quelque chose. Bien.

-Vous allez rester ici, avec moi. Je veux que vous me disiez tout ce que vous savez à propos de mon père et de ses agissements.

Et il m’a tout dit. Quelle aide précieuse. Je sais tout ce que mon père a voulu me cacher et dès que j’aurais mis Aydan et sa famille en sécurité je vais en finir une bonne fois pour toute. Il est fini.

La voiture s’arrête devant une petite maison dans un quartier propre. Ça n’a rien d’un palace mais elle n’est pas non plus délabrée. Il est intelligent. Il l’a bien caché.

-Va voir. Dis-je à mon chauffeur.

Je reste dans la voiture pendant qu’il sort et travers la route. Il frappe à la porte puis sort un double de clé que mon père avait fait faire et confié à son secrétaire. Visiblement il n’y a personne. Ils ont dû sortir.

Je respire. Je suis à la fois soulagé de l’avoir retrouvé, excité de le revoir et en même temps terriblement en colère contre lui. Comment a-t-il osé me faire ça ? Pourquoi il ne m’en a pas parlé ? Il n’avait pas le droit de me quitter comme ça, j’aurais pu l’aider s’il m’en avait parlé. J’aurais pu tout arranger et le protéger. Bordel j’ai mis presque un an à lui accorder ma confiance et son geste prouve que ce n’est pas réciproque. Nous en parlerons en temps voulu mais pour le moment ma priorité est de le récupérer. Parce que ma vie sans lui n’est pas une vie. Et si sa lettre ne veut rien dire alors tout est toujours possible entre nous. Et je veux y croire.

Mon chauffeur reviens et ouvre ma portière.

-La voie est libre monsieur.

Je descends et il me remet la clé de leur maison avant de remonter en voiture.
Je passe la porte d'entrée sans faire de bruit, tout est calme. J’observe les lieux et je trouve ça petit. Je soulève plusieurs objets, recherches les micros dont m’a parlé le secrétaire. Mon père n’a vraiment pas fait les choses à moitié. Cette famille est sur écoute sans même le savoir. Il faut que je fasse attention. Je ne veux pas qu’il comprenne que je suis ici.

J’ouvre des portes au hasard. Une salle de bain, une chambre, probablement celle de ses parents et puis la dernière porte est la bonne. J’en suis certain. Je reconnais son odeur.
J’entre et ferme doucement derrière moi. Je m’approche du lit et prends un coussin, je le respire et c’est lui. C’est ce qu’il sent en permanence, c’est l’odeur de ma vie. Je ferme les yeux et sert le coussin contre moi comme si c’était lui. Il m’a tellement manqué. Je le repose et commence à fouiller dans ses affaires. Je trouve enfin ce que je cherchais. Un micro dissimulé dans le faux plafond d’une commode. Espèce d’enfoiré. Il ne paye rien pour attendre. Je le détruit immédiatement.
Je repère ensuite sur son bureau un cahier que j’ouvre et je vois mon nom à l’intérieur. Je le prends et sans m’en rendre compte m’assois sur le canapé en lisant. Ce sont des lettres, des poèmes, des passages de sa vie loin de moi. Mon cœur explose dans ma poitrine. Aydan m’aime encore. J’en suis certain. Ces mots… il ne triche pas, il ne ment pas. Il n’a jamais cessé de m’aimer. Je ferme les yeux et le vide en moi se comble. Soulagement. Bonheur. Sécurité. Tout redevient comme avant.

A ce moment la porte s’ouvre et je relève les yeux du cahier. Aydan s’arrête immédiatement et je le voir blêmir.

-Tu croyais pouvoir te débarrasser de moi aussi facilement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 17 Mar - 12:45

La soirée avait été affreusement longue. Aydan n'avait mangé qu'un kimbap, n'ayant pas assez d'appétit pour avaler autre chose. Ses parents avaient fait de leur mieux pour égayer sa soirée et rien que pour cela, il leur en était extrêmement reconnaissant. Sans eux, sans leur soutien, Aydan aurait probablement franchi la limite du décent.

Ils étaient ensuite rentrés chez eux après avoir marché quelques minutes dans la rue. Aydan regardait ses pieds : il n'avait plus son allure fière et son air assuré. Il n'en avait plus les moyens maintenant qu'il était si laid. Il se faisait petit et discret, silencieux et invisible. Il ne voulait pas qu'on le regarde. Après encore de longues secondes de calvaire, son père les ramena à leur maison. La Doll n'avait qu'un hâte : retrouver son carnet et son lit. Il voulait raconter à son Taemin imaginaire qu'il avait réussi à manger un kimbap. Dit ainsi, ce n'était rien mais pour lui, c'était énorme. Il voulait aussi lui raconter que cette partie de Hong Kong, la nuit, était magnifique. Il se doutait que son ancien amant le savait déjà mais ne pouvait s'empêcher de vouloir lui dire. Peut-être que s'ils étaient encore ensemble, ça serait devenu leur endroit à eux ? Sa tête se posa contre la fenêtre de la voiture et il ferma les yeux en sentant sa gorge se nouer. S'ils étaient encore ensemble...

Une fois la voiture garée, Aydan en descendit et entra dans la maison et après retiré son manteau, il se dirigea vers sa chambre à tâton, évitant maladroitement les meubles sur son passage. Lorsqu'il pénétra dans sa chambre, il referma la porte et alluma la lumière et ce qui l'attendait sur son canapé le fit blêmir.

-Tu croyais pouvoir te débarrasser de moi aussi facilement ?

Son manteau glissa de ses mains et la Doll s'adossa contre la porte. Ses jambes allaient le lâcher. Taemin. Taemin était là. Dans sa chambre, son cahier entre les mains. A en juger par le nombre de pages tournées, il en avait lu plus de la moitié. Taemin était là. Comment l'avait-il trouvé ? Pourquoi était-il revenu ? Ils étaient en danger. Tous. Mentir fut la première idée qui passa par la tête d'Aydan mais il l'oublia bien vite : Taemin venait de lire toutes ses confessions et il n'était pas dupe, il avait du comprendre que ses vrais sentiments se trouvaient dans ses pages noircies et pas dans la lettre mensongère laissée sur le lit.

- Taemin... Tu peux pas... Tu peux pas rester ici. Ton père... Et... Je...

Dans la tête du métis, c'était la panique. Les larmes menaçaient de couler à tout instant et il se sentait fébrile. Il devait s'asseoir. Il marcha péniblement jusqu'au lit et s'assit dessus, dos à Taemin. Hors de question qu'il le regarde alors qu'il était si laid. Hors de question qu'il voit son visage creusé et désormais ravagé par les larmes qui trempaient ses joues. Revoir l'homme qu'il aimait était aussi soulageant que douloureux.

- Pourquoi t'es revenu ?, demanda-t-il après de longues secondes de silence.

Son ton n'avait rien de méchant ou de froid, il était désespéré et triste. Taemin est là. Taemin est là. Il me déteste probablement mais il est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 17 Mar - 13:35

- Pourquoi t'es revenu ?

Je me relève du canapé et pose le cahier avant de me diriger vers le lit. Je suis furieux contre lui et en même temps tellement heureux de le revoir que mon regard doit exprimer un parfait mélange entre l’amour et la haine. Froid et pourtant si doux. Je passe mes doigts sur sa nuque. Mon cœur se resserre en voyant son corps aussi frêle. Dès que je l’aurais ramené je vais le gaver. Hors de question qu’il reste comme ça.

Je monte sur le lit et le couche dessus. Je me mets à cheval sur lui et attrape ses poignets que je maintiens de chaque côté de sa tête. Il ne peut plus bouger.  

-Parce que tu m’appartiens. Parce que tu es à moi. Parce que je suis à toi. Parce que je t’aime.


Je me penche et pose mes lèvres sur les siennes. C’est un putain de feu d’artifice qui allume mon corps et ravage mon cœur. Une tendre douleur remonte le long de mon dos et explose à l’intérieur de ma tête. C’est si bon de l’embrasser. J’approfondis notre baiser, je vais chercher sa langue, elle a un goût épicé. C’est de la cuisine coréenne sur sa langue je connais ce goût.

-Kimbap ? Dis-je en me redressant.

Je descends du lit et oblige Aydan à en faire de même.

-Je sais tout bébé. Et je suis en colère contre toi mais nous en parlerons plus tard. Maintenant tu vas faire exactement ce que je te dis sans poser de question nous avons peu de temps. Je veux que tu ailles déverrouiller la porte d’entrée sans un bruit, ensuite tu vas aller dans la chambre de tes parents et tu vas les ramener dans ta chambre, je ne veux pas que tu leur dise que je suis là. Ne parlez pas. Toutes les pièces de cette maison sont sur écoute, mon père a pris des dispositions, il ne doit pas se douter que je suis ici. Aller vas.

Je le pousse vers la porte et passe un coup de fil rapide à mon chauffeur le temps qu’Aydan revienne avec sa famille. Ils entrent cinq minutes plus tard, mon homme arrive peu après, se glisse dans la pièce et la referme derrière lui. Il se place à mes côtés et se courbe poliment devant les Marsh.

-Monsieur Marsh… c’est un plaisir de vous revoir. Dit-il à Aydan en souriant.

Mes yeux sont braqués sur les parents de ma Doll. Je leur en veux tellement. Ils me dégoutent. Sa mère me toise comme si j’étais un insecte et je lui renvoi exactement le même regard. Aydan lui ressemble tellement c’est fou. Je lui parle en coréen.

-Je vous corrigerais bien moi-même si vous n’étiez pas une femme.


Je me tourne ensuite vers son père sans plus lui prêter attention et poursuis en anglais.

-Nous n’avons pas beaucoup de temps alors ne le perdons pas en explications. Je lui tends une enveloppe avec trente mille en liquide. -Je sais tout et je vais régler le problème mais pour le moment j’ai besoin de vous mettre à l’abri. Mon chauffeur va vous emmener à l’aéroport. Je veux que vous preniez deux billets et que vous quittiez la ville. Ne dites à personne où vous allez, ni à Aydan, ni à moi, ni à mon chauffeur vous avez bien compris ? Personnes ne doit savoir où vous vous trouvez. Pour votre sécurité évitez de retourner à votre ancienne adresse, n’allez ni en Corée ni en Angleterre, aucun endroit où vous pourriez avoir des contacts ou de la famille, il vous retrouverait. Ne prenez avec vous ni valises, ni vêtements, ni portables. Rien qui vienne d’ici. Il y a assez dans cette enveloppe pour vous payer tout ce qu’il faudra quand vous serez en sureté. N’essayez pas de prendre contact avec votre fils, je m’occupe de sa protection. Dans six mois très exactement, vous pourrez revenir ici. Pas avant.

Je me retourne ensuite vers Aydan et bascule en chinois.

-À partir d’aujourd’hui tu restes avec moi H24. Tu ne sors plus sans mon autorisation, et si tu n’as pas le choix c’est uniquement avec mon chauffeur jusqu’à ce que j’ai réglé cette histoire c’est clair ? Je caresse sa joue du bout des doigts et fronce les sourcils. –Tu as maigri… Dis au revoir à tes parents Aydan. Il faut qu’on se dépêche, où sont tes clés de voiture ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 18 Mar - 0:03

Le regard de Taemin lui glaça le sang mais il ne dit rien. Il avait trop honte. Alors sagement, il se laissa allonger et ne protesta qu'à peine quand les lèvres de son amour se posèrent sur les siennes. Taemin l'avait retrouvé et il l'aimait encore. Taemin avait compris son message, avait déchiffré ce qu'il avait voulu lui dire. Aydan n'en revenait pas. Son ancien amant avait tout prévu, rien n'avait été au hasard. Il savait tout, absolument tout -même ce qu'Aydan lui-même ne savait pas. Le métis ne savait pas d'où il tenait ses sources mais une chose était certaine : la venue de Taemin dans sa maison sonnait comme une délivrance qui apportait une lueur d'espoir. Et Aydan avait choisi de s'y raccrocher. L'Owner saurait comment les protéger.

Sagement, Aydan s'exécuta et ramena ses parents avec lui avant de retourner où il devait être. A sa place. A côté de Taemin. Intérieurement, il savait qu'il n'avait pas encore réalisé ce qu'il lui arrivait, encore perdu entre son monde imaginaire et sa réalité douloureuse. Après tout, ça pouvait être un rêve... Ce fut le chauffeur de Taemin qui le sortit de ses rêveries et Aydan s'empressa de le saluer poliment. Cet homme était vraiment agréable. Discret et intelligent, Aydan était sûr qu'il aurait donné sa vie pour Taemin. Et il savait aussi que c'était en partie grâce à l'homme de main de l'Owner qu'ils étaient réuni à nouveau.

-Je vous corrigerais bien moi-même si vous n’étiez pas une femme.

Aydan se tendit. Sa mère s'était attirée les foudres de Taemin encore plus que son père. Et la réaction de sa génitrice ne fit rien pour arranger les choses ; la manière dont elle toisait Taemin déplaisait énormément à Aydan qui, par réflexe, se rapprocha un peu plus de son amant -il en avait besoin de toute façon.

Ensuite, tout comme ses parents, Aydan écouta attentivement les directives de Taemin. Ses parents allaient disparaître... Cette idée lui fit froncer les sourcils puis il se souvint que s'ils faisaient ça, c'était pour leur bien et pour le sien aussi. Taemin s'adressa à lui peu après et ça ne loupa pas : son maître avait vu qu'il avait maigri. Un frisson parcouru Aydan qui, immédiatement, détourna le regard. Se reculer pour empêcher Taemin de le toucher lui effleura l'esprit mais il préféra ne pas le faire par peur d'énerver l'Owner. Il se contenta d'acquiescer, appréhendant déjà leur future dispute.

Sans un mot, le métis partit récupérer ses clefs qui se trouvaient dans la poche de son blouson et les tendit à Taemin avant d'aller enlacer ses parents.

- Faites attention à vous, murmura-t-il en embrassant le front de sa mère.

Celle-ci semblait réticente à l'idée de laisser son fils aux mains de Taemin mais son mari ne lui laissa pas le temps de protester puisqu'il l'entraîna dehors après avoir enlacé son fils.

Désormais, Aydan était seul avec Taemin et son chauffeur, à nouveau dos à lui. Il ne voulait pas lui faire face. Il avait peur, honte, mal. Il ne voulait pas qu'on le voit de cette façon.

- Je dois prendre des affaires ?, demanda Aydan.

Il s'était dirigé vers son canapé et avait récupéré son cahier qu'il ramena instinctivement contre sa poitrine. Taemin n'aurait pas du le lire. Aydan aurait préféré tout lui dire à voix haute plutôt que lui avouer par écrit. A croire qu'il était encore une fois trop lâche pour lui dire tout ce qu'il pensait et ressentait de vive voix.

Un soupir lui échappa et il retourna près de Taemin. Cette fois, il osa lever les yeux vers lui et le regarda timidement.

- Je suis désolé, Taemin, murmura finalement le jeune homme, piteusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 18 Mar - 1:12

- Je suis désolé, Taemin

Je me tourne vers mon chauffeur sans répondre à Aydan, je ne tiens pas à discuter de ça devant qui que ce soit.

-Tu as les faux passeports ?

-Oui monsieur.

-Assure toi qu’ils ne partent avec rien d’autre que l’argent. Pas de carte de crédit, pas de signes reconnaissables, pas de vrais papiers, aucun électronique. Mon père n’est pas du genre à laisser passer. Quand tu te seras assuré qu’ils sont en sécurité à l’aéroport tu iras chercher le PA et tu le ramèneras à la maison. J’ai besoin d’en savoir un peu plus sur cette histoire d’héritage.

Mon homme de confiance, se courbe avec respect devant moi puis devant Aydan à qui il adresse un sourire qu’il veut rassurant et quitte la pièce.
Sans répondre à sa précédente question j’attrape la main de ma Doll et le conduis hors de la maison jusqu’à la voiture. Mon chauffeur est déjà parti avec ses parents. Nous avons peu de temps avant que mon père ne découvre tout et je dois le mettre à l’abri lui aussi, chez moi, vu que je ne peux garantir la fidélité de l’assistant de mon père.

Je prends les commandes et monte dans la Porsche après avoir fait entré Aydan côté passager. Je ne lui adresse toujours pas la parole, je roule vite et m’arrête le moins possible aux feux.
Une fois chez nous je ralentis au niveau du gardien.

-Quelqu’un est-il venu pendant mon absence ?

-Non monsieur Park.

Il ouvre les grilles et j’accélère. Je gare la voiture directement dans le garage, cachée. Je descends du véhicule et je le fait passer par une porte intérieur. Je ne prends aucun risque. Ensuite, je l’entraine directement vers la cuisine où je le fais asseoir au comptoir. Je sors du frigo du pain et une mixture au poulet ainsi qu’un pot de mayonnaise. Je prépare deux sandwich et je pose l’assiette devant lui.

-Mange. Mon ton est sans appel et il comprend bien que ce n’est pas une demande, c’est un ordre.

Je prends ensuite mon téléphone et passe un coup de fil pour savoir où en sont les parents d’Aydan. Mon chauffeur me confirme qu’ils viennent d’arriver à l’aéroport. Je raccroche et me tourne enfin vers ma Doll. Je souffle. Je n’ai pas envie de lui parler pour le moment. Je suis tellement en colère.
Je quitte la cuisine pour aller verrouiller automatiquement toutes les portes et fenêtre de ma maison sur le panneau de contrôle tactile dans l’entrée et monte à l’étage jusqu’à ma salle de bain. Je fais couler un bain, chaud mais pas brûlant et je redescends pendant que la baignoire se remplie.

Aydan a fini de manger et j’en suis satisfait. Je prends ensuite sa main, laissant tout sur le plan de travail, la bonne est là pour ça. J’emmène mon petit-ami à l’étage et je le déshabille. Mes yeux glissent sur son corps trop maigre mais je ne fais aucune remarque. Je sais déjà. J’ai lu son cahier. Je ne lui adresse toujours pas la parole. Je l’aide à entrer dans le bain et je prends un gant de toilette. Je le lave avec douceur, entièrement, de la tête aux pieds. Je garde le contrôle jusqu’à ce qu’il soit couché dans mon lit et je sors après avoir caresser doucement ses cheveux sans l’embrasser.

Je laisse la porte entrouverte et emmène avec moi les affaires qu’il avait sur lui. Je les jette. Je ne sais ce que mon père a mis dedans. Je suis peut-être parano mais je me suis juré que c’était la dernière fois que je laissais Aydan s’éloigner de moi. Je dois le protéger à tout prix. Même si ça veut dire contrôler ses moindres faits et gestes pour le restant de ses jours. Il ne m’échappera plus.

J’entre dans mon bureau et appel mon avocat en attendant que mon chauffeur revienne avec le PA. À partir de maintenant c’est la guerre et je sais que j’en sortirais vainqueur ou je n’en sortirai pas. Il n’y a pas d’autre choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 18 Mar - 10:21


Aydan l'avait suivi et n'avait pas ouvert la bouche une seule fois. Si Taemin ne voulait pas lui parler alors lui non plus ne parlerai pas. Il mangea ce que l'Owner lui avait préparé, se forçant pour avaler la nourriture qui lui brûlait la gorge. Il avait déjà mangé ce soir, son estomac n'allait pas le supporter, il le savait mais pour faire plaisir à Taemin, il mangea. Ce dernier le lavas peu après avant de le mettre au lit sans jamais parlé, sans avoir de geste tendre envers lui, à part une caresser légère dans ses cheveux.

A peine eut-il quitté la chambre qu'Aydan se leva et se précipita aux toilettes pour vomir le pauvre sandwich que Taemin lui avait préparé. C'était beaucoup trop pour son organisme qui avait été privé depuis un mois. Il ne pouvait pas le supporter. Le métis retourna se coucher après s'être lavé les dents et passé de l'eau sur le visage et une fois dans les draps, il ferma les yeux. Il avait peur de ce qui allait lui arriver, non pas par rapport au père de Taemin mais par rapport à Taemin lui-même. Il allait probablement l'enfermer chez lui jusqu'à la fin des temps, contrôler ses moindres faits et gestes ; Aydan était-il prêt à endurer ça par amour ? Non. Mais il le méritait. Il avait trahi Taemin, lui avait menti et il allait en payer le prix.

Par réflexe, il porta ses mains à son visage et frotta ses yeux. Ce fut à cet instant qu'une constatation le frappa : il pleurait. Encore. Et d'un seul coup, tout le chagrin qu'il avait ressenti jusqu'alors le submergea. Toutes les émotions qui s'étaient bousculées dans son coeur, le soulagement d'avoir été retrouvé par Taemin, la peur de l'avoir perdu à tout jamais, la douleur d'avoir trahi son amour, tout se mélangeait dans sa tête et il craquait littéralement. Il se recroquevilla dans la lit et pleura pendant de longues minutes jusqu'à ce que ses yeux le brûlent. Il ne voulait pas que Taemin le découvre comme ça alors il pleura silencieusement pendant encore longtemps.

Finalement, à bout de force, totalement anesthésié, il se leva et se servit dans le dressing de Taemin : une pull et une jogging ainsi qu'un boxer. Il enfila le tout, se cachant derrière les épaisseurs des tissus qui le recrouvraient désormais.

Ses yeux rougis ne trompaient personne, de même que sa démarche chancelante. Il traversa la chambre et partit à la recherche de Taemin. Le trouver fut plus simple que prévu : la seule source de lumière de la maison provenait du bureau de Taemin. Aydan s'en approcha et inspira un grand coup avant de frapper trois coups contre la porte. Il entra ensuite dans la pièce et referma la porte derrière lui avant de se décaler pour ne pas déranger la discussion entre Taemin et l'assistant de son père. Aydan l'avait reconnu mais ne dit rien, il se contenta de se faire le plus petit et le plus silencieux possible.

- Pardon de vous déranger, j'ai... Hm. Ne faites pas attention à moi, s'excusa Aydan.

Il n'avait pas envie d'être seul. En fait, il n'en était plus capable. Taemin lui était revenu, rester loin de lui maintenant aurait été parfaitement stupide, même si rester avec lui impliquait de le déranger en pleine réunion apparemment très sérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 19 Mar - 1:55

Assis à mon bureau j’écoute avec attention ce que l’ancien assistant de mon père a à me dire tout en regardant les pages d’un contrat vieux de 30ans. Mon chauffeur se tient près de la porte, les bras croisés et écoute attentivement. J’ai souhaité qu’il reste en tant que témoin.

-Le contrat de mariage de vos parents stipulait que si le premier né était un fils, tous les biens deviendraient automatiquement à son nom à la naissance. Vos parents ayant le droit de régir les dit « biens » jusqu’à votre majorité.


-Donc si je comprends bien je ne suis pas légataire mais propriétaire ?

-Oui monsieur. Mais Park Taehyun ne vous pensait pas prêt pour recevoir les clés de l’entreprise.

-On parle de combien ? Je tourne une page du contrat de mariage de mes parents mais ne trouve rien en annexe.

-Un demi-milliard lors de votre naissance, presque quatre aujourd’hui.

L’enfoiré. Il s’est bien gardé de me dire ça. Mais avec tous les documents en main, je suis en mesure de le réduire au silence une bonne fois pour toute et de gagner ma liberté. Avec ça mon père ne pourra plus rien contre Aydan et sa famille, ni contre moi.

On frappe trois coups à la porte au moment où je pose une nouvelle question et je m’interromps tout de suite quand Aydan rentre dans la pièce. Tous les regards se dirigent vers lui pendant que je referme rapidement le dossier que j’ai sous les yeux.

- Pardon de vous déranger, j'ai... Hm. Ne faites pas attention à moi.

Le silence s’impose et l’assistant me questionne du regard. Doit-il continuer ? Je regarde Aydan puis me lève pour ranger le précieux document dans mon coffre-fort.

-Ce sera tout pour ce soir. Nous continuerons cette conversation demain matin à la première heure. Mon chauffeur va vous raccompagner et viendra vous chercher demain.

Les deux hommes sortent du bureau après s’être incliné, me laissant seul avec ma Doll. Je lui fais signe de venir près du bureau et me lève pour le faire asseoir dessus. Je prends son menton entre mes doigts pour l’obliger à relever la tête et malgré toute ma colère je ne peux m’empêcher d’être inquiet pour lui.

-Tu n’arrives pas à dormir ?


Il a pleuré je le vois bien. Ses yeux sont rouges et gonflés et mon cœur se resserre, je déteste le voir dans cet état.

-Aydan… je ne veux plus te voir pleurer. Je suis très sérieux… et peut-être un peu glacial. Je regarde mes vêtements dans lesquels il nage. Dire qu’il y a encore un mois ils lui allaient parfaitement. Je retire son pull doucement et regarde le haut de son corps frêle. Aydan a perdu de sa superbe mais il reste magnifique à mes yeux.

-Tu es beau, ne cache pas ton corps.

Mes doigts cours sur sa peau, le long de son cou et poursuive leur chemin jusqu’à son épaule que j’embrasse.
-Cette épaule est belle. J’embrasse la parcelle de peau que je viens de toucher et suis de ma bouche le tracé de mes doigts. –Cette clavicule est belle… Ce sternum est beau…Cette cote est magnifique…Ce nombril est splendide…

Je l’allonge doucement sur mon bureau et retire son jogging et son boxer à sa suite. Il se tend, cherche à m’en empêcher mais j’insiste pour qu’il n’est plus rien sur lui.

-Je veux te voir.


J’embrasse le bas de son ventre. – Cette partie est particulièrement belle… - Et puis mes lèvres poursuivre leur course sur son sexe, mais je ne m’y arrête pas. Je l’embrasse doucement en lui disant comme j’aime cet endroit et je descends encore jusqu’à l’intérieur de sa cuisse, le long de sa jambe et enfin son pied. Tout son corps y passe. Je lui prouve qu’il ne doit pas avoir honte de qui il est. Il peut bien faire 40kg ou 100 ça ne changera jamais rien pour moi. Et j’ai beau lui en vouloir, être en colère, avoir envie de le punir, pour le moment je mets tout de côté parce que je ne veux plus le voir pleurer. Je m’étais juré qu’il ne pleurerait plus jamais, et je m’en veux de ne pas avoir réussis à tenir ma promesse.

-À la maison je veux que tu sois toujours nu Aydan. Jusqu’à ce que tu retrouves ton corps, je veux que tu vive avec celui-là et que tu n’en aies pas honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 19 Mar - 8:09


Il était net qu'Aydan interrompait quelque chose et le malaise qui régnait dans la pièce le vexa un peu. Taemin ne lui faisait plus confiance, certes, mais cette affaire le concernait aussi. Il voulait être au courant. Lui aussi voulait protéger Taemin. Il n'avait pas su le faire plus tôt, il voulait au moins le faire maintenant. Aydan fronça les sourcils quand son amant congédia ses invités et alors qu'il allait protester, Taemin lui fit signe de s'approcher. Sagement, le métis obéit et s'assit sur le bureau, comme son amant lui avait demandé. Il ne répondit pas à sa question -elle était rhétorique- et secoua la tête quand l'Owner se mit à l'embrasser partout.

Arrête. Arrête ! Taemin, arrête... Il ne voulait plus que Taemin le touche, il ne voulait pas qu'il le voit comme ça. Une fois nu, une boule lui noue la gorge et le ventre et il ramène ses bras autour de lui. Il ne le repousse pas et attend que Taemin ait fini de l'embrasser pour récupérer les vêtements et les remettre.

- Non. C'est hors de question. Je peux pas faire ça, Taemin..., murmura-t-il. Je retourne me coucher, tu devrais faire de même, tu sembles avoir une réunion importante demain matin, finit le jeune homme.

Aydan ne posa pas d'autre question et quitta le bureau pour retourner dans la chambre. Il refusait pertinemment de rester nu. Pas tant qu'il serait aussi maigre. Pas tant qu'il n'aurait pas davantage confiance en lui.

De retour dans la chambre, il se coucha de son côté après s'être dénudé, ne gardant que son sous-vêtement. Il culpabilisait d'avoir repoussé son amant mais n'était pas capable d'accepter qu'il le touche. Finalement, il n'avait pas obtenu le réconfort et la douceur qu'il était parti chercher. A la place, il était revenu avec de l'amertume et du mal-être, moins qu'avant mais tout de même. Taemin l'avait rassuré mais ça n'avait pas été suffisant pour le moment, même s'il avait été extrêmement reconnaissant. C'était encore trop récent.

Le métis s'endormit après de longues minutes, étendu dans le lit. Il ne sut pas si son amant été revenu dans la chambre, son sommeil profond le privant de tous ses sens. Ce ne fut que tard dans la matinée qu'il daigna ouvrir les yeux. Taemin devait probablement être en réunion. Aydan aurait aimé le trouver à côté de lui au réveil mais il savait que son amant était occupé. Occupé par quelque chose qui les concernait à tous les deux.

La Doll se leva ensuite et s'étira avant de s'habiller. Cette fois, il ne mit pas de t-shirt et enfila une veste qu'il ne ferma qu'à moitié. Il acceptait de faire des efforts et d'assumer son corps trop maigre.

Il quitta la chambre et se rendit à la cuisine où il se prépara un petit déjeuner. Il fit attention à ne rien prendre de trop lourd et rien en trop grosses quantités. Il se servit seulement du riz -un bol seulement-, du thé et une mandarine ainsi qu'un banane. Comme il avait l'habitude de le faire auparavant, il rejoignit le salon et s'installa devant la télé dans le but de déjeuner. Il voulait redevenir l'homme qu'il était avant de quitter lâchement Taemin mais pour ça, il allait devoir discuter avec lui et mettre tout au clair. Le plus tôt sera le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 19 Mar - 11:47

Lorsqu’ Aydan a ramassé ses affaires pour se sauver loin de moi, la colère et la tristesse sont revenues. Il n’a même pas assez confiance en moi pour me croire quand je le dis qu’il est beau, même dans cet état-là. Alors je n’ai rien dit du tout. Je l’ai laissé fuir et j’ai passé la nuit dans mon bureau à regarder les documents sur la succession de l’entreprise familiale. Je ne pouvais pas le rejoindre, ça m’aurait fait trop de mal de le voir me repousser encore, refuser que je le touche, que je le regarde.
Je n’ai pas dormi de la nuit, encore une fois et mes cernes témoignent de ma fatigue mais j’en fais abstraction. Ce matin j’ai passé trois coup de fil avant mon rendez-vous. Le premier à mes avocats parce que je compte poursuivre mon père en justice et récupérer de droit ce qui m’appartient. Le second à un nutritionniste anglais de renom de passage à Hong Kong, j’aimerais qu’il voit Aydan et qu’il l’aide à reprendre une habitude alimentaire saine. Le dernier à coach sportif pour que ma Doll puisse resculter son corps comme avant. Je ne vois pas ce que je peux faire de plus. S’il refuse que je l’aide peut-être acceptera-t-il celles de professionnels.

Je prends mon café dans mon bureau en recevant l’assistant de mon père et mon chauffeur. Il réponds enfin à toutes mes questions et j’en sais suffisamment maintenant pour réduire à néant ma propre famille. Mais je suis prêt à le faire, je suis prêt à aller jusqu’au bout. Pour Aydan.

Lorsque je le raccompagne à l’entrée mon regard croise celui de ma Doll assit dans le salon en train de prendre un petit déjeuner plus que léger. Nous nous regardons un moment sans rien dire et je détourne les yeux, je retourne dans mon bureau. À quoi ça servirait d’aller le voir ? Je n’ai pas envie qu’il me repousse, et je ne veux pas prendre le risque de lui parler. Je suis tellement en colère contre lui que je risquerais de dire des choses que je ne pense pas. Je ne veux pas qu’il soit malheureux à cause de moi. Alors je préfère lui laisser l’espace dont il a besoin.

Je retourne dans le bureau et me masse l’épaule sous ma chemise d’hier. J'ai des courbatures et je n’ai même pas eu le temps de me changer. J’irais prendre une douche tout à l’heure j’ai encore beaucoup à faire. Mais pour le moment je sens la fatigue monter. Et tout ce dont j’ai envie c’est d’une cigarette, ou peut-être un shoot, je ne sais pas. J’opte pour le plus léger et sors un paquet de mon tiroir. Je l’allume et accueille avec délice les effluves de tabac mentholé dans mes poumons. Ça fait redescendre un peu la pression.

Mon chauffeur frappe doucement à la porte et je le laisse entrer. Je devrais penser à l’augmenter. En ce moment c’est une vrai bouée de sauvetage à laquelle je m’accroche.

-Puis-je faire une remarque monsieur ?


-Vas-y. Dis-je en tirant de nouveau sur ma cigarette.

-Vous devriez parler avec monsieur Marsh. Il a besoin de vous.


-Au contraire. Je crois que monsieur Marsh a envie que je le laisse tranquille.
Dis-je en le regardant d’un mauvais œil. Qu’est-ce qu’il en sait d’abord de ce dont Aydan a besoin ?

Il baisse la tête et je pense qu’il va me laisser en paix mais il insiste.

-Croyez-moi monsieur Park. Il a besoin de votre présence et de votre soutien. Vous devriez vraiment discuter de ce qui vous troubles tous les deux.


Bon dieu, mais d’où lui vient cette témérité ? Il me fait presque penser à ma Doll. À me contredire et me pousser à bout. Je fronce les sourcils et il fait un pas en arrière en s’inclinant. Je suis à deux doigts de répliquer mais ce sont finalement les mots d’une autre personne qui sorte de ma bouche. Ceux de ma conscience. Où peut-être ceux de ma gratitude.

-Très bien, je vais aller lui parler…

Il sourit et je lève les yeux au ciel. On dirait presque que je suis un gosse qui vient de se faire réprimander par son père.

J’écrase ma cigarette et me lève, je passe devant lui et il m’emboite le pas jusqu’au salon. Je déglutis en voyant Aydan.

Je t’en veux tellement si tu savais…


-Je…

Je regarde mon chauffeur qui me sourit en me faisant un geste d’encouragement de la main, me poussant à me lancer.

-J’ai engagé un nutritionniste et un coach pour t’aider. Je retourne travailler.

Je fais demi-tour et quitte les lieux comme un voleur en prenant la direction de mon bureau, me répétant encore et encore qu’Aydan ne veut pas que je le regarde, ni que je le touche, ni que je reste près de lui. Aydan ne veut pas de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 20 Mar - 8:09

L'ambiance était tendue, désagréable et n'encourageait pas Aydan à guérir et à reprendre vie. Il irait le voir plus tard. C'était ce qu'il avait prévu mais Taemin vint contrecarrer ses plans en venant le voir, apparemment poussé par son chauffeur. La situation était étrange et mettait la Doll mal à l'aise.

-J’ai engagé un nutritionniste et un coach pour t’aider. Je retourne travailler, expliqua simplement l'Owner avant de disparaître dans son bureau.

C'en était trop pour Aydan. Il posa son plateau et se leva avant de passer à côté de l'homme de main de son amant.

- Restez ici. Je crois que Taemin et moi devons parler.

Le chauffeur acquiesça et se retira pour leur laisser l'intimité demandée implicitement par Aydan. Ce dernier frappa au bureau dans lequel s'était enfermé Taemin et y pénétra avant de refermer la porte derrière lui. Il s'avança jusqu'au bureau de Taemin et s'appuya contre, à côté de la chaise du maître de la maison.

- Taemin, faut qu'on parle. Tu sais qu'on pourra pas passer à côté de cette discussion et les choses pourront pas aller mieux tant qu'on l'aura pas eue.

Aydan inspira un grand coup et après avoir mordillé sa lèvre de longues secondes, se décida à parler. Il devait tout avouer à Taemin.

- Ton père est venu et m'a posé un ultimatum : te quitter et sauver ma famille ou rester avec toi et condamner mes parents. Ceux-là même qui ont vendu le bonheur de leur fils contre une maison et un visa. Honnêtement, j'ai été tenté de te choisir toi. C'était même ma première intention. Puis j'ai compris qu'après avoir fait du mal à ma famille, ton père ne s'arrêterait pas là. Il aurait fait de ma vie un enfer, aurait fait en sorte que je souffre, physiquement comme mentalement, et il t'aurait aussi fait du mal. Je n'essaie pas de dire que j'ai eu raison de te quitter, sûrement pas, mais je veux que tu comprennes pourquoi je l'ai fait. Je l'ai fait pour te protéger, pour sauver ton entreprise, ta réputation et ta vie. Tu n'aurais pas toléré de me voir souffrir à cause de lui alors j'ai préféré souffrir loin de toi.

Aydan souffla un peu et ébouriffa ses cheveux. Son choix avait paru justifié au moment où il l'avait fait mais maintenant qu'il en parlait, ça lui paraissait absurde.

- Te mettre au courant de ses desseins nous aurait mis en danger. T'aurait mis en danger et je refusais de risquer ça. Je te fais confiance, Taemin... Vraiment. Si ça n'avait pas été le cas, je ne t'aurais pas laissé un indice dans la lettre. Je te faisais confiance, je savais que tu comprendrais et que tu me retrouverais.

Il n'avait pas voulu laisser d'indice trop flagrant ou écrire la vérité dans la lettre ou même l'écrire mot pour mot. C'était trop dangereux.

- Je veux t'aider à le faire tomber. Je veux que tu redeviennes heureux et que le mariage avec l'autre petite conne qui te sert de fiancée soit annulé. Il n'y a qu'une personne avec qui tu te marieras et ce ne sera sûrement pas elle.

La Doll sauta du bureau et s'accroupit face à la chaise de Taemin. Son visage exprimait des regrets, des remords, de la tristesse.

- Taemin... Pas une seconde ne passait sans que je ne pense à toi. Te quitter... Te trahir a été la plus grosse erreur de ma vie et je l'ai payé très cher. J'ai passé un mois en enfer. Je t'en prie... Pardonne moi, implora Aydan, piteux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 20 Mar - 10:04

Je me suis tendu lorsqu’il est entré dans mon bureau et je savais pourquoi il était là. Et je n’avais pas envie d’avoir cette conversation parce que le fait est que j’ai peur que ça brise quelque chose entre nous. Mais je crois qu’il est déjà trop tard pour ça.

Je me tais et je le laisse parler jusqu’à ce qu’il aborde la confiance. Mon sang ne fait qu’un tour et je me mord l’intérieur des joues pour ne pas répliquer. Comment ose-t-il parler de confiance ?

Ensuite il me parle de mes fiançailles. Voilà qu’il devient jaloux maintenant… et puis je baisse les yeux et m’aperçois que je n’ai toujours pas retiré la bague à mon annulaire gauche. Honteux, je cache ma main sous la table. Pour le coup je l’avais complétement oublié celle-là. Ces derniers jours n’ont été qu’une courses contre la montre où la seule chose que j’avais en tête était de retrouver Aydan et de le mettre en sécurité.

Ma Doll descend de mon bureau à ce moment et viens s’agenouiller devant moi dans un regard coupable et tendre.

- Taemin... Pas une seconde ne passait sans que je ne pense à toi. Te quitter... Te trahir a été la plus grosse erreur de ma vie et je l'ai payé très cher. J'ai passé un mois en enfer. Je t'en prie... Pardonne moi


Je le regarde et caresse doucement sa joue du bout des doigts. Je le sens frémir et je retire ma main. C’est de l’appréhension dans son regard et je sais qu’il fait des efforts pour permettre que je le touche. Ça me frustre et m’attriste, mais surtout ça me mets en colère.

Je le regarde droit dans les yeux et ne peux cacher cette lueur noire au fond de mes prunelles.

-Quelle éloquence quand on en vient à parler de confiance monsieur Marsh… Tu peux économiser ta salive Aydan je te l’ai dit, j’ai été informé de ce qu’il s’est passé dans les moindres détails, par le secrétaire de mon père en personne. Ou plutôt l’ancien secrétaire.

Je tourne mon fauteuil pour ne plus lui faire face et me lève pour m’éloigner de lui. J’ai besoin d’espace pour lui parler. Je ne sais pas ce dont je suis capable à ce stade de colère.

-Au final ce que je retiens c’est que tu m’as menti, tu as trahis ma confiance et tu m’as blessé bien plus que ce tu ne peux t’imaginer. Tu dis que tu as fait ça pour nous ? Tu m’a promis que jamais tu ne me quitterais et tu es parti ! Tu as préféré obéir sous la menace d’un homme que tu ne connais même pas plutôt que de venir m’en parler tout de suite ? J’aurais pu te protéger, j’aurais pu protéger ta famille Aydan ! Mon père ne peux rien contre moi, je suis son héritier et jusqu'à récemment j'ai appris que j'étais bien plus que ça. Il a plus à craindre de moi que je n'ai à craindre de lui crois moi. Mais tu n’avais pas assez confiance en moi pour ça, alors tu as préféré fuir en me laissant une lettre de rupture…

J’ai un petit rire nerveux en y repensant et je n’ose même plus le regarder dans les yeux par peur d’éclater en sanglot. Comme à chaque fois que je pense à cette foutu lettre. Je la sors de la poche intérieur de mon costume et lui tends sans la déplier. Je la récite, je la connais par cœur.

-Tu vois. Je la connais par cœur Aydan. Je pensais t’avoir perdu alors je me suis accroché à ses mots pour me souvenir de toi, même si c’était pour me dire que tu ne m’avais jamais aimé, que j’étais stupide de t’avoir fait confiance… Ma voix s’étrangle sur le dernier mot, une larme roule sur ma joue et je me retourne pour qu’il ne me vois pas. –Encore aujourd’hui je me demande s’il n’y a pas une part de vérité dans tout ça.

Je laisse tomber la lettre au sol et vais me servir un verre au mini bar de mon bureau. Là j’en ai vraiment besoin pour dire tout ce que j’ai à dire.

-Je croyais qu’il n’y aurait rien de pire que de te perdre jusqu’à ce que je te retrouve comme ça. Parce que c’est moi que je déteste de te voir dans cet état par ma faute, et encore plus quand je vois que tu n’as même plus envie que je te touche… ou même que je te regarde...pourtant pour moi tu reste toujours magnifique... Seigneur Aydan… Je lève les yeux au ciel et souffle, je suis à bout de nerf et je pense que je vais bientôt craquer mais je me retiens aussi fort que je peux. –Je t’en veux tellement de nous avoir fait ça… tu n’avais pas à prendre cette décision seul, tu aurais dû me faire confiance ! Mais toi tu…

-Je suis tellement en colère si tu savais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 20 Mar - 12:01

Aydan accusa les mots de Taemin. Avec du recul, on pouvait voir les choses de cette manière mais pour la Doll, ça n'avait rien à voir avec de la confiance. Ce ne fut que quand il lui récita la lettre et affirma qu'une part de vérité se trouvait dans ses mots que le métis vit rouge.

- Comment peux-tu penser ça ?! J'ai fait ça pour toi. Je ne pouvais pas t'en parler, Taemin. C'était impossible, il était prêt à tout pour nous séparer ! C'est ton père, tu le connais non ?

Il se pencha et attrapa la lettre qu'il froissa et roula en boule avant de la poser sur le bureau. Il y mettrait le feu plus tard.

- Ca, cette lettre, c'était un rammassi de mensonges ! Tu as lu la vérité en lisant mon cahier. Et très honnêtement Taemin, je pense que tu es mal placé pour parler de confiance. Rappelle moi qui de nous deux garde un journal intime dans sa bibliothèque et interdit à l'autre de la voir ? Certainement pas moi parce que tu as lu tout mon journal intime. Tu es entré dans ma tête et je ne t'en tiens pas rigueur parce que j'estime te faire suffisamment confiance pour que tu puisses savoir ce qu'il se passe dans mon esprit.

Aydan s'avança vers Taemin et dézippa sa veste avant d'attraper la main de son amant pour la poser sur son torse.

- Je me suis infligé ce traitement parce que j'estimais que c'était la moindre des choses après ce que je t'ai fait subir. J'ai préféré cesser de manger et mourir à petit feu que continuer à vivre normalement ! J'en étais incapable, tu n'étais plus là parce que j'étais parti !, Aydan se radoucit ensuite et baissa la tête sans lâcher la main de Taemin. Je déteste mon corps, j'ai l'air malade, comment peux-tu me trouver beau... Je pensais qu'en me retrouvant, tu me trouverais laid, repoussant, que tu ne voudrais pas me toucher alors j'ai préféré te repousser avant que tu ne le fasses, trop attaché à cette idée de rejet que tu m'aurais infligé. Taemin, il va nous falloir du temps pour reconstruire ce que j'ai détruit. Il va me falloir du temps pour que je reprenne confiance en moi.

Il laissa quelques secondes s'écouler et finit par retirer totalement sa veste pour dévoiler entièrement son torse nu.

- J'ai besoin de toi plus que jamais... Je... Taemin, je t'aime... C'est ça la vérité...

Aydan lâcha finalement la main de son amant et retourna s'asseoir sur le bureau. Il appréhendait la réaction de son petit-ami. Ce dernier ne lui faisait plus confiance -et c'était légitime- et bien que ce soit légitime, cette constatation le rendait triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Mar - 3:59

Aydan se penche et attrape la lettre qu’il froisse et jette sur mon bureau. J’ai un mouvement pour l’arrêter. Cette lettre est la cause de toutes mes souffrances mais elle est importante pour moi. Je m’y suis accroché aussi fort que j’ai pu pendant un mois. Elle représente beaucoup pour moi.

Ensuite je l’écoute me parler de mon journal intime et mon sang ne fait qu’un tour. Cette fois-ci je ne retiens plus ma colère. C’est un sujet ultra-sensible et le simple fait qu’il en parle me désarme et me rend furieux en même temps. J’ai l’impression d’être à nu.

-Ne parle pas ce que tu ignores ! Ce journal ne te concernait pas à la base. Je l’écrivais depuis que j’étais gamin parce que j’avais besoin de parler à quelqu’un ouvertement et que je n’ai jamais pu faire confiance à personne. Ça m’a pris un an pour croire en toi, pour te faire confiance… et tu as tout détruit en une nuit…Et quand ça a été le cas je n’ai plus rien écrit à l’intérieur parce que j’avais enfin quelqu’un à qui me confier… La nuit où tu m’as quitté, j’ai détruit ce journal. Je pensais que je ne pourrais plus jamais avoir confiance en personne, même pas en moi, que c’était stupide comme tu l’as dit dans ta lettre. Il n’y a plus de journal Aydan, plus depuis que tu m’as brisé le cœur.

Il s’avance et ouvre sa veste puis attrape ma main qu’il pose sur son cœur. Je ferme les yeux immédiatement. Ma colère retombe. Son corps a un effet incroyablement puissant sur moi. Peu importe l’état dans lequel il est.

Et puis il me parle tout bas de son corps, de ce qu’il déteste en lui, de son complexe et je n’écoute que d’une oreille distraite parce qu'à cet instant j’ai envie que toutes les disputes cessent pour le prendre dans mes bras et le serrer contre moi, sentir sa chaleur et son amour comme avant.
Alors lorsqu’il fait tomber le haut et s’assoit sur mon bureau je décide de signer une trêve. Mon ton s’adoucit et je viens me placer entre ses jambes, debout devant lui et je remets mes mains sur son corps parce que ce sont leur place. Parce que ça m’a terriblement manqué. Parce que je veux le sentir sous mes doigts pour me dire que je ne rêve pas et qu’il est bien revenu.

-Oh bébé… comment tu peux dire des choses pareils ? Regarde-moi Aydan. Je t’aime. Je n’aime que toi et je chérirais toujours ton corps. Comment est-ce que tu as pu penser un seul instant qu’il pouvait me dégouter ?


Je l’embrasse et je lui souris sincèrement. J’essaie de trouver les mots juste pour lui faire comprendre. Je caresse ce joli grain de beauté qu’il a sous l’œil et qui m’a toujours fasciné, et puis mon pouce descend jusque sur ses lèvres pulpeuses que je dévore aussitôt et mes doigts descendent tendrement sur sa gorge et enfin sur son corps.

-J’aime tout chez toi. J’aime ce grain de beauté et ces lèvres, j’aime cette gorge d’où sortent les plus beaux sons de la terre, j’aime ce torse fin et trop maigre, j’aime ce ventre qui était autrefois si gourmand…

J’embrasse son ventre et je remonte pour déposer un baiser dans son cou que je termine par une légère morsure.

-J’aime ton âme, j’aime ta façon de me désobéir et ensuite de me sourire pour m’empêcher d’être en colère contre toi, j’aime ta voix mélodieuse quand elle me murmure que tu m’aime, j’aime tes yeux parce qu’à chaque fois que nos regards se croisent et ce peut-importe où nous nous trouvons, je me sens instantanément comme à la maison. Mon vrai chez moi c’est toi Aydan… et au-delà de tout ça j’aime ton corps parce que c’est l’endroit où je me sens le mieux. Parce que c’est une partie de toi et que je t’aime tout entier.

Mes mains le caressent partout sur son torses et je me sens durcir rien qu’à le toucher. Je lui répète sans relâche qu’il est beau, qu’il est magnifique et que je l’aime pendant que le tracé de mes doigts atteint savamment la braguette de son jean. Et cette fois, je ne veux pas qu’il m’arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Mar - 5:01

Aydan avait de fondre en larmes, partagé entre soulagement et épuisement. Il était à bout, il avait besoin de Taemin, de se raccrocher à lui. Il avait envie de croire en eux à nouveau.

- Tu m'aimes toujours ? Même après ce que je t'ai fait ? Même maintenant que je ressemble à ça ?, demanda-t-il, incrédule.

Il n'en revenait pas. Taemin était vraiment masochiste. Ou vraiment très amoureux. Dans les deux cas, Aydan se détendit et se laissa embrasser et toucher par Taemin. Il le croyait, lui faisait confiance. S'il disait le trouver magnifique alors il le croyait. Après tout, Taemin lui avait toujours dit la vérité et il n'avait aucune raison de le flatter s'il ne le pensait pas, voilà ce que pensait Aydan.

La Doll finit par enrouler ses bras autour de son amant et l'attira fermement contre lui pour l'enlacer tandis que son visage trouvait sa place dans son cou. Lui aussi se sentait chez lui lorsque Taemin l'enlaçait. En réalité, il ne se senait chez lui que dans ces moments là. Durant leur séparation, il s'était senti perdu, errant à la recherche d'un lieu où il serait en paix avec lui-même, en vain. Il devait se rendre à l'évidence, il n'y avait qu'avec Taemin qu'il se sentait réellement accepté, réellement lui, malgré la tendance envahissante de son amant. Tout comme l'Owner aimait tout de lui, même son âme salie, Aydan aimait tout aussi chez son petit ami, y compris son besoin compulsif de contrôler ses moindres faits et gestes. Il aimait tout de lui.

- Je t'aime tellement... Mon ange..., murmura Aydan contre le cou de son petit ami. Je veux qu'on redevienne heureux ensemble, tu penses que ce sera possible ?

Il se recula un peu et empêcha Taemin de défaire sa braguette en lui prenant la main. Il murmura un "arrête" à peine audible et entrelaça leurs doigts puis de sa main libre, caressa la joue de son amour.

- Je regagnerai ta confiance, je redeviendrai beau et on fera couler ton père. Je ne veux plus jamais te quitter...

Aydan repoussa ensuite son petit ami et secoua la tête puis descendit de la table à son tour. Il voulait prouver à Taemin qu'il lui faisait toujours confiance, que malgré leur rupture, il l'aimait toujours autant, voire plus encore. Alors le métis souffla un bon coup et retira lui même son pantalon avant de se rasseoir sur le bureau, les cuisses écartées en guise d'invitation pour que Taemin revienne contre lui. Sa libido avait paru inexistante durant le mois où ils étaient séparés et il n'était pas sûr d'avoir envie de sexe à l'heure actuelle mais ce dont il était certain, c'était qu'il voulait faire plaisir à Taemin. Il voulait qu'il retrouve confiance en lui et il voulait aussi être rassuré. Et pour ce faire, il allait devoir faire des efforts.

- Fait doucement..., murmura-t-il en détournant le regard.

Il n'arrivait pas à regarder son amant en face, trop mal à l'aise vis à vis de son regard sur son corps maigre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Mar - 9:26

- Tu m'aimes toujours ? Même après ce que je t'ai fait ? Même maintenant que je ressemble à ça ?

Je hoche la tête en l’embrassant. Pas une seule seconde je ne pense le contraire. Je suis fou amoureux de lui malgré tout ce qui s’est passé. Malgré ma peine, ma colère, ma paranoïa. J’ai trouvé en lui mon âme sœur, ma moitié. Il est comme une maladie et son remède à la fois. Et il n’y a absolument rien que je puisse faire contre ça.

Je pose sa main sur mon cœur à travers ma chemise et il bat vite et fort comme si j’avais couru, il est prêt à sortir de ma poitrine.

-Tu sens ? C’est toi qui me fait ça.

Je l’embrasse à pleine bouche, le sers dans mes bras pour le protéger de lui-même de son dégoût, de ses doutes, de sa tristesse.

Lorsque Aydan me demande si je pense que tout peux redevenir comme avant je me contente de l’embrasser encore. Je n’ai pas la réponse à cette question. Pour le moment je n’ai plus confiance en lui et ça mettra surement un moment avant de revenir. Je ne sais pas si tout pourra s’arranger entre nous mais j’espère. Je suis prêt à faire des efforts aussi longtemps qu’il en fera. J’ai besoin qu’il me prouve que je peux avoir confiance en lui. Mais ça je ne lui dit pas. Je veux que ça vienne de lui. Je ne veux pas le voir faire des efforts parce que j’en demande.

- Je regagnerai ta confiance, je redeviendrai beau et on fera couler ton père. Je ne veux plus jamais te quitter...

C’est comme s’il lisait dans mes pensées. Je souris mais secoue la tête. Je ne suis pas prêt à l’exposer à mes problèmes et le cas de mon père est quelque chose que je tiens à régler seul.

-Non mon cœur. Ce problème ne te concerne pas. C’est une histoire de famille et je réglerai ça moi-même d’homme à homme. Crois-moi c’est une chose qui te dépasse. Il ne s’agit pas seulement de toi, il s’agit de bien plus, on parle d’une chose qui ne concerne que les Park… je le regarde et souris amusé. –Tu n’es pas un Park dit moi ? Je vais avoir besoin de ton soutien, pas de ton aide. Alors tout ce que je te demande c’est de m’obéir de me faire confiance. Je veux que tu sois en sécurité le temps que je m’occupe de son cas. Tu veux bien faire ça pour moi mh ?

C’est évidemment de la rhétorique. Qu’il le veuille ou non je ne lui laisse pas le choix. Ce sujet ne concerne plus Aydan. Il concerne ma famille et l’avenir des entreprises Park. Je ne veux pas qu’il s’en mêle, je suis le seul à pouvoir régler ça et je ne veux pas que ma Doll interfère dans mes affaires. Il n’est pas question de vie privée, il est question de mon héritage, des milliards qui m’appartiennent et me reviennent de droit.

Je commence à dévorer sa pomme d’Adam. Une de mes main vient jouer dans ses cheveux pendant que l’autre caresse doucement sa nuque et j’ai envie de lui. Ça fait trop longtemps, il m’a tellement manqué ce corps qu’il déteste tant.
Aydan me repousse finalement et j’avale ma salive. Oh non bébé… ne me repousse pas s’il te plait…

A ma grande surprise il se déshabille entièrement avant de se remettre sur le bureau et d’écarter les cuisses, m’invitant à le prendre. C’est aussitôt l’explosion dans ma tête et ma propre braguette menace de sauté sous la pression. Mais quelque chose m’arrête, il ne me regarde pas dans les yeux.

J’attrape ses cuisses et le soulève du bureau avant de nous diriger vers mon fauteuil ou je m’assois le gardant au-dessus de moi en l’embrassant doucement.

-Non bébé. Pas comme ça. Pas tant que tu n’en auras pas envie.

Je prends sa main et l’oblige à ouvrir lui-même mon pantalon pour en ressortir mon sexe. Ensuite j’entrelace ses doigts aux miens et nous commençons ensemble des mouvements de va-et-vient sur nous, collé l’un à l’autre, fusionnant notre plaisir et ne formant plus qu’un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Lun 23 Mar - 9:50

Aydan sentait tout, le coeur de Taemin qui battait, son désir brûlant, son envie de le faire sien. Il sentait aussi ses caresses et se sourires rassurants qui voulaient réconforter Aydan fans le but de lui redonner confiance en lui. Et ça fonctionnait. Le jeune homme se sentait mieux, plus à l'aise, moins complexé. Ce fut pour cette raison qu'il se leva et rejoignit sans trop de gêne son amant jusqu'à le chevaucher. Il entrelaça leurs doigts libres et enfouit son visage dans les cheveux de son amant. Ses hanches bougeaient d'avant en arrière et ses soupirs se faisaient plus lassifs.

- Je ferai tout ce que tu veux tant que ça peut te rassurer et te redonner confiance en moi..., murmura-t-il. Et en ce qui concerne ce dont j'ai envie... Taemin... Fais nous du bien..., implora-t-il presque.

Ses doigts se resserrèrent un peu autour du sexe de Taemin et ses allée et venues se firent plus rapides et appuyées tandis que ses soupirs résonnaient dans la pièce. Taemin le trouvait beau, il le désirait, il l'aimait encore. Taemin l'aimerait probablement toujours. Après ce qu'il lui avait fait, il l'aimait encore et désirait encore lui offrir tout ce qu'il avait. L'amour que ressentait le maître pour sa Doll dépassait l'entendement et ça, Aydan venait tout juste de le comprendre. Pour lui, il était évident que Taemin était son univers, son tout, ce qui le maintenait en vie mais jamais il n'aurait pensé que ce puisse être réciproque. Il venait de le comprendre et le soulagement et la joie qu'il ressentit le firent frémir violemment.

- Je t'aime. Je t'aime plus que tout, Taemin, t'es ce que j'ai de plus précieux au monde...

Aydan sentait son plaisir monter, il sentait ses gémissements s'intensifier et il sut que si Taemin ne s'arrêtait pas rapidement de le toucher, il allait jouir. Il était partagé entre son désir de se sentir rapidement libéré et son envie de faire durer son plaisir. Finalement, il opta pour le premier choix et, frustré par ce long mois d'abstinence, se laissa aller peut après entre leurs doigts joints, le visage caché dans le cou de son petit ami. Son râle n'était pas passé innaperçu, il s'en doutait, et c'était tant mieux. Il ne voulait pas cacher à son amour qu'il avait pris du plaisir à se faire caresser de la sorte. Cependant, il était conscient de l'état de Taemin et, loin d'être égoïste, redoubla d'intensité ses va-et-viens méticuleux pour satisfaire son maître.

Après avoir repris son souffle, Aydan redressa la tête et plongea son regard humide dans celui de Taemin avant de frôler ses lèvres à plusieurs reprises. Il les caressa, joua avec lorsqu'il décréta avoir suffisamment joué, il les embrassa tendrement, avec amour et passion, jouant savamment de ses lippes et de sa langue pour ravir les sens de Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 24 Mar - 3:28

Aydan est le centre de mon univers. Mon tout. Je ferme les yeux en l’écoutant me dire qu’il m’aime et puis je sens son orgasme se matérialiser entre nos doigts et ça me fait un bien fou de savoir qu’il peut encore prendre du plaisir lorsque je le touche. Même si son corps le dégoûte, même si il n’est pas prêt à faire l’amour.

Il continue de s’activer sur moi et même si je suis dur je sais que ça ne suffira pas. J’ai besoin de plus. J’ai besoin de lui, de le sentir, de le posséder. Je l’arrête dans son mouvement pour répondre à ses baisers fiévreusement. Dieu que ses lèvres m’avaient manquées. Ensuite je passe ma langue sur elles et viens mordiller le lobe de son oreille avant de murmurer.

-J’ai envie de ta bouche… comme ce que tu m’as fait à notre premier anniversaire.

Je le fais descendre de mes hanches pour qu’il s’agenouille devant moi et ce qui suit n’est que pur plaisir. Mon souffle s’accélère et de légers gémissements sortent de ma bouche. Aydan est tellement doué à ça. Je me souviens encore de notre première fois au théâtre, la première fois qu’il m’a sucé, c’était bon mais timide. Aydan a fait du chemin depuis, et cette petite bouche pulpeuse est devenue une véritable experte. J’adore ça. Peut-être aussi parce qu'à l’opéra je n’étais pas amoureux de lui. Mais aujourd’hui dès qu’il me touche je deviens faible. Mon cœur explose dans ma poitrine et tous mes sens sont en éveils. J’ai mis du temps à comprendre que c’était de l’amour. Au-delà de son corps, ça ne marche aussi bien que parce que c’est lui.

Rapidement je prends le contrôle de ses mouvements, appuyant sur sa tête pour qu’il me prenne en entier et tout mon corps se tend en sentant sa langue s’envelopper autour de moi. Je ne vais plus tenir très longtemps alors je commence à bouger mes hanches de plus en plus vite, de plus en plus fort et de plus en plus loin jusqu’à ce que je sois au bord. On frappe à la porte à ce moment-là et je fronce les sourcils mais ne m’arrête pas.

-Monsieur Park, la diététicienne pour monsieur Marsh est arrivée.

-Je…putain… je viens. Je ne sais pas si je parle à mon chauffeur derrière la porte ou à Aydan à ce moment précis. Tout est confus dans ma tête.

Ma main se resserre dans les cheveux d’Aydan un peu trop fort et mes coups de reins se bloquent instantanément pendant que je me répands dans sa bouche en serrant les dents pour ne pas faire de bruit. Je me laisse retomber sur mon fauteuil en souriant comme un gosse. La pression et la colère sont retombées, je me sens beaucoup mieux maintenant.

Je penche la tête et le regarde toujours entre mes jambes puis lui caresse doucement la joue.

-Pardon j’y ai été un peu fort.


Je le reprends sur mes genoux et embrasse son épaule doucement en caressant son dos.

-Je t’aime Aydan. Tu es la première et la seule personne que j’ai jamais aimé. Ne me quitte plus. Peu importe la raison, ne me quitte plus jamais.

J’embrasse son front puis nous échangeons un baiser tendre et passionné à la fois. Je le sers fort contre moi et on reffrape à la porte.

-Monsieur… la diététicienne…

-ET BIEN QU’ELLE PATIENTE ! Je rugis ulcéré par ces interruptions à répétition. Je ne tolère pas qu’on interrompe un moment précieux comme celui-ci. Aydan et moi venons de signer un traité de paix et j’aimerais en profiter un peu.

Au bout de dix minutes de câlinage avec ma Doll je souffle et me résigne à le laisser se rhabiller pour aller voir cette spécialiste.
Je remets mes affaires en place et lorsqu’il est entièrement vêtu, je ne résiste pas à la tentation de l’attraper une dernière fois pour l’embrasser avant de sortir du bureau.

Dans le salon nous attends une femme d’âge mur à l’air sévère, tirée à quatre épingles. Elle repose la tasse de thé que la bonne a dû lui préparer pour patienter et à ma grande surprise m’ignore complétement ne saluant que mon amour en anglais et d’un ton ferme mais doux.

-Monsieur Marsh je suppose ? Elle le toise un moment puis sans un sourire commence à lui tourner autour en le scrutant professionnellement. –Oui effectivement. Il va falloir faire quelque chose pour ça. Vous êtes en sous charge pondérale.

Je souris amusé et prend place dans un fauteuil où j’allume une cigarette en la regardant s’attaquer avec sérieux à ma Doll. Cette femme n’aime pas les hommes, je peux le dire avec certitude. Mais en revanche, je sais pourquoi c’est une spécialiste reconnue. Elle est professionnelle et concernée et c’est tout ce que j’attends d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 25 Mar - 1:36

Aydan s'était occupé de satisfaire son amant, conscient qu'il n'aurait pas pris suffisamment d'aise s'il ne l'avait touché qu'avec ses doigts. Et puis faire une fellation à son amant lui prouverait qu'il n'était pas dégoûté de lui et qu'il voulait toujours lui donner du plaisir.

Sagement, Aydan se laissait faire par Taemin, suivant les mouvements imposés sans protester et lorsqu'ils furent interrompus, il ne broncha pas, se contentant de continuer en mettant même plus d'ardeur dans ses gestes. Ils étaient attendus et devaient se dépêcher. Taemin se répandit rapidement entre les lèvres pleines de sa Doll et celui-ci avala sagement la jouissance de son amant, prenant soin à ne laisser aucune trace de son plaisir. Il lui sourit ensuite un peu lorsqu'il cajola sa joue et se redressa pour revenir sagement sur ses genoux dans le bût de câliner tendrement.

L'aveux qui suivit leur baiser fit frissonner Aydan et ce dernier s'empressa de se lover un peu plus contre son petit ami.

- Plus jamais. Je te le promets. Je gaspillerai pas la seconde chance que tu me laisses, je veux rester avec toi pour toujours, annonça-t-il en regardant Taemin dans les yeux.

Il était sincère et savait que son maître l'était aussi.

A nouveau dérangés, il ne put s'empêcher de rire un peu en entendant Taemin s'énerver contre la diététicienne et contre son chauffeur. Les minutes suivant le sexe étaient précieuses et l'Owner avait toujours apprécié profiter de son petit ami après cet instant d'intimité partagé.

Après dix minutes, ils daignèrent sortir du bureau et rejoignirent la femme qui, à la grande surprise, ignora royalement Taemin. Aydan était un peu mal à l'aise mais le comportement de la femme le détendit rapidement. Elle était très professionnelle et très stricte. Il savait qu'elle saurait le remettre d'aplomb. Elle allait d'ailleurs parler à Aydan mais quelque chose sembla la déranger et rapidement, elle se tourna vers Taemin, l'air sévère.

- Pas de cigarette en présence de monsieur Marsh. Ses poumons sont fragiles. Pas d'alcool non plus, déclara-t-elle dans un chinois parfaitement maîtrisé.

Ca n'avait rien d'une demande, c'était un ordre. Taemin ne devait plus fumer en présene de son amant et lui-même n'avait plus le droit de boire. La dame reporta ensuite son attention et reprit la parole en anglais.

- Evitez les sucres rapides, privilégiez les féculents, les sucres lents et les protéines. Faites du sport, commencez par une heure par jour puis passez à deux heures avant d'aller jusqu'à trois heures. Il y a un pièce où je pourrais vous osculter ? En privé, cela va de soi.

Aydan était très impressionné par l'autorité naturelle de la femme et hocha la tête avant de la conduire dans le salon où trônait son piano. Il ferma la porte après un petit sourire à l'intention de Taemin et retira ses vêtements sous l'oeil attentif de la nutrionniste. Comme convenu, elle l'osculta et étiablit un diagnostic qui lui fit même froncer les sourcils. Aydan était trop maigre et ça ne lui convenait pas. Elle lui prescrivit un ordonnance à respecter à la lettre et lui tendit la feuille avant de quitter la pièce pour retourner dans le salon, suivie de près par la Doll qui s'était rhabillé.

- Je reviendrai la semaine prochaine pour voir comment évolue votre poids et votre santé, dit elle. Elle s'adressa ensuite à Taemin : Faites en sorte qu'il respecte l'ordonnance et qu'il fasse du sport. Bonne journée.

Et sur ces mots, elle quitta la demeure, ayant été payée auparavant. Aydan souffla, soulagé, et vint s'asseoir sur les genoux de Taemin.

- Tu vas devoir devenir ma nounou. Ca ne t'embête pas trop ?, le taquina le jeune homme en souriant.

Savoir qu'il pourrait retrouver son corps comme il l'était l'avait rassuré et il se sentait un peu mieux. Vraiment mieux même. Il était détendu et plus souriant, plus enclin à câliner avec Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 26 Mar - 4:20

Lorsque la diététicienne m’a demandé d’éteindre ma cigarette j’ai tiqué. Je ne supporte pas qu’on me donne des ordres, surtout chez moi. Je me suis tendu prêt à répliquer et puis mon regard a croisé celui d’Aydan. C’est pour son bien. C’est pour lui. Pour l’être que j’aime le plus au monde. Alors j’ai écrasé ma cigarette sans un mot puis je l’ai laissé l’emmener loin de moi non sans appréhensions.
J’espère que ça va aller pour lui. Qu’il ne va pas se sentir trop mal à l’aise. Si elle le fait pleurer je jure devant dieu que sa carrière est finie. Mais Aydan revient avec un visage plutôt serein et elle me donne les dernières recommandations avant de partir, raccompagnée par mon chauffeur.

Aydan monte sur mes genoux et me tend son ordonnance que je lis immédiatement en l’accueillant dans mes bras.

- Tu vas devoir devenir ma nounou. Ca ne t'embête pas trop ?


Je souris amusé.

-Je ne suis pas sûr d’aimer ça. Si je deviens ta nounou ça fera de moi un pédophile… Je l’embrasse sur le bout du nez joueur. –Et tu sais que je les préfère plus âgés que moi. Dis-je en me moquant ouvertement de lui.

J’ai souvent tendance à oublier qu’il est le plus vieux de nous deux mais ça n’a pas vraiment d’importance, ni pour lui ni pour moi. Je scrute la liste d’aliments prescrite par la spécialiste et appelle la bonne dans le salon en gardant Aydan sur moi. Plus qu’être une simple bonne, elle s’occupe également de faire la cuisine, les courses, le repassage et assurer que ce que j’organise à la maison soit toujours fait correctement, en plus de recevoir mes invités.

Je lui tends l’ordonnance sans la regarder, préférant embrasser Aydan dans le cou et respirer son parfum.

-Assure-toi que tous ces aliments se trouvent dans le frigo à partir d’aujourd’hui. Je veux aussi que tu imagines des plats pour le régime spécial de monsieur Marsh mais rien à base d’alcool.

Sans un mot elle se courbe et sort du salon avec mes instructions pendant que je câline ma Doll. Il ronronne sous mes baisers et je commence progressivement à retrouver cette atmosphère si particulière qu’il y a entre nous, lorsqu’on s’enferme dans notre bulle.

-Ton coach personnel arrive cet après-midi pour établir un programme en fonction des recommandations de ta diététicienne bébé.
Lui-dis en mangeant ses lèvres pleines du regard. Elles sont pulpeuses et aussi roses que des bonbons et j’ai envie de les dévorer jusqu’à en avoir le diabète. Mais je me retiens. Ce que je vais annoncer à Aydan ne va pas forcément être une partie de plaisir et je le sais.

-Il y a quelque chose que je dois te dire aussi… Je vais devoir m’en aller à Séoul la semaine prochaine. Pour deux semaines… peut-être plus. J’ai… des affaires à régler là-bas et je ne peux pas t’emmener avec moi. C’est trop dangereux. Je veux que tu restes ici à la maison en sécurité le temps que je règle ça.


Je ne veux pas m’étendre plus sur le sujet. Je ne suis pas encore près à lui refaire confiance. Il s’agit en fait de me présenter au procès contre mon père. J’ai saisi la justice pour faire appliquer le contrat de mariage de mes parents ainsi que le testament de ma mère et récupérer le lead de nos industries et de la fortune familiale. Je vais également devoir me présenter devant nos associés de longue date, les Lee, pour annuler officiellement mes fiançailles avec leur fille. Je ne l’épouserais pas. À partir d’aujourd’hui je reprends ma vie en main. Seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 26 Mar - 9:24

Aydan était ravi de voir que Taemin prenait toujours soin de lui et fut encore plus heureux quand il intercepta son regard trop gourmand pour être innocent se balader sur ses lèvres. Il sourit largement et s'apprêta à embrasser son petit quand celui-ci le coupa cruellement dans son élan. La moue que fit le jeune homme était le reflet parfait de ce qu'il se pensait dans son coeur. Taemin allait le laisser tout seul au moment où leur couple est au plus bas.

- Je ne peux vraiment pas venir ? Je resterai à l'hôtel pour t'attendre, je bougerai pas de la chambre et je serai là à ton retour. C'est pas possible ça ? Tu peux pas me laisser tout seul ici, Min, pas maintenant..., bouda la Doll.

Il ne savait pas ce qui le blessait le plus : être tenu à l'écart de sa vie par son amant ou être forcé de rester loin de lui pendant probablement plus de deux semaines. Que Taemin ne lui fasse plus confiance était compréhensible mais de là à ne plus rien lui dire...

Le métis se leva et rajusta ses affaires pour pouvoir bouder avec plus d'aplomb. Il savait pertinemment que Taemin ne changerait pas d'avis mais il ne pouvait décemment pas se laisser faire et accepter sagement qu'il parte. Ca ne lui ressemblait pas.

- Bébé..., tenta-t-il dans une moue qui se voulait mignonne.

Il revint ensuite sur son amant et se lova contre son torse dans un râle mécontent. Il devait se résoudre à accepter la punition, après tout, il avait sciemment accepté d'obéir à tous ses ordres et rester sagement à la maison à attendre son amant en faisait partie. Et puis ça pourrait toujours permettre à Taemin de lui redonner un peu de confiance. Et il parviendrait probablement à reprendre un peu de poids ce qui lui redonnerait confiance en lui et lui permettrait d'améliorer leur relation qui s'était dégradée par sa faute.

Le jeune homme soupira et joua inconsciemment avec le pull de son amant.

- Tu vas me manquer... C'est long deux semaines...

Il abandonnait et acceptait de ne plus bouder. Il n'en avait pas envie de toute façon : perdre son temps en râlant n'était pas la meilleure idée qu'il aurait pu avoir, ils avaient beaucoup mieux à faire.

- Tu veux bien qu'on passe la journée ensemble ? Même si le coach arrive, tu pourras rester avec nous non ? Ca me motivera pour faire du sport.

Il sourit un peu et, ayant retrouvé sa bonne humeur, embrassa délicatement la joue de Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 27 Mar - 2:07

Comme je l’avais imaginé, Aydan s’est mis à insister pour m’accompagner à Séoul mais il ne semble pas réaliser que si le monde est dangereux pour lui, là dehors, il l’est bien plus encore en Corée. Je refuse. Devant mon ton catégorique, il se lève et change de tactique. Bouder comme un enfant pour que je cède.

-Bébé…

-Non.

Aydan trépigne un peu et puis abandonne, il revient sur moi et je suis rassuré qu’il accepte si vite. Depuis que je le connais, il a toujours fallut me battre avec lui pour qu’il m’obéisse. Aydan est vraiment la pire Doll que j’ai jamais croisé et c’est probablement ce qui m’a fait tomber amoureux de lui. Néanmoins cette fois-ci mon amour abdique et consent à se tenir tranquille. C’est un soulagement, je serais plus rassuré de le savoir enfermé ici à l’abri.

-Lorsque je serais parti, mon chauffeur restera avec toi. Je vais aussi engager une protection rapprochée pour surveiller la maison. Je ne veux pas que tu la quittes Aydan. La situation va devenir critique dans peu de temps et il va chercher à m’atteindre en essayant de te faire du mal. Alors promet-moi de ne pas sortir d’accord ? La maison est assez grande, il y a tout ce qu’il faut pour que tu sois à ton aise le temps que je revienne bébé. Et si tu as besoin de quoi que ce soit les employés sont là pour ça. En mon absence tu es le maitre ici.

Je l’embrasse tendrement sur le front lorsqu’il me murmure que je vais lui manquer et je ferme les yeux sans rien dire. Lui aussi va me manquer. Si je pouvais je resterai près de lui mais je suis obligé d’en passer par là si je veux être tranquille à l’avenir.

Lorsque Aydan me propose de rester avec lui et le coach j’ai un petit temps d’hésitation. J’ai encore beaucoup de travail, mais finalement c’est ma paranoïa qui décide pour moi.

-Je crois que oui… D’accord je vais rester avec toi. Et puis je veux voir ce type. M’assurer qu’il est bien hétéro. Sinon il vire. Dis-je en le serrant dans mes bras. Je ne laisserai personne poser ses mains sur mon adoré. Il n’appartient qu’à moi et je n’aime vraiment pas partager.

Je laisse mes yeux glisser sur le corps d’Aydan et puis je me dis que faire du sport dans cette tenue ne va vraiment pas le faire. Il porte mes vêtements et nage vraiment dedans.

-En attendant, toi et moi on va aller faire du shopping mon cœur. T’acheter de nouveaux vêtements et de quoi t’occuper pendant que je serais en Corée. Que dirais-tu d’un nouveau PC ? Où peut-être une tablette ? Où une console ? Qu’est-ce qui te ferais plaisir ? On va aussi aller t’ouvrir une nouvelle ligne téléphonique et te prendre un autre smartphone. Le tien a été entièrement bloqué par mon père…

Mon regard s’assombrit en repensant à notre séparation et la fureur revient progressivement. Mais j’essaie de la dompter. J’ai envie de chouchouter ma Doll avec un moment de détente en amoureux.
J’appelle mon chauffeur en caressant la joue d’Aydan.

-Amène la voiture, monsieur Marsh et moi allons faire du shopping.


Je lui souris sincèrement et me détends avant de me rendre compte que ce sera la toute première fois que nous allons faire ce genre de chose ensemble. Auparavant il a toujours préféré le faire seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 4 Avr - 4:27

Un mois qu'Aydan avait été séparé de Taemin. Dire qu'il le vivait mal était un euphémisme. C'était de la torture pour le jeune homme qui, sans sa moitié, se sentait beaucoup trop seul.

Les premières semaines, il n'avait pas cessé de lui envoyer des messages pour lui raconter ce qu'il faisait, lui dire qu'il lui manquait et lui montrer qu'il suivait à la lettre le régime imposé par la diététicienne. D'ailleurs, cette dernière était revenue le voir et avait constaté une nette amélioration chez le métis : sa musculature s'était développée et il avait pris du poids. Beaucoup. Il était redevenu comme avant, ou presque -ses pantalons étaient encore un peu lâches au niveau des cuisses et ses abdominaux n'étaient pas vraiment saillants. Son coach aussi était fier de lui : son élève s'était avéré très sérieux et appliqué et suivait aussi ses conseils avec minutie. Bien entendu, Aydan s'était bien gardé de raconter ça à Taemin, il voulait lui faire la surprise et c'était ça, sa plus grande motivation ; surprendre son amant en lui montrant qu'il était redevenu lui-même, qu'il acceptait à nouveau son corps et qu'il avait fait des efforts pour changer.

Cependant, toute sa motivation sembla s'effondrer quand il n'eut plus aucune nouvelle de Taemin. Il avait bien entendu été mis au courant mais ne plus parler avec son homme lui avait fait un choc et cette séparation devenait de plus en plus désagréable. Le premier jour, il avait baissé les bras mais lorsque son coach l'avait appris, il ne s'était pas privé de le sermonner de longues minutes ; au courant pour la relation qu'entretenait les deux jeunes hommes, il s'était permis de disputer -gentiment mais fermement- Aydan, lui rappelant que s'il cessait de faire des efforts, tout ce qu'il avait accompli ne servirait à rien et ajoutant que ce n'était pas parce que Taemin ne pouvait plus lui parler une semaine qu'il ne l'aimait plus et qu'il devait baisser les bras. Le métis avait sagement acquiescé et s'était remis au travail sous l'oeil bienveillant de l'homme qui agissait envers lui comme le ferait un ami. C'était probablement ce qu'il était devenu d'ailleurs, à tel point qu'un soir, il avait désobeit à Taemin : le coach l'avait invité à dîner avec sa femme et ses deux enfants. Incapable de refuser, Aydan y était allé, accompagné du chauffeur de Taemin afin d'être malgré tout surveillé et pour montrer sa bonne foi à l'homme de main de son amant.

La soirée s'était déroulée à merveille et Aydan était rentré aux alentours de minuit. Après une douche rapide, il s'était couché dans le lit qu'il partageait en temps normal avec Taemin. Ce fut en rabattant les draps sur lui que ce sentiment de solitude si familier le prit à la gorge. Taemin lui manquait énormément. Le coeur lourd, il finit par s'endormir, les draps emmêlés entre ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Dim 5 Avr - 7:10

J’ai pris l’avion de nuit pour rentrer à Hong Kong. Mon jet est arrivé ce matin sur le tarmac et dès que j’ai été dans la voiture mon chauffeur m’a salué avec un petit sourire complice. Je crois que je lui ait manqué. Ma visite à Séoul n’a pas été de tout repos. D’abord le procès, que j’ai gagné, mais mon père a tout fait pour freiner la procédure et trouver une parade. De deux semaines mon voyage s’est étendu à un mois. Les dix derniers jours ont été les pires. Pour les besoins de l’enquête prouvant mon aptitude à recevoir et faire appliquer mon héritage j’ai dû couper tout contact avec Aydan. J’avais un rapport de mon chauffeur le concernant tous les jours mais il m’a terriblement manqué. Au final, la justice a tranché et mon père et moi avons trouvé un terrain d’entente. J’accepte ses conseils mais il n’est plus le numéro 1. C’est moi désormais. Nous sommes également en pleine discussion de relocalisation. Je pense faire venir le siège ici pour rester près de ma Doll, mais mon père s’y oppose encore. Il ne veut pas qu’un empire coréen devienne chinois et je peux comprendre ça.

Ensuite j’ai été officiellement rompre mes fiançailles avec la fille des Lee. Je l’ai rencontré en personne. Malgré ses 17 ans c’est une fille très belle, cultivée et qui a les pieds sur terre. Elle m’a dit qu’elle n’avait été élevé que dans l’optique de m’épouser. Alors je lui ai dit toute la vérité. Que j’étais déjà amoureux de quelqu’un. D’un homme. Et que je ne l’aimerais jamais. A mon grand étonnement elle est restée très stoïque et s’est retirée, me laissant seul avec son père. Après un échange musclé avec lui nous sommes parvenus à un accord pour nos deux entreprises. Il semblerait que les choses s’arrange.

Lorsque la voiture s’arrête devant l’entrée de ma demeure il est à peine 7h. Mon chauffeur m’ouvre et je rentre dans la maison où seul la femme de ménage et la bonne s’agitent. Je balaye du regard la pièce en sentant mon cœur accélérer.

-Il dort encore monsieur.
Me murmure mon chauffeur.

Évidement.

-Sortez mes bagages, laissez-les dans l’entrée et congédiez tout le monde. Je ne veux plus personne ici aujourd’hui et demain.

-Bien monsieur.

Je veux me retrouver seul avec Aydan. Juste lui et moi et personne d’autre. Je dois me forcer à attendre que mon personnel ait quitté la maison avant de monter à l’étage. J’ouvre doucement la porte et la première chose que je sens c’est son odeur. Avant même de le voir. Dieu que ça m’avait manqué. J’ai tellement dû me contenir, ne pas montrer mes faiblesses là-bas. Mais là, maintenant, tout de suite, je suis désarmé. Complétement à nu. Je retrouve mon amour et plus rien n’a d’importance.

Je m’approche doucement du lit. Malgré la pénombre je reconnais ses traits. Ils sont magnifiques. Uniques. Incroyables. Je m’assoie sur le fauteuil à côté et joins mes mains en prenant appui sur mes cuisses pour le regarder dormir paisiblement. Son absence a été une torture mais tout ça je l’ai fait pour lui. Pour nous. Pour qu’il ne soit plus jamais menacé. Je décide maintenant et tout de suite que nous allons commencer une nouvelle vie tous les deux. Laisser derrière nous tout ce que nous avons traversé et être heureux.

N’y tenant plus je me relève et m’approche du lit, je caresse doucement ses cheveux et lentement je l’embrasse sur la bouche, je le réveille et approfondis aussitôt mon baiser en le prenant dans mes bras. Je suis de nouveau à la maison, immédiatement aspirer dans le monde de ma Doll. Je fais durer notre baiser jusqu’à ne plus avoir de souffle du tout et je me détache à regret de ses lèvres avec un sourire sincère que je ne peux cacher.

-Bonjour bébé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Death row, how long can you go ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» Le top 5 des mangas les plus long que vous ayez lu !
» The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)
» DECOUPE DE STICKERS 1M DE LONG DIRECT
» Long WeekEnd (2008)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hong Kong :: Causeway Bay 銅鑼灣 :: résidences-