le nom de l'image
Death row, how long can you go ?


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Death row, how long can you go ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Death row, how long can you go ? Mer 28 Jan - 11:47

Cela fait presque 4 semaines que je suis rentré à Hong Kong maintenant.
J'ai ordonné que toutes les affaires d'Aydan soit ramenées chez lui pendant son absence. J'ai fait changer les serrures de chez moi et j'ai interdit toutes visites, plus personne n'est autorisé à entrer sur ma propriété.

Je me suis ensuite rendu à Private Blossom où j'ai mis fin au contrat de ma Doll - ils sont censés le prévenir dès qu'il reviendra en ville - et enfin j'ai changé mon numéro de téléphone pour finir de couper tout les ponts. Je me suis appliqué à faire en sorte qu'il n'est plus aucune nouvelle de moi, et que je n'en ai plus non plus de lui. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour tenir la promesse que je lui ai faite à Paris. Je ne le blesserai plus.

Ensuite ma descente aux enfers a commencée.
J'ai rompu mon contrat avec les Français et réduit à néant plusieurs mois de travail acharnés. L'idée que ce contrat était lié à Aydan m'était devenue insupportable et quand le PDG m'a contacté pour me dire qu'il revenait sur sa décision, que finalement c'était trop je n'ai plus eu le choix. J'ai du faire face à un plan social comme l'avait prédit mon père et mis au chômage près de 500 personnes. Pour essayer de m'en sortir et surtout pour penser à tout sauf à Aydan je passe des journées et des nuits entières à travailler au bureau. Quand ce n'est plus suffisant je rentre chez moi, m'enferme dans ma bibliothèque et abuse de toutes sortes de drogues. Mon addiction a redoublée depuis mon retour, comme ma peine. J'ai fini par sombrer dans une déprime que je tente d'oublier en me mettant dans un état second, loin de la réalité. Le mince équilibre que j'avais instauré avant Aydan a complétement disparu, ravagé par un amour empoisonné et à sens unique.

Au final, je me suis mis à claquer toute la tune que je gagne en drogue dur et prostitués et refuse d'avoir le moindre contact avec qui que ce soit qui pourrait m'apporter une aide.

Il y a une semaine mon père à fait envoyer son secrétaire particulier ici après une dispute plus musclée que les autres au téléphone. Il a voulu m'envoyer en cure de désintoxication, je lui ai cassé le nez et je l'ai remis dans un avion pour Séoul. Je pense que mon père à compris le message, même si je sais qu'il n'en a pas fini avec moi.

La seule personne que je désir voir est aussi celle que je m'interdis d'approcher. Aydan me manque tellement que j'en crève. Autant intérieurement qu'extérieurement. Le mal de son absence refuse de partir quoi que je fasse, pourtant ça fait longtemps que j'ai arrêté de pleurer. Il a été très clair à Paris.
Ironiquement la seule fois où j'ai été assez sincère pour baisser ma garde devant lui, il ne m'a pas cru. En fin de compte c'est certainement mieux ainsi. Je ne sais pas où il peut être ni ce qu'il fait. Est-ce qu'il est toujours avec ses parents ? Ou est-ce qu'il a retrouvé un Owner ? Est-ce qu'il continue de jouer du piano ? Est-ce qu'il offre ses sourires et ses caresses à quelqu'un d'autre ?

Est-ce qu'il m'a oublié ? J'espère que oui.

Mon chauffeur entre dans le salon ou je fini de me faire une ligne.

- Vous m'avez fait demander monsieur Park ?

Je me redresse en me tenant le nez, cette poudre est plus violente que la dernière. J'ai mal au sinus et je commence à sentir un arrière goût de sang dans ma bouche. C'est mauvais signe, mais je ne compte pas m'arrêter. Ce ne sont que les premières lignes de la journée.

- Prépare la voiture, je veux être au bureau avant 9h.

Mon chauffeur me regarde bizarrement, je ne comprends pas, il commence à m'énerver de bon matin.

- Tu vas rester planter là encore longtemps ? Fais ton travail ou dis ce que tu as à dire mais bouge, tu ruines mon petit déjeuner là.

- C'est que monsieur... nous sommes dimanche, le bureau est fermé et il n'y a personne.
Ha oui... J'ai complétement perdu la notion du temps. - De plus... si vous me permettez monsieur... c'est votre anniversaire aujourd'hui. Vous devriez vous reposer.

Mon anniversaire ? Mon anniversaire... j'avais oublié.

- Si vous n'avez plus besoin de moi, puis-je me retirer pour quelques heures ?

Je lui fais un signe de tête pour qu'il parte et je me remets à me défoncer. Voilà pour mon cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 17 Fév - 10:30

Aydan avait profité du temps accordé pour se remettre de ce qu'il s'était passé et aussi -surtout en fait- pour oublier Taemin et tous les sentiments qu'il avait pour lui. Son maître avait été la meilleure chose qui lui soit arrivé dans la vie mais il avait aussi été la pire. Avec lui, il avait découvert les plaisirs du sexe, l'amour, la passion, la symbiose parfaite entre deux êtres fondamentalement différents. Ils étaient complémentaires à la manière du Yin et du Yang, ils ne pouvaient pas vivre sans l'autre. Du moins était-ce le cas pour Aydan. Les premiers jours loin de son amant furent douloureux, il pleurait beaucoup et s'isolait souvent.

Le jeune homme était ensuite rentré en Corée après plusieurs semaines passé à se remettre de ce voyage mais à son retour la surprise fut totale. Taemin avait renvoyé son contrat et ne voulait plus le voir ni entendre parler de lui. La nouvelle brisa le coeur d'Aydan qui fut contraint de trouver un appartement ainsi qu'un travail pour repartir sur de bonnes bases, seul. Les jours étaient passé et rares étaient les fois où Taemin avait quitté son esprit. Il n'avait pas voulu retourner à Private Blossom. Pas de suite. Par chance, ils lui avaient accordé un sursis : s'il continuait à les rembourser régulièrement, il n'était pas forcé de redevenir Doll. Ce fut la première fois qu'Aydan remercia Taemin pour l'avoir pris à son service.

Voilà à quoi ressemblait ses journées : il se levait et se douchait puis déjeunait et partait travailler dans une supérette non loin de son studio. Il n'avait plus touché un piano depuis son départ de Paris et avait évité au maximum les opéras et théâtre. Tout ce qui avait un lien avec Taemin était fuit comme la peste. Il n'était pas encore prêt pour se rapprocher de ce qui les avait lié. Du moins, c'était ce qu'il pensait. Un dimanche matin, alors qu'il déambulait dans la rue après la sortie de son travail, il croisa le chauffeur et homme de confiance de Taemin. Sur le point de l'ignorer, Aydan fut cependant arrêté par l'homme qui ne semblait pas du même avis.

- Monsieur Marsh ! Bonjour, le salua-t-il poliment, un sourire sur les lèvres.

L'homme lui était sympathique et après tout, ce n'était pas de sa faute si Taemin s'était comporté comme une ordure avec lui. Aydan lui répondit en souriant à son tour et s'apprêtait à poursuivre sa route lorsqu'il remarqua les paquets présents dans les bras de l'homme.

- Un cadeau pour votre fiancée ? Vous la gâtez, elle a de la chance, s'amusa Aydan.
- Hm. En fait non. C'est l'anniversaire de monsieur Park aujourd'hui et je suis sorti lui acheter un cadeau. Depuis qu'il est rentré, il n'a vu personne et je suis le seul qui le fasse sortir. Il dépérit à vue d'oeil vous savez... Il ne le dit pas mais vous lui manquez. Il... Il se fait du mal et depuis que vous êtes parti, il a perdu toute envie de se battre, se plaignit l'homme.

Aydan se tendit. Taemin se laissait mourir à petit feu à cause de ce qu'il s'était passé. A cause lui. Son coeur se serra et l'envie de courrir rejoindre son ancien amant s'insinua en lui. Mais non. Il devait rester fort.

- Je suis navré mais je n'y peux rien. Il a choisi de se laisser abattre. Ce n'est plus mon problème, déclara Aydan, impitoyable.
- Monsieur ! S'il vous plaît. Venez au manoir pour son anniversaire. Je vous ferez entrer, je prendrai les risques qu'il faut mais voir monsieur Park dans cet état est insupportable.

Aydan refusa. Il ne voulait pas voir Taemin. Pas maintenant qu'il parvenait à soigner ses blessures. Pas maintenant que son armure était à nouveau en place. Il était trop tôt et pourtant, quelque chose en lui le poussa à accepter l'offre du chauffeur. Peut-être l'espoir d'arranger les choses ?

C'est ainsi qu'il se retrouva dans l'entrée du manoir de son ancien maître. Rien n'avait changé depuis son départ. Il songea à aller faire un tour dans le salon d'hiver pour retrouver son piano ou du moins pour vérifier s'il était là mais n'eut pas le temps d'esquisser un geste que déjà était-il tiré jusqu'au salon principal où trônait Taemin, affalé sur son canapé, les yeux rouges, de la poudre blanche sur la table basse. Il était pitoyable et la vision de cet homme si beau rabaissé à cet état léthargique brisa le coeur et les maigres barrières d'Aydan. Ce dernier ne savait pas quoi dire. Il restait muet, interdit, parylisé devant son ancien maître. Lorsqu'enfin il retrouva l'usage de la parole, ses mots ne furent pas ceux attendus.

- Tu m'as abandonné, murmura Aydan.

Ca sonnait comme un constat douloureux aux yeux du jeune homme qui peinait désormais à tenir sur ses jambes tremblantes. Tout ce qu'il avait fuit durant ce dernier mois lui retombait sur les épaules et la pression soudain le faisait chanceler tant et si bien qu'il du s'asseoir dans le fauteuil derrière lui pour ne pas s'écrouler. Ses mains tremblaient et son souffle s'était accéléré.

- Tu m'as abandonné, Taemin..., répéta le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 19 Fév - 5:35

Lorsque je l'ai vu pénétrer dans mon salon suivi de mon chauffeur je n'y ai pas cru. J'ai refusé d'y croire. D'abord redressé je me suis affalé dans mon canapé en ne laissant absolument rien trahir mes sentiments.
J'avais juste envie de me lever et de courir le serrer dans mes bras. Aydan... mon Aydan... non ce n'est plus mon Aydan. Je l'ai libéré pour le protéger, je m'en souviens maintenant.

- Tu m'as abandonné.

Je le regarde froidement, dans mon état de toute manière, mes yeux n'expriment plus rien, heureusement. Pourtant je suis en colère, pourquoi est-il revenu, j'avais donné des ordres, j'avais tout fait pour ne plus risquer de le blesser. Mes mains se mettent à trembler légèrement et je m'enfonce dans mon canapé, faisant tourner le billet roulé duquel j'étais en train de me servir pour aspirer les lignes sur ma table.
Je ne trouve pas les mots, ils se bloquent et se brisent à l'intérieur de ma gorge. Mais qu'est-ce qu'il fait la bon sang ? Est-ce qu'il a besoin d'argent ? Est-ce qu'il à des problèmes ? Je ferais mon enquête et je résoudrais ses problèmes dans l'ombre. Pour le moment l'important est qu'il parte. Son absence me rends malheureux, sa présence elle me détruit.

- Tu m'as abandonné, Taemin


Mes yeux le fuient, je ne peux pas le regarder, c'est au dessus de mes forces. Je fais passer ça pour de l'indifférence. Oh Aydan si tu savais combien de larmes j'ai versé pour toi. Je n'avais jamais pleuré pour personne parce que je n'avais jamais aimé personne avant lui. Et maintenant je sais pourquoi.

Je regarde mon chauffeur qui dépose un paquet cadeau dans une boite carrée emballée dans un papier bleu clair et scellé par un ruban en satin bleu foncé.

-Joyeux anniversaire monsieur.

Il se moque de moi là ? Je sais très bien qu'Aydan a réussit à entrer sur ma propriété à cause de lui.
Je le regarde un long moment, ignorant toujours Aydan du mieux que je peux, même si je sens que mes yeux le cherchent désespérément, en manque de lui.

- Fais le sortir d'ici... je lui ordonne d'un ton neutre mais sans appel.
Mon chauffeur baisse la tête honteux mais ne fait aucune protestation. Mon regard accroche celui d'Aydan et c'est plus que ce que je ne peux supporter. Je me lève d'un bond de mon sofa, abandonnant tout et tout le monde et pars me retrancher dans ma chambre. Avant de les laisser je m'arrête en bas des escaliers sans me retourner.

- Je veux que tu l’emmène là où il voudra, à ton retour tu déposeras tes clés et ton pass magnétique. Tu es viré. Il faudra que je me trouve un nouveau chauffeur dès demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 19 Fév - 11:41


Taemin n'était visiblement pas heureux de le voir et cette constation ne blessa même pas Aydan. Il s'y était attendu. Par contre, il n'aurait pas pensé subir un rejet tel que celui-ci et encore moins voir Taemin fuir devant lui. Quel lâche.

- Je veux que tu l’emmène là où il voudra, à ton retour tu déposeras tes clés et ton pass magnétique. Tu es viré, annonça simplement son ancien amant.

D'un bond, Aydan se leva et congédia poliment le chauffeur de Taemin avant de gravir deux marches pour bloquer la route à ce dernier.

- Regarde moi. Tu me dois au moins ça, non ? Après tout ce que tu m'as fait. T'es qu'un lâche. Regarde toi, Taemin, tu te laisses mourir, t'as plus rien d'un homme, t'es ridicule, cracha Aydan.

Ses mots étaient durs mais son ton n'exprimait que peine et douleur. Voir Taemin dans cet état le blessait et il s'en voulait presque, persuadé d'avoir quelque chose à voir dans la perdition de son ancien maître.

- Taemin..., souffla finalement Aydan. J'ai beaucoup réfléchi quand j'étais chez mes parents et je pense que tu n'es pas du tout l'homme qu'il me faut.

Il descendit une marche et se retrouvra presque à la même hauteur que Taemin. Le métis attrapa ensuite timidement la main du jeune homme et entralaça leurs doigts avec hésitation.

- Donne nous une autre chance. Arrête de te droguer, ça te rend laid, ressaisit toi, Taemin, t'as le monde à tes pieds. Ouvre les yeux et pour l'amour de Dieu, ouvre ton coeur. Ce qu'on a vécu ensemble à Paris -sa gorge se serra à l'évocation de ce souvenir-, c'était réel non ? Tu m'as fait l'amour, tu m'as étreint comme l'aurait fait un véritable amant et ça, tu peux pas le nier.

Aydan lâcha la main de son ancien maître et redescendit les marches pour s'asseoir à nouveau sur le fauteuil. Il ne partirai pas. Ils devaient discuter.

- Je n'ai pas repris mon emploi de Doll. Je travaille dans une supérette, j'ai négocié avec Private Blossom et ils m'ont laissé un sursis. Merci, c'est en partie grâce à toi que j'ai eu droit à ça. J'ai aussi emménagé dans un studio près de mon ancienne université. Et j'ai arrêté le piano.

Il ne savait pas pourquoi disait-il ça, il avait juste besoin de l'annoncer à Taemin, comme pour le rassurer et lui faire comprendre qu'il était encore le dernier à l'avoir possédé et à l'avoir entendu jouer du piano. Il espérait secrètement que son amant comprendrait la symbolique de ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Jeu 19 Fév - 15:04

J'ai écouté tout ce qu'il avait à dire distraitement. Plongé dans mon état second. Pourtant je n'ai pas aimé ce que j'ai entendu, ce que j'ai retenu plutôt. Mon cerveau s'est mis sur pause lorsqu'il a dit que je n'étais pas celui qu'il lui fallait. Il a plonger lui même la lame au plus profond de mon coeur et la faite tourné et retourné en me parlant de Paris.

Je ne comprends pas. Pourquoi me parles t-il de Paris si il a déjà décidé qu'il ne m'aimerait jamais. Je ne comprends pas... je ne comprends plus, je reste bloqué sur le contact de sa peau qui touche la mienne. Sa main est chaude alors que la mienne est glacé. J'ai envie de... envie de drogue. Je regarde la table basse dans le salon et elle m'appelle. Me promets de me délivrer de mes souffrances, de me faire aller mieux, d'éteindre toutes les lumières et d'alléger mes peines. J'ai besoin de ça pour aller bien. Pour me faire croire que je vais bien. Aydan doit partir d'ici tout de suite je ne veux pas qu'il voit ça.

Il descend ensuite les marches doucement et je suis soulagé de le voir partir. Je n'ai pas dit un mot, je n'arrive toujours pas à lui adresser la parole et savoir qu'il s'en va, qu'il s'éloigne ait une bonne chose. Je ne veux plus le blesser et si il reste je sais que je recommencerais. C'est dans ma nature. Alors pourquoi ça me déchire le cœur de le voir s'éloigner ?  

Je ferme les yeux patiemment sans bouger de ma place. Dans quelques instant il sera de nouveau sortit de ma vie et je pourrais replonger, je ferais de mon mieux pour l'oublier. Putain si seulement mon père ne m'avait pas exilé j'aurais pu quitter le pays, retourner en Corée, mais je suis condamné à rester ici.

- Je n'ai pas repris mon emploi de Doll. Je travaille dans une supérette, j'ai négocié avec Private Blossom et ils m'ont laissé un sursis. Merci, c'est en partie grâce à toi que j'ai eu droit à ça. J'ai aussi emménagé dans un studio près de mon ancienne université. Et j'ai arrêté le piano.


Je me retourne lentement et il n'est pas parti. Il s'est assis dans mon salon et mes craintes refonds surfaces. Aydan pitier, même si tu ne m'aime pas, même si tu voudrais me punir va t-en... C'est pour ton bien.

J'ouvre la bouche mais aucun son ne sort. Mon regard dérive sur la poudre blanche qui m'appelle avec insistance, m'incite et me dit que je serais plus courageux si je l'inhale. Et je veux la croire. Elle est ma meilleure amie depuis qu'il a quitté Paris.

J'ai conscience de n'être plus que l'ombre de celui que j'ai pu être avant, j'ai conscience que je le répugne et j'ai conscience qu'Aydan va mieux depuis qu'il n'est plus rattaché à mon service. Et c'est tout ce que je voulais. Son bonheur.

Je viens me rassoir à ma place et je ne le regarde toujours pas, je joue avec la drogue, je l'écrase sous mon doigt, la fait tourner, je devrais penser à me l'injecter directement, ça pourrait être bien, plus rapide, plus dangereux aussi mais ça, ce n'est pas vraiment un problème pour moi.

Avant même que l'information arrive jusqu'à mon cerveau je me suis mis à lui parler, mécaniquement, je ne sais même pas si ce que je raconte à de l'importance ou si c'est cohérent mais ça sort naturellement.

- Tu sais, je pensais sincèrement que tu ne reviendrais pas à HongKong, que tu resterais avec tes parents. Je pensais aussi qu'après Paris tu serais heureux que je disparaisse de ta vie, j'ai voulu réaliser ton souhait et j'ai disparu volontairement. Je te l'avais dit Aydan, je te l'avais dit que je ne te blesserai plus. Tu n'aurais jamais du revenir ici... si tu as besoin d'argent je t'en donnerai, je te donnerai tout ce que tu veux, autant que tu voudras mais quitte moi, quitte moi comme à Paris... pour ton bien.

Je sors mon portefeuille et je regarde laquelle de mes cartes je vais lui laisser. Je choisi la platinium noire, il y a bien 5 ou 7 millions de Yuan dessus, il pourra vivre confortablement avec ça. Je la pose sur la table et la fait glisser jusqu'à lui.

-Prends la.

Je ne vois pas d'autre raison que celle-ci à sa présence ici. Si ça avait été parce que je lui manquais ou qu'il m'aimait il me l'aurait dit à Paris quand je le lui ai demandé. Mais Aydan ne l'a jamais dit. Je suis un homme d'affaire je sais comment marche le monde et je sais qu'il est la pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 20 Fév - 9:03

La voix de Taemin n'avait plus rien à voir avec la majesté qu'il lui avait connu. Elle était éraillée, à l'image de son possesseur. Aydan frémit. Il l'abandonnait encore... L'ex-Doll regarda la carte être glissée jusqu'à lui et la prit entre ses doigts pour l'admirer. N'importe qui de sensé l'aurait rangée et serait parti. Elle contenait bien plus d'argent que tous ses comptes réunis. Tout ça aurait été si simple...

Aydan resta impassible pendant plusieurs seconde avant de se relever. Il laissa la carte tomber au sol et s'approcha jusqu'à se retrouver assis à côté de Taemin et eut pour seul réflexe d'enfouir une main dans les cheveux de l'Owner tandis que l'autre agrippait sa taille ; d'un geste possessif, il l'attira contre son torse, enfouissant de force le visage de Taemin contre son propre pull. Le métis le serrait fortement contre lui et le berçait avec tendresse, murmurant son prénom, comme pour l'appeler pour le faire revenir du chaos dans lequel il était plongé alors.

- T'es vraiment bête. Arrête d'être comme ça, tu sais pas ce que je veux et crois moi, le mieux placé pour savoir ce qui est bon ou non pour moi, c'est sûrement pas toi. Je m'en fiche de ton argent. Tu ne te souviens pas de ce que je t'ai dit ? Je préfère mille fois être pauvre avec toi plutôt que riche avec milles hommes.

Aydan enfouit son nez dans les cheveux de son ex amant et caressa tendrement sa nuque.

- Reviens moi, Taemin. Tu me manques... J'ai besoin de toi, reviens. Je..., sa voix se brisa dans sa gorge. Je veux être avec toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 20 Fév - 10:12

- Reviens moi, Taemin. Tu me manques... J'ai besoin de toi, reviens. Je...Je veux être avec toi...

La blottit contre lui j'ai cessé de respirer. Je ferme les yeux et je suis de nouveau chez moi. Je me sens à la maison, en sécurité dans ses bras. Mon esprit se moque de moi, me hurle que je suis un fou de le laisser m'approcher, qu'Aydan se vengera, qu'il ne cherche qu'un retour de bâton. Mais je le fait taire.

Je sens le cœur d'Aydan battre dans sa poitrine et j'ai envie de pleurer tellement le son est magnifique, envoutant, libérateur. Rien jusque là ne m'avais fait plus de bien que ça. Rien n'avait réussit à me rendre heureux au point que je soupçonne mon propre cœur d'être sur le point d'arrêter de battre. Je sens son souffle dans mes cheveux et les murs s'effritent. Tout va tomber d'un moment à l'autre. Je le sens, je le sais.

Il faudrait que je bouge, que je l'oblige à me lâcher, que je l'écarte pour son bien mais je ne veux pas. Je retrouve enfin sa chaleur et son odeur. L'odeur d'Aydan est unique...divine. Elle m'avait manqué.

Je me mets à inspirer profondément, j'absorbe sa peau et je quitte ma solitude. Aydan est revenue. Je relève doucement la tête et plonge mon regard dans le sien. Comme j'aimerais être maître de moi même à cet instant. Je n'arrive pas à le voir vraiment, mon regard est voilé et je le veux autant que je veux ma drogue.

Mes mains emprisonnent son visage et je dépose mes lèvres sur les siennes lentement. Je n'approfondit pas l'échange, je savoure en surface, toujours sur mes gardes, toujours prêt à m'éloigner à tout moment, au cas où il changerait d'avis.

Le temps suspend sa course et je me sépare de lui, je le regarde, j'attends une réaction, un mot, n'importe quoi. Ma propre voix se repend en échos dans ma tête. Tu n'es qu'un pauvre fou Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Fév - 2:13

Si Taemin avait envie de pleurer mais se retenait, ce n'était pas le cas d'Aydan qui laissait aller ses larmes. Elles étaient venues humidifier les cheveux de l'Owner alors que le jeune homme s'accrochait désespérément à lui. Il ne supporterait pas un autre rejet de sa part. Taemin s'était avéré être tout pour lui et il lui apparaissait comme impossible d'envisager une vie sans lui, même après ce qu'il lui avait fait. Il n'avait jamais été amoureux de personne mais il en était persuadé : il aimait Taemin. Plus que tout. Et cette certitude se vit renforcée quand l'Owner attrapa son visage pour embrasser ses lèvres.

Ce fut comme s'il retrouvait la vie, comme si on lui inculquait un nouveau souffle. Tout le brouillard qui s'était accumulé dans son esprit venait de se dissiper et laissait place à quelque chose de doux et d'agréable. Les lèvres de Taemin lui avaient tant manqué...

A aucun moment Aydan n'eut un mouvement de recul ou de rejet. Lui aussi savourait le baiser avec douceur, sans l'approfondir. Puis ce fut Taemin qui, au grand regret du métis, mit un terme à l'échange. Le jeune homme rouvrit les yeux lentement et plongeant son regard humide dans celui en face de lui. Même déchu, Taemin restait magnifique.

- Je..., commença-t-il.

Il ne savait pas comment lui dire, il ne savait pas si c'était le bon moment et pourtant, ces mots lui brûlaient les lèvres. Aydan souffla un peu et prit son courage à deux mains : il se rapprocha un peu plus de Taemin et posa son front contre celui de ce dernier. Ses yeux se fermèrent et il serra davantage son amant contre lui, comme par peur qu'il ne s'échappe.

- Taemin... Je t'aime..., murmura-t-il.

Jamais il n'avait formulé ces mots à voix haute et il devait l'avouer, ça lui avait semblé beaucoup plus simple dans sa tête. Le plus dur désormais était d'attendre la réponse de Taemin. Effrayé, Aydan n'osait même pas le regarder dans les yeux et se contentait de caresser machinalement la nuque de l'Owner pour lui assurer qu'il ne partirait pas à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Fév - 3:24

- Taemin... Je t'aime...

Cette fois c'est définitif. Mon coeur s'est arrêté de battre. Quelque chose à l'intérieur de moi déraille et se brise. Ensuite plus rien. Plus rien jusqu'au déferlement de quelque chose de nouveau. Quelque chose que j'ose à peine nommer. De l'espoir.

Je le regarde interdit et j'ai l'impression de quitter mon propre corps. Je ferme les yeux et un hoquet me prend, me prive d'air. Jamais même dans mes rêves les plus fous je n'aurais imaginé entendre ça un jour. Jamais.

-Redis-le.


J'attends, je le regarde, le scrute cherche toute trace de mensonge dans sa voix, je regarde les micro-expressions de son visage du mieux que je peux. Est-ce que c'est vrai ? Est-ce qu'il est sincère ?

-Encore... je murmure. C'est la plus belle chose que j'ai jamais entendu. Je veux l'enregistrer, je veux me le repasser en boucle, je veux qu'il l'écrive, je veux qu'il le dessine, je veux qu'il le matérialise, je l'accrocherai partout dans mon monde.

-Encore... Redis-le encore.
Mon nom glisse sur sa langue et mon ciel gris disparait. C'est bleu, bleu et brillant. Je ne m'en lasse pas. Je pourrai passer la journée à lui faire répéter.

Tout à coup j'ai envie de tout arrêter. La drogue, les putes, la dépression, l'auto-destruction tout. Je rends les armes et je dépose mon univers à ses pieds. Comme une offrande. Je veux tout lui donner, juste pour l'entendre me dire ça encore une fois.

Je m'approche de lui et le couche sur le sofa, sous moi et mon baiser est différent. Il est téméraire, franc, chargé de tout ce que la drogue m'empêche de formuler correctement. Aydan... mon Aydan...

Je lui caresse doucement la joue et le regarde tendrement. J'essuie ses larmes et je me promets qu'à partir d'aujourd'hui je ferais tout pour ne plus jamais le voir pleurer. Je sais ce qu'il me reste à faire. Je suis pressé, j'ai le temps mais intérieurement je me dis qu'il faut que j'agisse avant qu'il ne décide de retirer ce qu'il vient de dire.

J'appelle mon chauffeur sans quitter Aydan des yeux, je ne veux plus jamais regarder dans une autre direction que la sienne. Je ne le laisserais plus m'échapper.

-Appelle Private Blossom immédiatement, ramène moi le contrat de Marsh. Dis leur que je le reprends, dis leur qu'il m'appartient, qu'il est à moi et à moi seul...


Mon chauffeur disparait aussitôt et pour la première fois depuis Paris, je souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Fév - 3:58

A chaque demande, Aydan le répéta, comme pour convaincre Taemin que c'était vrai.

- Je t'aime. Je t'aime, Taemin... Je t'aime plus que tout, plus que ma propre vie..., soufflait-il sans relâche. Je t'aime...

L'Owner semblait reprendre conscience de ce qui l'entourait et Aydan comprit que c'était grâce à lui. Cette idée l'emplit de bonheur et lorsque son amant l'allongea sur le canapé, il l'enlaça encore plus étroitement qu'auparavant. Il avait besoin de cette étreinte, de se rassurer et de rassurer son maître. Dieu qu'il lui avait manqué !

Le baiser qu'il lui offrit le fit trembler de bonheur et ce fut avec autant de fièvre qu'il le lui rendit, mêlant leurs lèvres et leurs langues avec envie tandis que ses mains s'agrippaient à ses cheveux et à son haut. Il ne voulait plus jamais le lâcher. Il avait bien trop besoin de lui...

Puis lorsqu'il annonça à son chauffeur qu'il le reprenait à son service, Aydan se sentit partagé entre la joie d'être de nouveau entièrement à Taemin et la douleur de ne plus être libre comme il avait pu l'être. Il ne voulait pas être à nouveau enfermé et prisonnier mais il ne voulait pas non plus être éloigné de Taemin.

Tant pis. Il choisissait Taemin. Il avait trop besoin de lui. Sa main délaissa un instant les cheveux de son amant et il vint caresser sa joue avec délicatesse, comme s'il avait peur de le briser ou de le blesser.

- Je peux revenir vivre avec toi ? On a du temps à rattraper. Tu m'as tellement manqué, mon ange..., murmura Aydan, le regard perdu dans celui de son maître.

Maintenant qu'il l'avait retrouvé, il ne voulait plus prendre le risque de le laisser s'échapper. Il voulait passer le plus de temps possible à ses côtés pour ne louper aucune seconde de leur vie retrouvée.

- Et..., commença-t-il, incertain. Est-ce que tu pourras arrêter de prendre de la drogue ? Tu n'en as plus besoin hm ? Maintenant que je suis revenu... Ca te fait du mal et tu ne mérites pas de souffrir comme ça, argumenta Aydan, sincèrement inquiet.

Le métis ne voulait plus que son amant se drogue. Ca leur avait déjà fait trop de mal et ça les avait détruit, autant l'un que l'autre. Il ne voulait pas que ça recommence maintenant qu'ils étaient à nouveau en symbiose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Fév - 6:55

Quand Aydan m'a demandé s'il pouvait revenir vivre ici le dernier mur est tombé et je n'ai pas réussit à dire quoi que ce soit. J'ai simplement hoché la tête. Il est le maître de mon royaume. Tout ce que je possède est à lui. Je veux tout lui offrir. Tout lui donner. Pourvu qu'il ne me quitte plus. J'ignore si il est sérieux, j'ignore si il est franc avec moi mais je ne veux pas y penser. Pas maintenant. J'ai tout fait pour l'éloigner de moi mais nos destins semble étroitement lié, comme deux aimants.

Je le couvre de petit baiser sur tout le visage et passe mes mains froides sous son pull. Je ferme les yeux en sentant sa peau brulante sous mes doigts et une immense douleur m'envahis. C'est tellement bon que ça me fait mal. Je le sert contre moi, je voudrais fusionner nos corps pour être sur qu'il ne s'éloignera pas, même d'un centimètre.

Je bouge au dessus de lui et redescend un peu, pose ma tête tout contre son cœur et je ferme les yeux. Je l'entends battre dans mon oreille et je me plais à imaginer qu'il bat pour moi, que c'est pour ça que le rythme est aussi rapide. Parce qu'il m'aime. Il l'a dit. Il l'a répété.

Un autre de mes employé frappe doucement à la porte de mon salon avec des dossiers du bureau que j'avais demandé pour pouvoir travailler de chez moi aujourd'hui.

- Sortez. Mon ton est froid et sans appel. Personne ne brisera ce moment, je l'interdis. Il n'appartient qu'à nous.
L'homme dépose le dossier sur la commode dans le grand couloir derrière lui et disparait.

- Et..., est-ce que tu pourras arrêter de prendre de la drogue ? Tu n'en as plus besoin hm ? Maintenant que je suis revenu... Ca te fait du mal et tu ne mérites pas de souffrir comme ça.

Je relève la tête et fronce les sourcils. La drogue... elle est mon moteur depuis qu'il est partie, et je ne suis pas sur moi même de pouvoir y mettre un terme... ou de le vouloir. Mais pour lui je serais prêt à n'importe quoi.

-Je... j’essaierais. Je l'embrasse de nouveau et mon univers bascule. Je redécouvre l'envie, le besoin, la faim, le désire. Tout reviens d'un coup et tout est en lien direct avec lui, son corps brûlant, ses lèvres pulpeuses, son regard chaleureux. Je suis de nouveau à la maison. Bienvenue chez toi Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Fév - 13:08

Aydan était soulagé que son amant accepte qu'il revienne vivre avec lui et ne put que sourire plus largement encore. Il frémit de bonheur et ce frisson se transforma en tremblement d'extase quand Taemin caressa son ventre du bout ds doigts. C'était extatique. Un pur bonheur. Personne ne l'avait touché depuis leur séparation et il devait se l'avouer : il était en manque de Taemin.

Lorsque l'Owner glissa le long de son corps et logea sa tête contre le tirse d'Aydan, celui-ci s'empressa de caresser tendrement ses cheveux d'une main tandis que de l'autre, il cajoler le haut de son dos, pensivement.

Puis la réponse de Taemin quant à la drogue se fit entendre. Le métis savait qu'il en demandait beaucoup mais il avait confiance en son amant. Il savait que s'il le voulait, il pourrait s'en sortir. En guise de remerciement et d'encouragement, le jeune homme embrassa une nouvelle fois les lèvres de son maître et lui offrit un sourire resplendissant.

- Tu y arriveras. Je serai là pour t'aider. Je ne partirai plus, conclut Aydan.

Il força ensuite son amant à poser de nouveau sa tête contre son torse et ferma les yeux. Il était tellement bien là. Il se sentait à sa place, Taemin était revenu. Taemin était avec lui. A lui. Ils étaient enfin ensemble. Aydan se répétait ces mots sans cesse et selaissait emporter par le rythme de cette chanson agréable.

- Je t'aime..., souffla-t-il une nouvelle fois.

Puis soudain, quelque chose lui revint en mémoire et lui fit écarquiller les yeux. Il repoussa Taemin et se leva avant de se saisir de la main de son amant.

- Viens.

Sans plus de cérémonie, il le tira jusqu'au salon d'hiver où, par chance, trônait encore son piano. Il incita Taemin à prendre place sur le siège à côté de lui et s'installa juste après.

- Ferme les yeux..., demanda Aydan.

Puis lorsque Taemin lui eut obéi, il commença à jouer. La musique, lente et sombre, parfois plus douce, plus mélancolique de temps à autre, résonnait dans la pièce.
Le morceau dura de longues minutes et quand Aydan eut fini, il prit délicatement le menton de Taemin entre ses doigts et embrassa ses lèvres avec douceur.

- Joyeux anniversaire, mon ange..., souffla le métis.

Il avait imaginé cette musique à son retour de Paris, un soir où le manque s'était fait plus cruel que d'ordinaire. Il ne l'avait cependant jamais joué et avait décidé, par défaut, de l'offrir à Taemin pour son anniversaire.

- Je t'offrirai autre chose si tu veux mais pour le moment, je n'ai que ça..., se justifia piteusement le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Sam 21 Fév - 13:36

J'ai écouté la musque m'envahir, prendre possession de mon âme et c'est le plus beau cadeau d'anniversaire que j'ai jamais reçu. Je devrais l'emmener en studio et lui faire enregistrer un album. Aydan a un talent fou.

J'ouvre les yeux et je pose mon regard sur lui. J'attrape ses mains et les embrasses avant de les retourner et d'en embrasser l'intérieur et les poignets.

- Je t'offrirai autre chose si tu veux mais pour le moment, je n'ai que ça..

-Non ! Je secoue la tête en fronçant les sourcils. Je ne veux rien d'autre. Il a mis son coeur dans cette mélodie et me l'a donné. Qu'est-ce qui pourrait valoir plus que ça ? Probablement rien. - Non, je ne veux rien d'autre. C'était parfait... merci...Aydan...

Je m'approche de lui et réclame un baiser, violent, déchainé, interminable. Comme mon amour pour lui. Je me relève sans lâcher ses lèvres, ne faisant plus de prisonniers et je l'oblige à se relever avant de passer mes mains sous ses fesses. Je le soulève de terre, enroule ses longues jambes parfaites autour de mon bassin, en l'embrassant toujours plus et je l’emmène vers un paradis... ma chambre... notre chambre.

Je me rends compte sur l'instant que j'ai plus besoin d'Aydan que de drogue, sa présence m'est vitale pour survivre et je veux le posséder, je le veux pour moi tout entier, je veux qu'il sente tout ce que je n'arrive pas à dire.
Heureusement pour moi je suis encore assez fort pour l'emmener à l'étage sans chanceler.

Je pousse la porte de ma chambre du pied et je nous emmène jusqu'au lit où je l'allonge délicatement sans jamais arrêter de l'embrasser une seule fois. Oui, cet anniversaire est définitivement le meilleur que j'ai jamais eu.

J'enlève doucement le pull et le t-shirt de mon amour, l'embrasse, laisse ma langue redessiner la ligne de sa mâchoire, son cou, sa clavicule et poursuivre sa course sur son torse fin, ses tétons, son nombril, et le bas de son ventre que je mord doucement, envouté. Mes mains font sauter un à un les boutons de son jeans et le goût de sa peau s’insinue par tout les pores de la mienne.

Mes mains trembles lorsqu'elles baissent son pantalon et ses sous-vêtements, le libérant de son entrave et une sensation terrible m'envahit.

-Pardonne moi... Pardonne moi...


Je n'arrive pas à m'arrêter de penser à la dernière fois que j'ai posé mes mains sur lui. A tout le mal que je lui ai fait, à tout le mal que je me suis fait, j'ai faillis nous détruire et j'ai cru mourir lorsque je l'ai laissé partir.

Mes doigts cours sur toute la longueur de son sexe et je le touche en relevant les yeux vers lui, plonge mon regard dans le sien, je veux qu'il me sente, je veux lui communiquer toute ma peine, mon désire, mon bonheur retrouvé grâce à lui.

J'enroule enfin ma langue autour de son érection, referme ma bouche autour de lui, serre mes lèvres en les faisant descendre et remonter doucement.

Aydan pardonne moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Dim 22 Fév - 3:29

Aydan fut aussi surpris qu'amusé de la manière dont Taemin refusa un autre cadeau. Celui qu'il venait de lui faire lui suffisait et le métis s'en sentit encore plus embarassé. Par chance, son amant lui fit rapidement oublier sa gêne en l'embrassant fiévreusement. La Doll s'était empressée de répondre à ce baiser qui sonnait comme une nouvelle bouffée d'air pur qui vint l'enivrer au plus profond de son être. Comment avait-il fait pour survivre sans lui ? Il n'en savait rien. Il n'était même aps certain d'avoir survécu.

Perdu dans ses sensations, il ne réalisa pas que Taemin l'avait soulevé et que lui, par réflexe, s'était agrippé à son amant qui le portait déjà jusque dans sa chambre. Il fut ensuite déposé sur le lit et mis à nu sous les baisers et caresses de son amour qui attisait plus encore le désir naissant en son sein. Aydan était déjà dur et se confondait en soupirs et haletements d'envie.

- Pardonne moi... Pardonne moi..., se lamentait l'Owner en le caressant.

Aydan, qui jusque là s'était perdu dans le plaisir, redescendit sur terre, entraîné par la langue de son amant sur son sexe et la culpabilité qui suintait par tous les pores de sa peau. Le jeune homme finit par enfouir ses doigts dans les cheveux de son maître et, délicatement, le força à la libérer pour qu'il se redresse. Taemin, désormais à genoux, faisait face à aydan qui s'était assis devant lui.

- Arrête d'y penser. Je t'ai pardonné, ce qui est arrivé là-bas relève du passé et même s'il nous est arrivé des choses qui nous ont fait du mal, il s'est aussi passé des choses merveilleuses... C'est là-bas que j'ai réalisé que je t'aimais plus que de raison.

La Doll embrassa tendrement son amant en déboutonnant lentement sa chemise. Lorsque celle-ci fut entièrement ouverte, il caressa son torse du bout des doigts, le redécouvrant consciencieusement. Les lèvres perdues dans son cou, il embrassait sa peau et inspirait son odeur pour pouvoir s'en rappeler pour toujours.

- Je t'aime et je suis là, c'est tout ce qui importe. Touche moi, embrasse moi, Taemin... Je suis à toi, je te fais confiance, je sais que ça n'arrivera plus. Pardonne toi, mon ange. Oublie tout ça et ne pense plus qu'à nous..., murmura amoureusement le jeune homme avant de lui voler un baiser.

Sans rien ajouter et après un sourire tendre et sincère, Aydan se rallongea sur le lit, entièrement offert à son amant. Son coeur battait à tout rompre et son corps tremblait de désir. Il était persuadé que même s'il avait couché avec d'autres, personne n'aurait pu lui faire un tel effet. Il ne voulait que Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Dim 22 Fév - 5:36

Aydan m'a pardonné, Aydan m'a pardonné… Je me répète ce mantra en l'embrassant. Mes lèvres effleurent sa cuisse, son sexe, son ventre, son torse… remonte jusqu'à sa clavicule, son menton, sa bouche et poursuivent leur course sur son nez, son front et dans ses cheveux. Oui il m'a pardonné. Mais est-ce que moi je me suis pardonné ? Je ne suis pas sur.

Je prends mon temps, je m'allonge à côté de lui et pendant que mes lèvres le recouvrent de mon amour mes doigts le caressent doucement sur tout le corps. Je le sens frémir à mon contact. Il a la chair de poule, tout son corps répond au mien.

Je dépose un long baiser tendre sur sa joue pendant que je saisi son sexe, donne des coups lents et doux. Je ne presse rien. Ce n'est ni violent ni rapide. J'ai peur qu'il se brise entre mes doigts. Et j'augmente peu à peu le rythme. Je le maintien en place de mon autre bras qui est passé sous sa tête, et s'est enroulé autour de ses épaules.

Allongé là tout contre lui, torse nu, j'ai gardé mon pantalon et ne le laisse pas me toucher. Je retarde ce moment, lui cache la vérité aussi longtemps que je peux. Je ne bande pas. Je suis cocké à mort et mort de peur.

Ce qui s'est passé à Paris se répète en boucle dans ma tête : Aydan cache ses yeux en pleurant et en hurlant de douleur, la lèvre ouverte, en sang, pendant que je le prend sans amour, sans passion, sans douceur. Je lui cri dessus et l'oblige à me dire quelque chose auquel il ne croit pas. Il refuse, étouffe ses sanglots et je redouble mes coups de reins. Je le brise parce que je suis incapable d'être heureux à ce moment là. Je veux l'emporter dans ma peine et ma souffrance et puis j'abandonne la bataille. Conscient qu'il ne m'aimera jamais comme je l'aime.

Depuis mon retour de Paris ce souvenir m'a tourmenté toutes les nuits. Les terreurs nocturnes se sont installées comme pour me rappeler que j'avais été abandonné une fois de plus, par ma faute, une fois de plus.

La blessure reste ouverte et prendra du temps à disparaître. J'ai essayé de le faire seul, je me suis payé des putes qui n'ont pas réussies à me faire jouir, je me suis drogué et j'ai bu juqu'à sombrer dans l'inconscience pendant plusieurs heures mais je n'ai jamais réussit à soulager mon âme.

Alors pourquoi est-il revenu ? Est-ce que je mérite cette seconde chance ? Est-ce que je mérite son amour ? Est-ce que je mérite vraiment tout ça ? J'ai l'impression de prendre sans rien donner en retour.

Ma main se resserre autour de lui et mes coups se transforment quand j'entends sa voix devenir plus rauque, je sais qu'il est proche. Je veux lui donner ce plaisir. Prends tout et ne me donne rien Aydan. C'est toi que je veux. C'est ta jouissance qui m'importe, c'est elle que je mérite.

Je l'embrasse une dernière fois, notre baiser et long et plein de passion et avant qu'il ne se libère je descends rapidement pour le boire. Je le veux dans ma bouche. J'avale tout, sa jouissance, son amour, ses soupirs, ses mots, sa vie.

Lorsque c'est fini je remonte jusqu'à ses lèvres et lui fait sentir son propre goût. Je ferme les yeux et je le dit enfin, tout contre ses lèvres.

-Je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 24 Fév - 8:45

Les baisers et les caresses de son amant sur son sexe le faisaient gémir et se tordre de plaisir. Agrippé à Taemin, Aydan peinait à ne pas perdre connaissance immédiatement tant il tremblait et respirait fort. Cependant, malgré l'euphorie du moment, il restait lucide et frustré : pourquoi Taemin ne voulait-il pas qu'il le touche ? Peut-être privilégiait-il le plaisir d'Aydan plutôt que le sien ? La Doll soupira d'extase et remua un peu pour se serrer davantage contre son homme. Ce fut à ce moment qu'il le sentit : Taemin n'était pas dur. Cette constatation faillit refroidir Aydan mais il était trop proche de la libération pour s'en préoccuper trop longtemps mais alors qu'il s'apprêtait à jouir et après un baiser langoureux, Taemin glissa jusqu'à son sexe afin de récupérer tout le fruit de son plaisir.

Aydan rougit de gêne et dès qu'il fut redescendu sur terre, il se cacha, beaucoup trop embarassé. Cependant, son amant ne semblait pas de cet avis puisqu'il revint l'embrasser tendrement, lui faisant goûter son essence par la même occasion. En temps normal, Aydan aurait giflé n'importe qui qui aurait fait ça mais là, c'était Taemin. Et Taemin venait de lui murmurer qu'il l'aimait. La Doll ne put que répondre avec un sourire béat et un baiser amoureux. Lui aussi l'aimait. Plus que tout au monde. Il était devenu son souffle, sa vie, son coeur. Aydan avait l'impression de vivre pour et par Taemin. Etre séparé de lui était impensable, il l'aimait bien trop.

- Moi aussi, mon amour, répondit finalement le jeune homme.

Il se redressa ensuite et, entièrement nu, se leva avait de tendre la main à son maître.

- Tu viens ? J'ai envie de prendre un bain avec toi. Ca fait longtemps et ça me manque.

Aydan voulait juste prendre un bain, se caler contre Taemin et se prélasser dans l'eau chaude dans un état de semi conscience. Il voulait profiter de lui le plus possible et le retrouver.

Sans attendre plus, il partit dans la salle de bain et fit couler l'eau en attendant que son amour arrive. Il y versa du bain moussant et baissa la luminosité pour rendre la pièce et l’ambiance plus intime. Lorsqu'il jugea le tout prêt, il se glissa dans l'eau, prêt à s'affaler contre Taemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mar 24 Fév - 9:22

- Tu viens ? J'ai envie de prendre un bain avec toi. Ca fait longtemps et ça me manque.

- Vas-y je te rejoins.

Aydan n'a rien dit. Il n'a pas protesté, et n'en a pas redemandé. Je pensais qu'il allait me demander de lui faire l'amour mais non. Il semblerait que j'ai réussis à détourner son attention. Où alors il a senti que...

Je baisse les yeux et regarde mon entre-jambe sagement endormie. Je ne suis plus un homme... Je... j'ai besoin d'une ligne, ou d'un verre, ou de n'importe quoi. J'ouvre le tiroir de ma table de nuit et en retire un des joints parfaitement roulés que je réserve lorsque je n'arrive pas à dormir. Ensuite je regarde en direction de la salle de bain et j'entends l'eau couler. Je souris. Ça fait tellement de bien d'avoir une présence chez moi. La présence d'Aydan... mon amant... mon amour.

Pourtant je ne veux pas le rejoindre. Je ne veux pas lui montrer que je n'y arrive plus. Je ne veux pas qu'il se sente blessé ou qu'il pense que c'est de sa faute. Je le désire tellement. Dans ma tête je l'ai déjà pris trois fois et j'en redemande encore. Avec mon corps c'est une autre histoire.

J'allume le joint et le cale entre mes dents pendant que je retire ma ceinture et me débarrasse de mon pantalon et de mon boxer. Je prends une grande bouffé et laisse la drogue douce parcourir tranquillement toutes mes terminaisons nerveuses. Un dernier coup d'oeil vers la salle de bain ou il n'y a plus un bruit et j'emmène le cendrier avec moi.

A l'intérieur je le pose sur le bord de mon immense baignoire qui ressemble plus à un jacuzzi qu'une vrai baignoire et entre dans l'eau en évitant le regard d'Aydan que je sens sur moi. Je m'allonge et me dépêche de le faire venir contre moi. Je me cache derrière lui. Ça présence tout contre moi est rassurante mais il me connait. Il ne me sent pas dur dans son dos et je n'ai pas jouis. Je sais qu'il va posé des questions et je m'arme de courage, cherche déjà quoi dire sans trouver. Est-ce que je dois être sincère et ruiner nos retrouvailles ou mentir pour le protéger. Je ne veux pas le blesser, je ne veux pas qu'il se rappelle de cette soirée. Je veux son bonheur c'est tout.

Je continue de savourer mon joint sans rien dire, caressant le torse parfait de mon petit-ami de mon autre main, dans une caresse subtile et délicate. Je l'aime tellement.
Je dépose un baiser contre sa tempe et présente mon joint devant sa bouche, lui propose de partager ce moment de détente, je sais qu'il na rien contre les drogues douces, alors je le fais fumer.

L'atmosphère devient pesante, je ne sais pas quoi dire, alors je dit la première vérité qui me passe par la tête.

-Tu m'as manqué.

C'est un début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 25 Fév - 5:02

Une fois Taemin dans le bain, Aydan se laissa enlacer avec plaisir. Il se serra contre son amant et glissa un de ses mains sur celle en travers de son torse. Après le baiser, l'Owner présenta au métis le joint que ce dernier attrapa sans cérémonie. Il le porta à ses lèvres sans parler, tirant dessus en fermant les yeux.

Le silence ambiant ne fut brisé que par l'aveux de son amour auquel Aydan répondit par un sourire et une pression sur la main qu'il caressait.

- Toi aussi tu m'as manqué. Je ne veux plus jamais qu'on se sépare, murmura le jeune homme.

Il restitua ensuite le cône à son amant et hésita quelques secondes. Il était curieux de savoir pourquoi Taemin n'avait pas réagi lorsqu'il lui avait fait du bien. L'idée que son petit ami ne le désire plus lui semblait folle. Pas après ce qu'il venait de lui faire -on ne touche pas si intimement quelqu'un pour qui l'on éprouve aucun désir- et de lui dire. Il y avait autre chose et Aydan voulait savoir ce qui avait tant perturbé Taemin. Il entrelaça leurs doigts et soupira légèrement avant de se caler davantage contre son homme.

- Qu'est-ce qui t'a bloqué, amour ?, demanda-t-il finalement. Je sais que ce n'est pas une question de désir, pas après ce que tu m'as fait -il rougit légèrement en évoquant leurs ébats récents. Tu sais que tu peux tout me dire hm ? Je ne te jugerai jamais. Je suis là pour te soutenir inconditionnellement, ajouta Aydan.

Le métis espérait sincèrement que Taemin lui ferait suffisamment confiance pour se confier à lui. Il ne voulait pas qu'il y ait de tabous et de secrets entre eux, il l'aimait beaucoup trop pour prendre le risque qu'un jour les non-dits les blessent.

Aydan se tourne légèrement et embrassa la joue de son amant avant d'appuyer délicatement son front contre sa mâchoire. Les yeux clos, il laissait son souffle calme glisser sur la peau humide de Taemin, attendant patiemment une réponse, totalement détendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Mer 25 Fév - 8:15

Je savais qu'il poserait des questions. Je m'y attendais. Aydan a trop été habitué à la chaleur de mon corps en sa présence, mon excitation, lorsque je pose un doigt sur lui alors, comment l'expliquer ? Comment lui dire que je suis semblable à une horloge cassé. Il a raison, ce n'est pas une question de désir. Parce que je le désire autant que le premier jour où j'ai posé mes yeux sur lui à Private Blossom. Déjà là-bas j'étais dur, imaginant ses lèvres pleines autour de moi même si j'avais déjà décidé qu'il serait un jouet et non un amant. Mais je n'avais jamais imaginé en tomber amoureux, lui faire du mal et en payer le prix ensuite.

Maintenant je ne sais pas quoi dire. Je ne veux pas qu'Aydan me fasse la morale comme à un gosse, je ne veux pas qu'il me réconforte non plus. Je ne le mérite pas. Je n'en ai pas besoin. Tout ce dont j'ai besoin c'est lui, contre moi, avec moi, chaque minute de chaque heure, jour après jour, année après année.

Je songe déjà à lui offrir le monde. Je ne reculerais devant rien pour lui faire plaisir. J'élèverais ma Doll au rang de roi, de Dieu s'il le faut. Je suis amoureux. Fou amoureux. Et penser que j'ai pu lui faire du mal me plonge un peu plus dans la dépression. Mais je me replie sur moi même. Je ne veux pas en parler. Je suis un camé, un drogué et une erreur. Mais ça il n'acceptera jamais que je l'admette.

Je me penche et rencontre la douceur de ses lèvres. Elle ont le goût de l'univers et me promettent un avenir meilleur. Oh Aydan, je t'aime tellement.

- Rien... je suis fatigué...
J'ai décidé de mentir. Il le sait. Comme il sait exactement quel mal me ronge. Mais je ne veux pas briser notre moment. Je laisserais la drogue quitter mes veines, l'alcool se désimbiber et la peine s'enfouir.

Laisse moi du temps amour.

Je mets fin aux questions. Écrase le joint dans le cendrier et présente deux doigts devant sa bouche, je joue avec sa langue, bouge mon bassin dans son dos, espérant éveiller mes sens. Dans ma tête c'est l'éruption volcanique mais dans mon corps...

Je change de tactique et décide de satisfaire Aydan à ma place. Une nouvelle fois. Dans le bain. J'étends mes caresses, griffe son ventre, mord doucement son oreille et je recommence à lui faire du bien. Doucement, lentement. Je communique à Aydan ce que ma tête voudrait, mais mon corps lui reste muet.

Laisse moi du temps amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 27 Fév - 4:11

Le mensonge de Taemin était évident mais Aydan ne releva pas. Il savait très bien ce qu'il se passait, il n'était pas dupe et savait que Taemin ne lui en parlerait pas de toute manière. Il allait devoir être patient. Le métis ne protesta donc pas et resta affalé contre son amant à profiter de sa chaleur et de sa douceur : Taemin était beaucoup plus attentionné avec lui, comme s'il avait radicalement changé, que ses barrières s'était légèrement effritées. Il s'autorisait des gestes tendres qu'il n'avait que très rarement eu envers Aydan et ça plaisait beaucoup à ce dernier.

Puis la douceur du moment se chargea en tension sexuelle et le jeune homme se retrouva vite à jouer avec les doigts de son amant. Il se sentait réagir intensément à ses attentions et rapidement ses soupirs emplirent la pièce. Aydan se cambra un peu contre Taemin et se recula soudain, échappant à sa prise.

- Attend...

Il se retourna pour faire face à son amant et grimpa sur ses cuisses à califourchon. Les mains d'Aydan disparurent dans les cheveux de Taemin et ses lèvres vinrent ravager celles qui le nargaient impunément. Il les embrassa tendrement puis avec passion tandis que son bassin se mettait à remuer contre celui de son amour. Aydan avait très envie de lui et savoir que son petit ami le désirait tout autant le rendait plus fiévreux encore. Il savait que le corps de Taemin ne coopérait pas et s'il ne pouvait pas le satisfaire physiquement, il pouvait au moins le combler mentalement en lui offrant ses gémissements et son désir.

- Touche moi... Je t'aime..., soupirait Aydan dans un souffle désordonné et saccadé.

Il voulait que Taemin prenne toutes les libertés nécessaires pour leur faire du bien, il voulait qu'ils s'unissent dans ce bain, il voulait aussi que son amant aille mieux. Il ne voulait vivre que par lui. Aydan en était sûr : sa passion pour Taemin allait avoir raison de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Lun 2 Mar - 2:07

Je ne peux pas détacher mes yeux d’Aydan. Son expression crispée par le plaisir, sa pulpeuse petite bouche entrouverte, ses frissons, la sensation de son érection dure et douloureuse entre mes doigts, tout est magnifique. Je voudrais répondre. Je voudrais lui montrer à quel point il me fait de l’effet et comme j’aimerais lui donner tout ce dont il a besoin à cet instant mais mon corps ne répond toujours pas.

Le pire c’est que mon état est tellement second que je n’arrive même pas à être frustré. Il faut vraiment que j’arrête tout ça. Je veux repartir de zéro avec Aydan. Peut-être faire un voyage pour m’éloigner de mes démons ? Mais le dernier voyage que nous avons fait…

Je fixe Aydan et je le sens bouger sur moi, les yeux clos, le souffle rapide. Je sais qu’il se contente de peu. Je voudrais lui donner plus. Je voudrais tout lui donner. Mais je n’en suis même pas capable…

Je passe une main sur ses fesses, les caresses en l’embrassant, en lui murmurant tout ce que je voudrais lui faire. Il s’agite. Je n’y tiens plus. Je glisse un doigt en lui, puis deux, puis trois. Je joue, cherche à le combler du mieux que je peux. Mon amour…

-Ouvre les yeux Aydan… Regarde-moi bébé.

J’encre mon regard dans le sien jusqu’à ce qu’il vienne dans ma main. Et quand tout est terminé je l’embrasse passionnément, le sers contre moi, essaye de lui communiquer tout l’amour que j’ai pour lui.

Il est le seul. Il sera toujours le seul. J’ai trouvé ma moitié. Je n’ai besoin de rien d’autre. Juste lui.

Nous sortons du bain et je le sèche comme un enfant, prends soin de lui, doucement, tendrement. Ensuite je le porte dans mes bras jusqu’au lit et nous glisses nus sous les draps.

Je le ramène contre moi et inspire profondément le parfum de son corps. Dépose un baiser dans sa nuque et enfouis mon visage dans ses cheveux. Je suis exténué. D’un coup toutes les nuits sans repos ne sont plus qu’un lointain souvenir. Le sommeil m’emporte et je me sens bien avec lui dans mes bras.

La dernière chose que je m’entends murmurer avant de sombrer parvient à mes oreilles faiblement.

-Ne me quitte plus jamais… j’ai cru mourir sans toi.


- - - - - - - - - - - - - - - - - -

Aydan hurle, tente de me repousser mais je suis trop fort pour lui. Ma colère prends le dessus et avant que je ne m’en rende compte je l’ai blessé.

Il me regarde les larmes aux yeux, la terreur fait place à la haine.

-C’est terminé. Je te quitte.

Ma voix est muselée. Je ne peux rien dire, rien faire. Et je le vois s’éloigner, il me laisse seul dans le noir et je n’arrive pas à le retenir.

-Tu paieras pour ça Taemin. Tu vas payer pour tout ce que tu m’as fait. Je te déteste.
Aydan disparait et je reste seul. L’amour de ma vie m’a abandonné.



-Non…non ne t’en vas pas… reviens Aydan… NON !!

Je me réveille en hurlant presque. Je suis en sueur, des larmes coulent sur mon visage et je n’arrive plus à respirer. Nouvelles terreurs nocturnes.

Elles ne sont pas parties. Elles ne m’ont jamais quittées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Lun 2 Mar - 6:39

Faire l'amour avec Aydan lui avait terriblement manqué. Gémir son nom, onduler contre lui, être comblé en l'entendant lui aussi gémir et soupirer tout ce qui lui passait par la tête... Aydan était au Paradis. Plus que la pénétration, c'était du plaisir offert par Taemin que la Doll avait besoin.

La jouissance finit par le frapper et il se libéra dans la main de son amour, le regard ancré dans celui en face pour mieux lier leurs âmes. Epuisé, Aydan s'écroula contre son amant et lui murmura un "Je t'aime", incapable de parler davantage et de bouger pour laisser Taemin libre de ses gestes. De toute façon, ce n'était pas la peine de se déplacer puisque l'Owner s'occupa de la sécher et de le transporter au lit tandis qu'Aydan s'amusait à embrasser et caresser chaque millimètre que Taemin osait lui montrer. Son sourire était immense et ne semblait pas vouloir quitter ses lèvres.

Ce fut dans les bras de son maître que le métis s'endormit, paisiblement, enlacé étroitement avec l'homme de sa vie, prêt à passer une nuit réparatrice comme il n'en avait pas eu depuis longtemps. Du moins, c'est ce qu'il avait pensé. Taemin se réveilla en hurlant, les joues innondées de larmes, tétanisé par la peur. Evidemment, Aydan se réveilla et sans même chercher à comprendre la raison de l'état de Taemin, il l'attira fermement contre son torse après s'être rapidement assis sur le matelas. Le jeune homme serrait son amant dans ses bras et avait enfoui le visage de l'Owner contre son torse. Il caressait ses cheveux, sa nuque, ses omoplates, le berçait délicatement pour le rassurer.

- Shhhh... Taemin, mon coeur, calme-toi. Je suis là, regarde... C'est moi, je suis avec toi. Je reste avec toi..., répétait-il d'une voix tendre.

Aydan recula ensuite son amant et prit doucement son visage entre ses doigts avant de caresser ses joues de ses pouces.

- Bébé, c'était un cauchemar. Je partirai pas, t'entends ? Plus jamais. Je t'aime, Taemin, murmura le métis dans un sourire.

Il se pencha ensuite et embrassa le front puis les joues et enfin les lèvres de son amant avant de le ramener contre lui pour le bercer à nouveau.

Taemin avait du rêver qu'il le délaissait. Depuis quand faisait-il ce genre de rêves ? Est-ce qu'il avait dormi paisiblement depuis son départ de Paris ? Aydan en doutait. Son petit ami semblait épuisé, physiquement et mentalement, et ses cauchemars semablaient récurrents. Le coeur du jeune homme se serra et il rapprocha un peu plus Taemin contre lui.

- Je suis là, je t'aime ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Lun 2 Mar - 11:48

Pour quelques instants je ne sais plus où je suis. Je n’arrive pas à arrêter de pleurer et tout mon corps se mets à trembler. J’ai froid, tellement froid.

Et puis j’entends sa voix. Je sens quelqu’un m’enlacer et me bercer et je reconnais son odeur. Aydan. Aydan est là, près de moi, il me murmure des mots réconfortants essaie de me calmer mais je n’y arrive pas. J’ai la gorge nouée et j’ai mal au cœur.

D’instinct j’essaie de le repousser mais il me maintien fermement contre lui, ne me laisse pas partir alors je le sers contre moi, fort, aussi fort que je peux. J’ai peur qu’il m’échappe, j’ai peur que ce ne soit qu’un rêve et qu’il disparaisse, j’ai peur de ne plus pouvoir le retenir.

-Pardonne moi… pardonne moi…pardonne moi…


Je ne peux rien dire d’autre. Comme un disque rayé. Je n’ai jamais voulu te faire du mal. Je n’ai jamais voulu que tu souffres, je t’aime tellement.

Je n’arrive toujours pas à me calmer. J’ai besoin d’une ligne, il n’y a que ça qui me calmera. C’est ce qui m’a toujours calmé après mes cauchemars depuis son départ. Nuit après nuit, je me suis détruit à la coke pour perdre pied complétement et ne plus penser à rien.

-J-…j’ai besoin de… Je relève des yeux suppliants vers lui. –J’en ai vraiment besoin Aydan…

Je sais qu’il ne veut pas. Je sais qu’il désapprouve et qu’il voudrait que j’arrête de toucher à cette merde mais là, sur le moment présent, j’en ai vraiment besoin.

En tremblant je me retourne et ouvre le tiroir de ma table de nuit et en sors une petite fiole remplie de poudre blanche. Je l’ouvre et l’inhale, le dos tourné à ma Doll.

L’effet escompté arrive rapidement et je la remets à sa place avant de m’allonger. Je cherche la main de mon amant en me sentant partir et je ferme les yeux. La drogue m’emporte et je me sens mieux, juste pour quelques heures…

-Pardonne moi Aydan…

Ça prendra du temps avant que j’arrête tout, mais pour le moment j’ai besoin de me détruire pour aller mieux. Je ne veux juste pas qu’il lâche ma main. Plus jamais. Je ne veux plus être séparé de lui. Il est mon âme, mon cœur, l’essence même de ma vie.

Et puis doucement, au son de sa voix je finis par me rendormir.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Le lendemain matin vers 6h je me suis réveillé. Je l’ai regardé dormir pendant une heure. Il est tellement parfait. Je voudrais passer ma vie à le contempler.

Ensuite j’ai dû me lever et me préparer pour aller travailler. Mon ventre est noué rien qu’à l’idée de le laisser pour la journée. J’ai peur qu’il parte. J’ai peur qu’à mon retour il ne soit plus là.

Je n’ai rien pu avaler de mon petit déjeuner et ai tout laissé sur le plan de travail de la cuisine. Je n’ai même pas touché à mon café.
Ensuite j’ai été prendre une douche et je me suis dirigé nu vers mon immense dressing.

À l’intérieur j’ai choisi un costume noir et une cravate bleu pâle. Je me suis habillé mais au moment de nouer le nœud je n’ai pas réussis. Je m’y suis repris plusieurs fois mais ça n’a pas marché.

Je repense à Paris, je repense à tout ce temps sans lui et les larmes montent. Je tire sur ma cravate et la repasse une dernière fois sous mon col mais je n’arrive toujours pas à faire ce putain de nœud.

Je fini par éclater en sanglot, seul dans mon dressing et je retiens mes pleures. Surtout ne pas faire un bruit, je ne veux pas être surpris, je ne veux pas le réveiller. Je jette cette putain de cravate loin de moi et m’assois par terre. Je ne peux pas. C’est au-dessus de mes forces. Je ne peux pas partir travailler et le laisser seul ici. Je voudrais l’emmener avec moi, ou l’enfermer mais je sais que c’est impossible. Je suis incapable de me rassurer. L’idée même de ne plus le revoir me tue.

Je me recroqueville sur moi-même comme un enfant et renifle. Je suis ridicule. Je n’arrive plus à m’arrêter de pleurer mais je ne veux pas qu’Aydan voit ça. Jamais.

Mon portable vibre et c’est ma secrétaire personnelle qui me rappelle que j’ai une réunion avec mes chefs de services dans 35 minutes. Qu’ils n’attendent plus que moi mais mon corps refuse de bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Doll

avatar
I am
Messages : 115
Date d'inscription : 01/12/2014


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 6 Mar - 7:43

Aydan l'avait laissé partir sans faire de commentaire, l'air attristé par l'addiction de son amant. Il aurait aimé l'aider utilement, le sevrer de la drogue pour qu'il soit à nouveau heureux mais il était conscient qu'il lui faudrait du temps. Et à en juger par son état, beaucoup de temps. Par pudeur, Aydan s'était tourné sur le côté pour laisser à Taemin son intimité lorsqu'il renifla la drogue. Un frisson glacé parcouru le dos d'Aydan mais encore une fois, il resta silencieux. Puis il se tourna de nouveau et enlaça son homme pour qu'il se rendorme paisiblement dans ses bras. Il voulait que Taemin comprenne : même drogué, même impuissant, même malheureux, il l'aimait. Inconditionnellement. Il l'aimait et ne le laisserait pas tombé.

- Rendors toi, je reste là..., murmura Aydan.

Il ferma lui aussi les yeux et continua de le bercer encore plusieurs minutes avant de sombrer dans le sommeil, fatigué après ce réveil agité.

------------
Le lendemain, Aydan se réveilla, inquiété par les vibrations qui lui parvenaient indistinctement. Lorsqu'il ouvrit les yeux et trouva la place à ses côtés vides, il s'inquiéta un peu plus. C'était lundi, Taemin devait être au travail alors pourquoi entendait-il un portable vibrer ? L'idée même que son petit ami ait pu faire un malaise quelque part dans la maison le rendit fou. Il sauta hors du lit, enfila un boxer et la chemise de son homme qui traînait sur le fauteuil de la chambre et se rua à la recherche du portable suspect.

Mais ce qu'il trouva fut pire : Taemin était tétanisé, paniqué, en larmes. Aydan se stoppa net avant de s'agenouiller à côté de son Owner.

- Bébé ?, appela-t-il doucement.

Le métis ne toucha pas son maître et prit le portable pour décrocher.

- Monsieur Park est souffrant, reportez la réunion, il ne pourra pas y assister aujourd'hui, annonça-t-il.

A l'autre bout du fil, la secrétaire pestait contre Taemin et contre lui-même mais avant qu'elle n'ait pu protester, il raccrocha et éteignit le portable. Ce ne fut qu'ensuite qu'il glissa ses mains dans celles de Taemin, entrelaçant leurs doigts.

- Mon trésor, qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Pourquoi tu ne m'as pas appelé ?, demanda-t-il inquiet. J'ai eu peur que tu aies fait un malaise, que tu sois tombé, que tu te sois blessé... Tu sais que je suis sensible ? Me fait plus peur comme ça, rouspéta gentiment Aydan, le sourire aux lèvres.

Il s'approcha un peu plus de Taemin et se glissa entre ses cuisses pour l'enlacer tendrement, le visage enfouit dans le cou de son amant.

- Bonjour, mon coeur..., murmura-t-il enfin. Tu viens déjeuner avec moi ? Puisque tu as ta journée de libre, on pourrait sortir un peu ? Se promener ? Après avoir pris notre petit déjeuner et notre douche ensemble ? Prendre l'air nous ferait du bien, non ?, proposa-t-il.

Il voulait lui changer les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Owner

avatar
I am
Messages : 124
Date d'inscription : 30/11/2014
Age : 26


MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ? Ven 6 Mar - 9:56

Aydan a surgit dans le dressing sans que je ne l’entende arriver. Je relève des yeux mouillés vers lui et je le laisse prendre mon téléphone sans rien dire.
Il parle avec ma secrétaire, donne des ordres comme s’il était son patron et raccroche aussi sec. Je suis impressionné. On dirait…moi. J’essuie mes larmes et je souris amusé.

Je passe mes bras autour de son cou quand il me sert contre lui et cherche ses lèvres, l’embrasse doucement. Il m’apporte le réconfort dont j’ai besoin, me rassure et me couvre d’amour. Je me calme aussitôt, apaisé par sa présence. J’aimerais faire tout ce qu’il me propose mais je ne peux pas. Je dois vraiment assister à cette réunion.

Je secoue doucement la tête et pose mon front contre le sien.

-Je suis désolé mon amour. C’est les nerfs qui lâchent. Après Paris… les Français ont rompus le contrat et j’ai dû faire face à beaucoup de problèmes au bureau alors tu comprends… je ne peux pas reporter cette réunion.


Je souffle, me recompose progressivement grâce au périmètre de sécurité qu’il a établi autour de nous. Là, dans notre bulle, dans notre monde à part je me reconstruis et il me donne la force nécessaire pour avancer. Continuer à vivre. Pour lui. Pour nous.

Je passe une main sur sa nuque et le caresse doucement en l’embrassant.

-Je n’ai pas envie de partir… Je n’ai pas envie de te laisser. Je murmure contre ses lèvres.

Comment je peux faire ? Je ne peux pas l’emmener au boulot alors… alors…
Je prends mon téléphone de ses mains et le rallume. J’appelle mon bureau et ma secrétaire décroche aussitôt.

-Bureau du PDG Park ?

-C’est moi Xiu Han. Appelez les chefs de services. La réunion est reportée à dans une heure, faites les venir chez moi.

-Chez vous monsieur ?


-Oui elle se tiendra à mon domicile.


-Bien monsieur. Je les préviens tout de suite.

Je raccroche et caresse le visage d’Aydan en souriant.

-C’est provisoire mais… tu veux bien t’habiller et assister à cette réunion avec moi ? Nous la ferons dans la salle à manger. Prends un de mes costumes.

Je me relève et choisi un costume gris qui fera ressortir ses magnifiques yeux. C’est pour le moment le seul moyen que j’ai trouvé pour toujours l’avoir à mes côtés.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Il y a autour de la table 10 personnes, plus Aydan et moi. Personne n’a fait de remarque sur sa présence. Ils savent tous implicitement qui il est. Je suis assis en bout de table et ai revêtu mon masque d’homme d’affaire. J’écoute patiemment les rapports qu’on me fait, les propositions qu’on me soumet et je traite les dossiers un à un. Je suis froid, intransigeant, déterminé, professionnel. C’est probablement dans ces moments-là que je ressemble le plus à mon père, mais je fait mon travail, et je le fait bien.

Étrangement, avec Aydan assis à côté de moi je ne ressens pas le besoin de me droguer comme d’habitude. Je lui jette des regards discrets mais mon visage n’exprime rien. Pourtant j’ai beaucoup de mal à rester concentré. J’ai envie de retourner dans notre bulle et de ne plus prêter attention qu’à lui. Le monde peut bien crever que je ne m’en préoccuperais même pas. Aydan est absolument divin dans mon costume de grand couturier. Par chance nous faisons la même taille.

Un de mes employés me renvoi à une proposition que j'ai sous les yeux et m’expose le projet. Je dois me concentrer.

Je prends un crayon à papier et barre immédiatement une close.

-Refusé.

-Mais.... Tente vainement l’homme.

-J’ai dit : refusé.

Je lève les yeux vers le chef de service qui visiblement n’a pas l’habitude qu’on lui dise non. Sauf que je suis son patron ici et j’entends qu’il m’obéisse. Son regard dérive sur Aydan et je resserre ma prise sur mon crayon inconsciemment. Je ne veux pas qu’il le regarde. Ne posez pas vos yeux sur lui. Je l’interdis.

L’homme se rassoit et continue de regarder Aydan pendant qu’un autre prend la parole. Je n’écoute plus. Le type est focalisé sur ma Doll et je suis focalisé sur lui. La jalousie monte, elle grandit et pulse dans mes veines. Je veux qu’il baisse les yeux. Qu’il arrête de le regarder. Tout de suite.

Lorsque Aydan sent son regard sur lui il se tourne et l’homme lui sourit. Je sers trop fort et brise en deux le crayon dans ma main. Putain ! Je tape du poing sur la table et me relève subitement.

-Vous ! Dis-je en le pointant du doigt. –Ne convoitez pas ce qui ne vous appartient pas. Je les regarde tous et jette les deux morceaux de mon pauvre crayon sur la table. Je ne veux pas revivre Paris. Jamais. -Que ce soit bien clair, Aydan est MON compagnon. Le premier qui aura ne serais-ce qu’une pensée irrévérencieuse à son sujet je le vire sur le champ et croyez-moi, je m’assurerais qu’il ne retrouve jamais plus de travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Death row, how long can you go ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Death row, how long can you go ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» Le top 5 des mangas les plus long que vous ayez lu !
» The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)
» DECOUPE DE STICKERS 1M DE LONG DIRECT
» Long WeekEnd (2008)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hong Kong :: Causeway Bay 銅鑼灣 :: résidences-