le nom de l'image
Time to play, puppet


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Time to play, puppet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Time to play, puppet Mer 22 Oct - 13:20

Time to play, puppet



Wu Huan rentre chez lui après le travail. Il gare sa moto devant chez lui et descend de celle ci en déposant son casque dessus. Il entre dans sa grande maison et allume la télévision histoire d'avoir un fond sonore. Il déteste le silence.
Wu Huan se dirige vers la cuisine et prend le pichet d'eau dans le frigo avant de s'en servir dans un verre et le boire. Il monte ensuite à l'étage dans sa chambre et retire ses vêtements pour les troquer contre quelque chose d'un peu plus serieux. Chemise blanche et tout le reste... pour se rendre à ce dîner dont rien que l'idée l'agace. Son patron a décidé de le.. Marier. C'est la première fois que les plans de cet homme déplaisent à Wu Huan mais il n'avait pas protesté longtemps en comprenant que le vieillard ne reviendrait pas sur sa décision et qu'il n'avait pas réellement le choix. Puis bon, qu'est ce que ça changerait pour lui ? Pas grand chose si ce n'est qu'il aurait constamment une femme à la maison sans en ramener une chaque soir. Plus besoin de s'embêter à séduire des idiotes pour une nuit. Il n'aurait même pas besoin de la séduire elle. Wu Huan sourit amusé, soudain curieux de savoir qui elle était mais aussi ce que ça donnerait. L'idée commençait à devenir un peu moins déplaisante. Une fois habillé il descendit et récupéra les clés de sa voiture. Y aller en moto n'était pas la meilleure idée. Sa Bugatti Veyron noire convenait mieux pour ce genre de lieu et événement. Après tout il rencontrait sa futur femme et sa belle mère. Wu Huan se mordit la lèvre avec un sourire amusé. Une belle mere ? Lui ? Il l'enverrait balader. Il ne voulait avoir aucune relation avec elle. Tout ce qui l'intéressait était de jouer le jeu et prendre cette Doll que lui offrait son patron. Ou plutôt lui imposait. Mais Wu Huan restait positif.

Il arriva sur place, devant le grand restaurant où il dînerait en présence de son patron et des deux autres femmes. Il dit son nom à l'homme a l'entrée qui le reconnut et le conduisit jusqu'à la salle qui leur était réservée.
Wu Huan poussa la porte et entra, découvrant les trois personnes déjà là, l'attendant sûrement. Il s'inclina saluant les deux "associés". Son patron lui adressa un petit sourire, satisfait qu'il se montre "poli". Il s'installa à la place vide, face à une jeune femme silencieuse qui ne s'était pas retournée quand il était entré et posa les yeux sur elle, la détaillant du regard. Elle était vachement bien foutue ! Visage, poitrine, teint, lèvres... Tout lui convenait. Bien mieux que ces prostituées qu'il ramenait chez lui.

"Jackpot."

Wu Huan adressa un sourire à la mère de sa future épouse qui se tourna vers lui n'ayant pas entendu ce qu'il venait de dire, comme il l'avait juste murmuré pour lui même.

"Voici Wu Huan, il est le propriétaire de l'entreprise, et presque comme un fils pour moi."

Le vieillard était passé aux présentations. Suivi de la femme qui présenta sa fille :

"Et ma fille, Mei Yun Jia. Elle est étudiante à l'université. Nous avons convenu qu'elle n'aura pas à arrêter ses études, n'est-ce pas ?"

Ils se tournèrent tous les deux vers Huan qui leur offrit son habituel sourire dont on ne comprenait jamais le vrai sens.

"Je n'ai rien contre."

Le jeune homme observa attentivement sa future femme. Mei Yun Jia.

Les deux personnes se parlèrent un moment concluant le marché.

"Personne ne doit savoir que mon entreprise a fait faillite et que ma fille est une Doll."

Wu Huan se tourne vers la femme et son patron concluant leur accord. Il les écouta en sirotant son vin.

"Ne vous en faites pas, tout sera fait comme il le faut."

Le vieillard sortit une grosse valise et la posa sur la table face à la mère e Yun Jia. Elle l'entrouvrit pour y jeter un coup d'oeil avant de la refermer vivement. Bien sûr autant d'argent.. Elle devait rapidement les mettre sur son compte bancaire avant de tout se faire voler. C'était l'argent qu'elle devait rembourser à la Private Blossom.

Wu Huan eut un sourire en coin en se retournant vers Yun Jia. Elle était assise là alors que sa mère était sur le point de la vendre à des inconnus.

Le jeune homme se leva pour saluer son patron et la mère de Yun Jia qui partaient les laissant seuls.
Une fois la porte refermée derrière eux, il fixa Yun Jia.




Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: Time to play, puppet Jeu 23 Oct - 9:44


Il y a des choses que l'on pense être acquise depuis sa naissance. Pour la simple et bonne raison que nous naissons riches, nous ne pensons pas aux conséquences que pourraient avoir nos actes. Selon les statistiques faites par le veilleur opérationnel de l'entreprise, nous avions une chance sur un million de tomber en ruine. Pourquoi s'inquiéter ? Lorsque Mei Xiao Li réussit à récupérer la totalité des bénéfices qu'avait produits l'entreprise de son mari après leur divorce, causant ainsi la faillite de son entreprise. Sur le plan professionnel, elle avait fait un strike gagnant, une entreprise publicitaire reconnue, des actions dans les entreprises les plus puissantes du Pays et une fille que l'on disait être à la hauteur de sa mère. Sauve, qu'elle avait une faille, elle avait des liaisons avec des gens peu recommandables. Elle disait souvent que les gens recommandables étaient pires que la classe moyenne. Qu'il était important de tenir la route, d'être cohérent, et de faire des choses en accord avec soi-même. J'étais d'accord avec elle, jusqu'à sa dernière liaison... Une liaison qui causa notre perte.

Voilà comment je m'étais retrouvée fiancée à un gars que je ne connaissais ni d'Adam, ni d'Ève. Une doll ? J'étais devenu une doll. Une fille que l'on achète pour satisfaire les besoins primaires d'une tierce personne ou dans mon cas, pour ne pas être humiliée. L'idée d'être vendu à un homme pour cacher les apparences était répugnante. L’orgueil d’appartenir à une classe sociale élevée venait d'être bafouée.

« Jia, dépêches-toi, cela fait plus d'une heure que tu es sous la douche. Ne me force pas à te sortir de là. »

Mordillant ma lèvre inférieure, je dus faire preuve d'une grande force pour m'extirper de la douceur que provoquait l'eau sur mon corps. J'enfilais mon peignoir, puis essuyai mes cheveux à l'aide d'une serviette, avant de sortir.

« Il était temps. »

Sans faire attention à sa présence à ce qui était encore ma chambre, je me dirigeais vers la coiffeuse. J'étais heureuse de voir que mes affaires personnelles étaient à sa place.

La femme se rapprocha de la coiffeuse et attrapa le sèche-cheveux et une brosse. Elle voulait qu'une coiffure impeccable.

« Je sais que je suis la personne que tu détestes le plus sur cette planète, mais voie cela comme un mariage arrangé entre de famille, c'est chose courante dans notre monde. Sauf, qu'il arrive plus tôt et d'une manière différente, ne m'en veux pas, j'ai fait ça pour notre bien, Jia. »

Pourquoi répondre lorsqu'elle avait réponse à tout et d'une certaine façon, elle avait raison. Si, je n'avais pas accepté cette proposition, j'allais être humiliée publiquement par mes faux-amis. Ils se seront fait un malin plaisir d'étaler ma situation financière partout et rien que cette pensée me déplu.

*Respire Jia, ne pleure pas. Tu es plus forte que ça. Habilles-toi, souris et ne détournes jamais le regard?*

à cette pensée j''inspirais une grande bouffée d'air et me dirigeai vers le dressing. Une robe en dentelle blanche, des escarpins noirs et un trench-coat marron devrait suffire. Lorsque, enfin j'étais habillé, maquillé avec légèreté, je descendis. Une voiture était déjà là à nous attendre. Partons rencontrer celui qui allait devenir mon mari. Arrivée devant le grand restaurant, ma mère annonça notre présence au portier et nous conduit jusqu'à la salle réservé. Il y avait un vieil homme déjà présent. Je supposais qu'il était le grand patron et donc celui qui m'avait acheté pour un de ses hommes. Ma mère commença les présentations, pendant que je saluais le vieil homme.

« Je suis heureux de constater que votre ne m'est pas menti sur votre physique. Prends place sur une chaise, il ne devrait pas tarder. »

Le remerciant de sa bienveillance à mon égard, je m'installais au même moment où j'entendis une porte s'ouvrir. N'éprouvant pas le besoin de me retourner pour apercevoir à quoi pouvait donc bien ressembler mon futur mari, je fixais l'extérieur par la fenêtre. Arquant un sourcil, j'observais ses traits, sa façon de sourire hypocritement et écoutai lorsque la vieille le présenta comme étant le propriétaire de l'entreprise et qu'il le considérait comme son fils. Puis, ma mère passa également aux présentations et rappela qu'ils avaient convenu que je continuais mes études. Ce à quoi Wu Huan répondit qu'il n'avait rien contre. Encore heureux qu'il n'avait rien contre, dans le cas contraire, j'aurais fait de sa vie un enfer à la maison.

L’accord passé entre les trois autres personnes présente dans la salle, le vieil homme et celle qui me servait de mère quitta la pièce. Je regardais ma montre et attendis que la porte se referme.

«  Il faut moins de quinze minutes pour se rendre à l'entrée. S'ils ne rencontrent personne en chemin, ils arriveront dans sept minutes en face du portier, puis deux minutes d'attente pour les voitures. Dans le cas contraire, il faut rajouter six minutes maximum de conversation entre trois individus, le temps de se saluer, de prendre des nouvelles et de partir. Je suppose que tu as mieux à faire que rester ici ? Nous avons le temps de se regarder dans le blanc des yeux lorsque nous serions mariés.  »

Ceci étant dit, je me relevais de ma chaise et le fît face avec un sourire aussi faux que le sien un peu plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: Time to play, puppet Jeu 23 Oct - 11:06

Time to play, puppet



Quand la porte se referma, la jeune femme posa les yeux sur sa montre.

« Il faut moins de quinze minutes pour se rendre à l'entrée. S'ils ne rencontrent personne en chemin, ils arriveront dans sept minutes en face du portier, puis deux minutes d'attente pour les voitures. Dans le cas contraire, il faut rajouter six minutes maximum de conversation entre trois individus, le temps de se saluer, de prendre des nouvelles et de partir. Je suppose que tu as mieux à faire que rester ici ? Nous avons le temps de se regarder dans le blanc des yeux lorsque nous serions mariés. »

Huan la fixa, arquant un sourcil. Voilà une forte première impression. Joli.
Il se leva à son tour, les yeux rivés sur sa futur femme qui lui faisait face avec un sourire magnifiquement faux. C'était fait. Elle lui plaisait. Elle semblait avoir un fort caractère et il était déjà curieux de savoir ce que ça donnerait par la suite. Ce serait d'autant plus amusant qu'une minette soumise des le départ. La femme devant lui ne semblait pas décidée à se montrer obéissante et soumise. Il prendrait donc un malin plaisir à la dresser. Il eut un large sourire amusé et parcouru la distance qui le séparait d'elle en deux trois pas avant de lui proposer son bras.

"Enchanté sweetie."

Voyant qu'elle ne semblait pas vouloir accepter son bras, il sourit et passa son bras autour de sa taille, l'attirant à lui avant d'ouvrir la porte, sans lui laisser le temps de protester. Mais une fois devant les gens elle ne pouvait le repousser, sinon son jeu deviendrait peu crédible, surtout que tous les regards se posèrent sur eux à leur sortie.

Wu Huan la conduisit à l'extérieur et attendit leur voiture sans la lâcher. Une fois leur voiture là, il lui ouvrit pour la faire monter et fit le tour prenant place à son tour.

"Alors cette première apparition en public dans mes bras ? Ça te plait ?"

Il lâcha un petit rire et appuya sur l'accélérateur.

"Où devrais-je t'emmener pour un premier et dernier rencard ? Nous n'avons que ce soir pour faire connaissance avant d'être unis par les liens sacrés du mariage."

Il lâcha un autre rire moqueur.

"Qu'est ce que tu dirais d'un Love Hotel ? C'est parfait pour faire connaissance tu ne trouves pas ?"

Il lui indiqua l'hôtel en face alors qu'il roulait.

"Ou bien tu es du genre a passer à l'acte après le mariage ?"

Il accéléra encore, passa sur l'autoroute puis tourna sur une bifurcation, arrivant sur un chemin sinueux qui était un raccourci vers chez lui, rarement emprunté. Il arrêta la voiture et éteignit les fars, plongeant l'endroit dans l'obscurité avec la seul lumière de la lune haut dans le ciel. Il lui jeta alors un regard avant d'éclater de rire.

"Détends toi Sweetie, je ne vais rien te faire. Du moins pas pour le moment."

Il coupa le moteur et détacha sa ceinture en se tournant vers elle après avoir allumé la radio sur une fréquence de musique relaxante.

"Maintenant on peut parler tranquillement sans risque que tu ne t'enfuisse ou que quelqu'un nous déranger."

Il attendit puis coupa à nouveau le silence.

"Eh bien? Ta couleur préférée, ton plat favori, ton activité, passe temps, pêché mignon... Dis moi tout. On doit au moins savoir ces détails inutiles l'un sur l'autre, tu ne penses pas ?"

Il la regarda curieusement.




Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: Time to play, puppet Jeu 23 Oct - 13:28


Il ni n'avait aucune raison pour laquelle nous devions rester seuls, les présentations étaient faites et nous pouvions aisément partir à la suite du vieil homme et de celle qui me servait de mère. Ils avaient conclu l’accord et ma mère était bien stupide pour croire que je resterais tranquillement à bavarder de tous et rien avec lui. Je n’étais pas non plus sotte, il avait plus de pouvoir que moi. Il avait peut-être une sorte de droit de propriété sur mes agissements, mais je ne me laisserais faire aussi facilement.

« Enchanté sweetie. »

L’observant de la tête aux pieds, je m’essayais à deviner sa façon d’être, son caractère. On pouvait déjà déduire à son visage et sa posture qu’il n’était pas du genre à lâcher une affaire lorsqu’il voulait obtenir une chose et j’avais raison lorsqu’il tendit sa main et encore plus lorsqu’il s’était rapproché dangereux pour me prendre par la taille et en m’attirant vers la porte qu’il ouvrit rapidement. Il était malin et nous ressemblions en quelque sorte. Il savait parfaitement que les portes de la salle ouvertes, je serais bien obligé de faire comme si nous réellement un couple. Les regards braqués sur nous, je commençais à jouer le jeu en affichant une expression de surprise quant au monde à l’extérieur. Puis rapprocha ma main droite avec un sourire.

« Tu as un cil sur la joue.    »

Cils imaginaires évidemment, mais si son but était de me ridiculiser, c’était peiné perdu. Je maîtrisais le sujet aussi bien que lui. Une fois mon geste faisant croire que je lui retirais le cil du visage, je regardais les personnes avec un sourire, pendant qu’il nous dirigea à l’extérieur. Sans pour autant relâcher l’emprise qu’il avait sur moi.

Une voiture s’avança vers nous, je n’avais pas d’autre choix que d’y entrer. Ce qu’il pouvait être exécrable.

« Alors cette première apparition en public dans mes bras ? Ça te plaît. »

Il se foutait royalement de la tête du monde et particulièrement du mien. Un sourire dérisoire aux lèvres, je regardais droit devant, faisant comme si je n’avais rien entendu. Mais c’était trop beau pour qu’il se taise. Je l’écoutais parler, d’un premier et dernier rencard, d’un love hôtel, passer à l’acte après le mariage.

« Ce ne serait pas une perte si nous mourions tout de suite, bien au contraire tu me rendrais un grand service.  »

Sans rajouter quoi que ce soit d’autre, je souriais en gardant en vue la route. Cela n’a pas dû lui plaire puisqu’il accéléra encore plus sur l’autoroute, puis tourna sur une bifurcation, arrivant sur un chemin sinueux en direction d’une maison. Je ne devais pas montrer que je commençais à avoir peur, il arrêta la voiture et éteignit les fars plongeant l'endroit dans l'obscurité avec pour seul point lumineux la lune.

« Détends-toi Sweetie, je ne vais rien te faire. Du moins pas pour le moment. »

Sans rire était beaucoup plus agaçant que cette affirmation. Coupant le moteur et détachant sa ceinture il se retourna vers moi en allumant la radio. Bien que cela me rassure, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il faisait un remake d'One Tree Hill avec une musique relaxante pour se détendre.

« Maintenant on peut parler tranquillement sans risque que tu ne t'enfuisses ou que quelqu'un nous déranger. »

C’est sûr que je ne risquais pas de m’enfuir, je ne connaissais pas assez bien les lieux pour espérer toute tentative de fuite.

« Eh bien? Ta couleur préférée, ton plat favori, ton activité, passe temps, pêché mignon... Dis moi tout. On doit au moins savoir ces détails inutiles l'un sur l'autre, tu ne penses pas ? »

Il était sérieux ? Il avait fait tout un cinéma pour ça ? Mais il n’avait pas non plus tort. Si nous devions faire croire à ce  couple, il faut bien que nous connaissions les détails les plus insignifiants de la vie de l’autre. Lâchant un soupir, je détachais ma ceinture et tourna légèrement, posant délicatement mes mains sur la cuisse droite.

« Je te laisse l’honneur de commencer.  »
Revenir en haut Aller en bas


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Time to play, puppet

Revenir en haut Aller en bas
 

Time to play, puppet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU : FPSece] TIME CRISIS 1 et 2 : TITAN PROJECT : Jeu de shoot au doigt ! [Payant]
» Play TV enfin recepteur TNTHD
» Offre triple play chez Swisscom
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Play astérix 1980-1985

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Flood :: the end :: RP-